Revenir à la rubrique : Faits divers

Prison ferme pour avoir caillassé la police pendant le couvre-feu

Les audiences de comparution immédiate se suivent et se ressemblent souvent, avec les thèmes alcool, violences et conduites sans permis. Ce mercredi, un nouvel opus est à ajouter à ces grands thèmes : le couvre-feu. Un jeune de 19 ans comparaissait pour avoir caillassé la police en plein couvre-feu et, une fois n’est pas coutume, incendié plusieurs conteneurs de poubelles au passage.

Ecrit par – le jeudi 11 mars 2021 à 10H31

Judicaël Z. est bien connu des services de police du Port. Le 5 mars dernier, alors que le couvre-feu en vigueur passe de 22h à 18h, il s’adonne avec une vingtaine de jeunes cagoulés, au caillassage et à la mise à feu de 8 conteneurs de poubelle. Ils sont postés au rond-point du Coeur-Saignant à la Rivière des Galets, endroit stratégique compte-tenu de la proximité des concessionnaires automobiles du Port. Les forces de police sont en place avec, pour mission de contenir et absorber les velléités des belligérants. 

La tension monte après 18h et le RAID finit par intervenir. Sur la vingtaine de jeunes, le RAID en cible deux qui sont particulièrement actifs. Insultes, feu de poubelles et jets de galets sont au menu. Au final, en accord avec la BAC du Port, il est décidé de ne pas riposter, les auteurs sont identifiés et seront interpellés plus tard. C’est chose faite le lendemain matin avec l’interpellation de Judicaël Z. et un dalon. Garde à vue et déferrement pour le premier, le second fera l’objet d’une autre procédure. 

À la barre, Judicaël Z. assume totalement les faits et se dit prêt à rester en prison, à une exception, les insultes : « Fé bour la BAC, fé bour la loi », ce n’est pas lui. « Je suis descendu, j’ai vu qu’il y avait une manif, j’ai foncé dedans. J’ai été actif, j’ai juste brûlé des poubelles et jeté des petits cailloux. Je n’insulte pas les policiers, je fais que des vols ! », explique-t-il à la barre. Il en profite au passage pour se plaindre de son traitement lorsqu’il a été interpellé. Selon lui, le policier l’a filmé et l’a traité de « steak » tout en menaçant de lui casser la jambe. 

Présent à l’audience en tant que victime, le policier s’est vu quelque peu bousculé par la présidente à ce sujet. S’il reconnaît l’avoir traité de « steak », il indique connaître le prévenu depuis des années. « La scène a duré plusieurs heures. Nous avons effectué une manœuvre de contournement pour interpeller les meneurs. Ce n’était pas possible, car nous étions presque débordés. Le RAID voulait effectuer un tir de défense sur le prévenu, mais je leur ai demandé de ne pas le faire par charité chrétienne. Je lui ai bien dit que c’était un ‘steak’, ça signifie lâche en créole. Je l’ai filmé pour me protéger. Aujourd’hui, on compte sur vous, mais il ne faut pas se tromper, ce n’est pas moi qui suis à sa place ! On vous demande un message qui porte. Notre métier est difficile, on a besoin d’un peu d’oxygène », témoigne le policier à barre. 

Même son du côté du parquet : « Ce n’est pas une petite altercation, mais du caillassage de plusieurs heures ! Il transgresse complètement la loi, il n’a pas le droit d’être dehors, mais il n’en a que faire. Il faut marquer le coup. Il ne doit pas ressortir libre aujourd’hui afin qu’il n’y ait pas de sentiment d’impunité ! Je vous demande une peine de 10 mois de prison dont 6 assortis du sursis probatoire ainsi que le maintien en détention ». La défense note de son côté  : « Il a grandi dans la violence, son père est mort il y a trois ans. Il ne sait pas quoi faire de sa vie, il y a une banalisation des faits, il faut absolument le suivre ». Le tribunal a suivi les réquisitions du parquet, Judicaël Z. est incarcéré pour les quatre prochains mois.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

St-Denis : Les parents dépassés frappent leur garçon avec le tuyau d’arrosage

Le père et la mère minimisent les coups portés régulièrement à leur marmaille de 12 ans avec une ceinture. Mais les constatations médicales sont sans appel. Un jour de février 2020, ils se sont, chacun à leur tour, particulièrement acharnés à cause d’un « trop-plein ». Si la famille semble désormais réunie, les prévenus ont tout de même été condamnés ce vendredi. Le père est derrière les verrous pour d’autres faits de violences.

Trafic de drogues de synthèse : Le psychonaute sévèrement condamné

Des substances psychédéliques par kilo importées par colis postal de Chine où elles sont fabriquées par des laboratoires ont inondé La Réunion. Ces cristaux qui imitent la cocaïne ou les amphétamines ne seraient pas de la drogue, selon un trentenaire rejugé à sa demande par la cour d’appel en novembre 2023. Celui-ci s’est réclamé de sa consommation personnelle et n’a pas manqué d’imagination pour justifier son train de vie. Mais il n’a pas convaincu la cour dont la décision tombe comme un couperet.

Trottinettes électriques : La police contrôle et verbalise

Ce jeudi matin, les policiers de Saint-Denis avaient dans leur viseur les propriétaires de trottinettes électriques. Comme indiqué sur la page Facebook de la Police Nationale de La Réunion, de nombreuses infractions ont été relevées et de nombreuses verbalisations ont été dressées.