Revenir à la rubrique : Economie

Saint-Benoit : Le retour à l’équilibre confirmé par la Chambre régionale des comptes

La Chambre régionale des comptes confirme le retour à l'équilibre budgétaire de la commune de Saint-Benoit. Dans un communiqué, la Chambre régionale des comptes salue les efforts effectués par la collectivité qui lui ont notamment permis de résorber sa section de fonctionnement dès l'an dernier. La section investissement devrait également prendre le même chemin cette année avec la cession des parts détenues par la commune au sein de la SEMAC pour un montant avoisinant les 9 millions d'euros. "Les mesures de redressement prises par la collectivité doivent être poursuivies jusqu’à la réalisation de la cession précitée, pour permettre à la chambre de constater une clôture du plan de redressement en 2024", indique la CRC.

Ecrit par La-rédaction – le mercredi 24 mai 2023 à 15H27

La chambre, collégialement, après instruction dans les délais impartis par le code général des collectivités territoriales, a considéré que le plan de redressement proposé par la chambre régionale en 2021 prévoyait un retour à l’équilibre en 2024 ; que l’équilibre de la section de fonctionnement a été rétabli en 2022 alors qu’il n’était prévu au plan qu’en 2023 ; que le déficit de la section d’investissement pourrait être résorbé dès 2023. Elle considère que le budget primitif 2023 se présente à l’équilibre qui dépend toutefois de la concrétisation d’une importante cession de parts sociales de la SEMAC au courant du second semestre de l’année ; que, dès lors, les mesures de redressement prises par la collectivité doivent être poursuivies jusqu’à la réalisation de la cession précitée, pour permettre à la chambre de constater une clôture du plan de redressement en 2024 ; que, par suite, il y a lieu d’actualiser le plan de redressement pour 2024.

Chambre régionale des comptes

Pour parvenir à ce résultat, le chemin aura été long pour la commune de Saint-Benoit. Dès leur arrivée, Patrice Selly et son équipe ont mis en place un échéancier avec la CGSS dans le cadre d’un plan d’apurement de la dette d’une durée de huit années. Ce plan, ainsi que la vente des parts de la commune au sein de la SEMAC qui devrait rapporter  près de 9 millions d’euros, sont les deux principaux leviers sur lesquels la municipalité s’est appuyée pour sortir la tête de l’eau, explique cette dernière.

Dans le même temps, la commune avait dû fortement réduire les dépenses à caractère général, contenues ces trois dernières années à près de 9 millions d’euros en moyenne, tout en stabilisant sa masse salariale (autour de 38 millions d’euros) et les subventions allouées aux associations. Un plan de rigueur qui a permis de dégager un excédent de 7 millions d’euros affectés à l’épargne nette pour cette année.

Une sortie de crise rendue également possible grâce à la signature du COROM avec l’État. En 2022, la ville a perçu, pour la deuxième année consécutive, une aide financière de l’Etat de 840.000 euros.

« Ce résultat budgétaire a été rendu possible sans recours à l’emprunt et sans avoir eu à utiliser le levier fiscal », avait tenu à rappeler Patrice Selly lors du dernier conseil municipal.

À lire également :

St-Benoit : La commune sort la tête de l’eau

St-Benoit : Pas de miracle, le préfet saisit la CRC sur les comptes de la commune
 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La CRC épingle la SAPHIR sur la gestion durable de l’eau

La Chambre régionale des comptes de La Réunion a publié son rapport d’observations définitives sur la société d’aménagement des périmètres hydroagricoles de La Réunion (SAPHIR), après son premier contrôle initié en février 2023. Le rapport, qui a finalisé ses observations en octobre 2023, critique les pratiques actuelles de SAPHIR, soulignant sa dépendance financière aux ventes d’eau et ses modalités d’action qui ne s’inscrivent pas pleinement dans une gestion durable de l’eau.

Henri Nijdam : “Le Quotidien ne sera pas un journal low-cost”

Propriétaires depuis ce mercredi à minuit du Quotidien, Henri Nijdam et Jean-Jacques Dijoux ont livré quelques éléments sur le futur du journal. Aux lecteurs, les nouveaux hommes forts de ce pilier de la presse locale assurent que Le Quotidien nouvelle formule sera de qualité.