Revenir à la rubrique : Faits divers

Mule débarquée à Gillot : Après 10 jours de cavale, la tête de réseau appréhendée

En ce début de mois de mai, une quadragénaire était interpellée à son arrivée dans le département avec une quantité de stupéfiants très importante dans ses bagages. Les investigations rapides ont permis dans la foulée l'arrestation de plusieurs complices. Seule la tête de réseau manquait à l'appel.

Ecrit par 2181159 – le mardi 23 mai 2023 à 19H16

10 kilos de résine de cannabis, 2000 buvards de LSD et 1 kilo de cocaïne se trouvaient dans la valise d’une mère de famille interpellée par les services des douanes au début du mois. La quadragénaire n’en était pas à son coup d’essai puisque, selon nos informations, elle avait déjà effectué plusieurs fois le voyage avec une valise lourde à l’arrivée, une nuit sur place et un retour sans bagage.

Placée en garde à vue, la mule suspectée d’être le maillon d’une chaine bien huilée a indiqué qu’elle ne savait pas ce qu’elle transportait, imaginant plutôt du matériel informatique que des stupéfiants. Les investigations rapides menées par les policiers du Service territorial de police judiciaire ont permis d’arrêter deux complices, un homme et une femme, dans la foulée.

Tous trois ont été mis en examen pour trafic de stupéfiants, association de malfaiteurs et blanchiment par un juge d’instruction puis incarcérés. Cependant, la tête de réseau avait pris la fuite et disparu des radars pendant une dizaine de jours. En milieu de semaine dernière, l’individu originaire de métropole a été arrêté et mis en examen à son tour.

« L’amour est aveugle »

Ce mardi, la compagne de ce dernier et la mule ont demandé aux magistrats de la chambre de l’instruction de les placer sous contrôle judiciaire.

La première, une jeune femme de 19 ans, a soutenu par la voix de son avocat n’avoir jamais été au courant des activités de son conjoint récemment rencontré dans le restaurant maternel. Même argument concernant les transferts d’argent qu’elle aurait effectués à sa demande. « L’amour est aveugle » a plaidé son conseil. Pourtant, selon l’avocate générale qui a requis son maintien en détention pour les suites de l’enquête, la lycéenne aurait pendant sa garde à vue demandé à son frère de prévenir son compagnon qu’il était recherché.

La loi a-t-elle des sentiments ? Réponse ce mercredi lorsque la décision des juges de la rue Juliette Dodu va tomber.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Trois ans ferme pour le gramoun qui a agressé sexuellement sa petite fille

Un sexagénaire était jugé vendredi dernier en comparution immédiate pour l’agression sexuelle de sa petite fille. Depuis deux ans, ses gestes devenaient de plus en plus insistants envers l’enfant, qui a montré une force de caractère exceptionnel. Le tribunal l’a condamné à quatre ans de prison, dont trois ans ferme.

La descente aux enfers cachait en réalité un manipulateur violent

Avec son 3e procès en 10 mois, le masque est définitivement tombé pour un trentenaire jugé de nouveau pour des menaces de mort sur la mère de son enfant. Derrière l’image de l’homme détruit par les coups de la vie, c’est surtout un homme violent et égocentré qui était jugé par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre. Cette fois, les magistrats ne lui ont plus accordé de chance et il est parti derrière les barreaux pour deux ans.

Saint-Leu : Le père de famille absent à son procès, mais bien présent dans la terreur

Un quadragénaire était jugé ce jeudi par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre pour avoir fait vivre un cauchemar à la mère de son fils et à sa famille. En plus des violences et des menaces de mort, il est soupçonné d’avoir dégradé plusieurs véhicules. Faute de preuves matérielles pour ces derniers faits, le tribunal a préféré aller au-delà des réquisitions sur le reste afin d’assurer la paix aux victimes.