Revenir à la rubrique : Faits divers

Retraits bancaires et dépenses somptuaires : Le fils spirituel était un arnaqueur

Une rencontre inattendue entre un médecin diminué suite à des soucis de santé et un vendeur en téléphonie mobile a créé des liens d'amitié entre les deux hommes. Cette affection soudaine était-elle mutuelle ou intéressée ? La cour d'appel vient d'opter pour la seconde hypothèse.

Ecrit par 2181159 – le lundi 06 mars 2023 à 14H53

Christophe T. est un ancien commercial d’un opérateur de téléphonie mobile. C’est dans un des magasins où il travaillait qu’il a rencontré Harry*, venu pour souscrire un abonnement. Diminué à cause d’un accident de voiture, Harry ne parvenait pas effectuer les opérations nécessaires pour s’abonner. Il avait naturellement sollicité l’aide du vendeur.

De fil en aiguille, les deux hommes étaient devenus amis et avaient commencé à se rencontrer régulièrement. « C’était comme mon fils spirituel », confie Harry dont les troubles cognitifs avaient été diagnostiqués. Ainsi, Christophe T. avait été amené à réaliser des tâches du quotidien pour aider son nouvel ami.

Une coquette somme

C’est là où les choses s’étaient corsées. En avril 2019, la compagne d’Harry avait accidentellement découvert en ouvrant un courrier de leur banque qu’elle n’était plus bénéficiaire du compte de son compagnon. Cet élément l’avait intriguée. En poussant un peu plus loin ses recherches, l’infirmière avait eu la mauvaise surprise de constater la disparition de 30.000 euros retirés en espèces sur le compte d’Harry. Des chèques qui n’étaient pas signés de sa main avaient également été débités, au total une coquette somme avait été croquée.

Devant l’insistance de sa compagne, Harry avait confié son désarroi aux gendarmes tout en coupant le lien qui l’unissait à Christophe T. À l’issue d’une série d’investigations et d’une comparution devant le tribunal correctionnel de Saint-Denis en 2022, le trentenaire était condamné à 2 ans de prison dont 1 avec sursis probatoire ainsi qu’au remboursement de 34.000 euros considérés par la juridiction comme ayant été dérobés. Le préjudice moral de la victime avait été estimé à 2.000 euros.

Sonné par cette condamnation, Christophe, qui assure que les dépenses qualifiées de « somptuaires » par la partie accusatrice ont été faites en présence d’Harry, à sa demande et pour lui rendre service, a fait appel.

Costumes, grosse moto et des centaines de jeux en ligne

Lors de l’audience devant la cour, le prévenu a indiqué que si les dépenses en question concernaient des costumes ou l’achat d’une moto ou encore de nombreux jeux en ligne lui étant destinés, c’était qu’il s’agissait d’un échange de bons procédés : « Je l’aidais, il m’entretenait en contrepartie », a affirmé Christophe devant des magistrats dubitatifs.

En défense, l’avocat de Christophe, Me Jean-Jacques Morel, avait plaidé le lien d’affection et l’amitié qui liaient les deux hommes. Le représentant du parquet ne partageant pas cet avis avait requis la même peine que celle infligée par le premier juge. La peine a finalement été réduite à 2 ans avec sursis probatoire.

*Prénom d’emprunt

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Incendie dans un stock de pneus à Bras-Panon

Un feu s’est déclaré dans le garage IPK à Bras-Panon. Les flammes ont ravagé tout le bâtiment. Les commerces avoisinants ont été évacués par mesure de sécurité. L’incendie aurait démarré au niveau d’un stock de pneus. Les gendarmes et les policiers sont sur place. Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances du drame.

Reconnaissance de paternité : Poursuivie pour fraude, une mère de St-André échappe à l’expulsion malgré un test ADN

Saïd C., résidente de Saint-André, a été relaxée des poursuites pour fausse déclaration et de fraude pour l’obtention de son titre de séjour. Impliquée dans une affaire de reconnaissance de paternité, l’étrangère a admis avoir demandé à un Français de reconnaître celui qu’elle croyait être son enfant. La trentenaire risquait une interdiction de séjour de 5 ans dans cette affaire après un test ADN négatif.

Décès du Lieutenant-Colonel Jean-Christophe Bellomia, ancien commandant de l’EDSR

Le Lieutenant-Colonel Jean-Christophe Bellomia avait été commandant de l’Escadron départemental de La Réunion, de 2019 à 2023. Il est décédé lors d’un entraînement motocycliste dans le Loiret. Il a té âgé de 56 ans et père d’un enfant. Selon La République de Seine-et-Marne, trois gendarmes qui participaient à l’entraînement ont été percutés par une automobiliste engagée à contresens.

Deux hommes relaxés pour 22 vols à la roulotte, un seul larcin reconnu par le tribunal

Deux Bénédictins étaient jugés pour 23 faits de vols compris entre 2016 et 2021. C’est cette année-là qu’ils ont été vus sur les lieux d’un vol à Saint-Philippe. Le passé judiciaire de l’un d’eux a joué contre lui et les enquêteurs lui ont imputé toute une série de vols dans l’île. Finalement, le tribunal n’a retenu que le vol de Saint-Philippe pour l’un des deux.