Revenir à la rubrique : Communiqué

« Nous ne pouvons pas rester insensibles à ce qui se passe à Mayotte »

Communiqué d'EELVR sur la situation à Mayotte :

Ecrit par N.P – le jeudi 24 novembre 2022 à 15H13

Nous ne pouvons pas rester insensibles à ce qui se passe à Mayotte en ce moment. La violence s’est installée de manière anarchique et incontrôlée dans certains quartiers et  dans de nombreux villages  de l’île avec des morts, des blessés et une population qui a peur. Comment en est-on arrivé à cette escalade de la violence ?

De ce qu’on voit à Mayotte et de ce qu’on sait, cela fait au moins une  quinzaine d’années  que la violence sévit dans  plusieurs quartiers de l’île. Tout d’abord, une violence institutionnelle larvée et non réglée par l’Etat Français  et aussi par le refus de vouloir trouver des modalités d’accompagnements pour les familles  venant de La Grande Comore, d’Anjouan et de Mohéli. Mayotte   a  subi l’arrivée clandestine  de tous les immigrés de ces trois îles car elle ne pouvait pas  refuser  « des frères, soeurs, cousins  et  cousines ». Mayotte faisait partie de tout cet archipel avant de devenir  territoire français et c’était une seule et grande famille. Quoiqu’on en dise, Mayotte n’a jamais vraiment coupé les liens familiaux avec ces îles malgré une coupure administrative quand   celle-ci est devenue territoire français.

De plus, il faut rappeler que la loi avait instauré les visas  Balladur le 18 janvier 1995 restreignant le droit de visite des familles non françaises à leur fratrie résidant à Mayotte , territoire rattaché à La France, par un référendum illégal vis à vis des règles internationales de l’ONU. D’ailleurs La France est toujours sous le coup d’une condamnation de l’ONU pour cette annexion non reconnue par l’Organisation de l’Unité Africaine.

C’est pourquoi, il est sûrement toujours très difficile de gérer toute cette immigration clandestine depuis des années. Les enfants de ces îles  arrivent seuls quand les kwassakwassas ne font pas naufrages. Ils sont livrés à eux mêmes , cherchent tous les moyens pour vivre et survivre sans leurs parents. Souvent les parents  sont  refoulés  à la frontière et doivent retourner dans les trois îles. Ce sont ces mêmes enfants qui ont grandi aujourd’hui  et qui se sont regroupés en bande pour se protéger et revendiquer une vie digne.

Il est clair que si on touche à un jeune de la bande et vu le nombre de ces  jeunes aujourd’hui, on renforce la vengeance et la violence sans limite. C’est ce qui s’est passé il y une dizaine de jours à Kawéni , M’sapéré  et a Mamoudzou.

EELVR  s’inquiète pour tous ces jeunes en errance, en détresse et pour  toute la population mahoraise et expatriée  qui vivent  dans la crainte. EELVR   s’interroge sur l’abandon  des pouvoirs publics depuis toutes ces années  à   avoir laissé  Mayotte  vers  une telle  dérive.  EELVR rappelle que La Réunion,île soeur,  se trouve  qu’à 2 h d’avion de Mayotte et qu’elle a l’habitude d’accueillir la population mahoraise depuis de longues années.

Par conséquent, EELVR propose qu’une plateforme soit mise en place  rapidement pour aider à trouver des aides d’urgence pour  toutes ces familles immigrées laissées pour compte , pour développer des modalités de soutiens pour les familles mahoraises  afin que la paix revienne dans ce territoire d’outremer. Il est vital qu’une vraie politique d‘accompagnement  social et  économique soit mise en place et  ceci de manière durable  pour Mayotte. Rappelons aussi que Mayotte est une région ultrapériphérique européenne (RUP) et donc La France et l’Europe se doivent  de lui apporter des aides urgentes. Ce n’est pas en envoyant un petit groupe de Raid à Mayotte que la situation envenimée depuis des années va se régler. Il faut vraiment prendre à bras le corps cette problématique  et penser à une politique de territoire, de prévention de risques  dans son ensemble avec tout l’archipel si on veut éviter que la fracture entre les îles tourne à la catastrophe , voire une guerre civile.

Mme ODAYEN Danon Lutchmee
 
Secrétaire régionale adjointe d’EELV REUNION
Ex co- responsable de la commission outremer d’EELV

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Une campagne de communication à l’occasion de la journée du don d’organes

Afin de marquer la Journée nationale de réflexion sur le don d’organes, la greffe et la reconnaissance du donneur qui aura lieu le 22 juin, le CHU de La Réunion, l’Agence Régionale de Santé La Réunion et l’Agence de la Biomédecine, en partenariat avec la Région Réunion, lancent une campagne de communication locale « Parlons don ! ». La Direction Générale du CHU et ses partenaires ont organisé une conférence de presse ce jour pour le lancement de cette campagne inédite.

[Communiqué] La Semaine de la Qualité de Vie et des Conditions de Travail : Préparons le Travail de Demain

Tous concernés par la recherche de sens au travail, l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, et la qualité de vie et des conditions de travail, l’Aract Réunion invite à participer à une semaine dédiée à la valorisation des démarches visant à améliorer les conditions de travail et la performance des organisations. Comment ouvrir le dialogue sur le travail de demain peut contribuer à une meilleure qualité de vie et des conditions de travail pour tous, du 17 au 21 juin 2024. Réchauffement climatique, intelligence artificielle, softskills, endométriose… Qu’est-ce qui fera le travail de demain ?