Revenir à la rubrique : Société

Parc du Volcan : L’autorisation environnementale validée mais avec « des prescriptions difficiles à tenir »

Après l'avis favorable du commissaire enquêteur, le préfet a également donné son feu vert pour la réalisation du Parc du Volcan à La Plaine des Cafres. Une autorisation environnementale délivrée mais assortie d'un certain nombre de prescriptions. Pour l'association Domoun La Plaine, les “nombreuses alertes” ont enfin été entendues.

Ecrit par Prisca Bigot – le jeudi 23 novembre 2023 à 06H28

Le préfet a tranché et accordé l’autorisation environnementale au projet de Parc du Volcan porté par la commune du Tampon.

Dans les cartons depuis 25 ans, le projet touristique avait également obtenu un avis favorable sans réserve du commissaire enquêteur malgré celui défavorable de la Commission départementale de préservation des espaces naturels, agricoles et forestiers (CDPENAF) et des recommandations de la Mission Régionale d’Autorité environnementale de La Réunion (MRAE).

L’arrêté préfectoral publié ce 14 novembre vient ainsi autoriser l’aménagement du parc de loisirs de 18,5 hectares dont seulement 11.7 finalement seront aménagés sur le Champ de Foire à Bourg Murat. Deux parcelles ayant été retoquées, le projet perd une de ses deux serres géodésiques pour les plantes endémiques mais aussi son amphithéâtre, des places de parking et une passerelle immersive. Reste à la mouture finale du projet, le “pumptrack », les pistes de VTT, les aires de jeux et de pique-nique, une plaine sportive avec agrès, une serre géodésique, deux bâtiments d’accueil du public, des structures couvertes et 549 places de parking.

Des prescriptions environnementales qui ont un coût

Pour réaliser ce projet, la mairie devra en revanche respecter les prescriptions environnementales sur un site en partie en zone naturelle d’intérêt écologique. Elle devra avant toute chose s’associer à un coordonnateur environnemental et un expert écologue.

Les travaux de défrichement, hors zone humide et hors zone interdite, devront commencer entre mai et juillet pour éviter la période de reproduction de la plupart des espèces d’oiseaux et de papillons. En cas de découverte de nids de papangues et du tout autant protégé oiseau blanc, les travaux devront être reportés dans l’attente de l’éclosion des œufs et l’envol des oisillons. Une autre mesure vise également à éviter la destruction des œufs ou chenilles du protégé papillon La Pâture. L’utilisation de produits phytosanitaires est interdite et des règles d’hygiène pour garantir la biodiversité font aussi partie des prescriptions.

Un certain nombre de mesures listées dans l’arrêté préfectoral valent tant en phase de travaux que d’exploitation pour un coût estimé par les services de l’Etat à 600.000 euros voire 700.000 euros sur trois ans.

« Assurer la vigie »

“Des prescriptions draconiennes et difficiles à tenir”, commente Jacques Aulet de l’association Domoun la Plaine qui se satisfait de l’annulation du projet de tyroliennes et d’une réduction d’un 1/5ème du parc.

“Le préfet a pris toutes ses responsabilités voire pris en compte nos nombreuses alertes depuis le début de cette affaire”, se félicite son président Gilbert Laporte. “Parmi les prescriptions, certaines sont rédhibitoires pour le démarrage des chantiers », estime-t-il. “Domoun La Plaine a eu raison de se battre comme elle l’a fait. Elle continuera à assurer la vigie en phase de travaux et d’exploitation. L’arrêté préfectoral nous fournit à présent un corpus juridique pour mettre le projet sous surveillance et au moindre écart saisir le tribunal administratif en référé”.

Le projet continue donc sous surveillance. Ce lundi, les conseillers municipaux vont voter l’attribution des lots pour la réalisation des voiries, des jeux ou encore des éclairages.

 

S’abonner
Notification pour
8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Antipode
3 mois il y a

“Le préfet a pris toutes ses responsabilités » je suis curieux qu’on me précise en quoi ça consiste !?

Ouais...
3 mois il y a

En espérant qu’il y ait encore une possibilité de recours, contre ces restrictions.

Caro
3 mois il y a

Ce pauvre TAK a la tronche à ras des pissenlits

ha ha
3 mois il y a

Comme si TAK i respect la loi. Pas la ek sa li.

TICOQ
3 mois il y a

mi espèr va tak sa bouche aster

Foutage de gueule
3 mois il y a

Les services de etat de ce pays et élues destructeurs sont à mettre dans le même panier la population doit de réveiller avant qu’ils bousillent ce pays..!

Gramoune
3 mois il y a

Si le « PARK ! », marche aussi bien que les bâtiments construits pour l’artisanat et autres…ce n’est
pas gagné pour TAK – mais c’est la Mairie et le Département qui payent toutes ces folies.

Silver974
3 mois il y a

Goute à nous lol

Dans la même rubrique

Eleanor va-t-elle faire le tour de La Réunion ?

La tempête Eleanor devrait réaliser une boucle entière autour des Mascareignes tout en se dissipant. Le système dépressionnaire doit d’abord transiter au Sud de La Réunion ce week-end sans apporter une dégradation « significative » de la météo, avant de remonter le long de la côte Est malgache, là où elle s’est formée.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial