Revenir à la rubrique : Faits divers

Mort suspecte de Bergie Baltimor : L’étau se resserre autour de Sofienne Hajji

Rencontré sur les réseaux sociaux, Bergerette avait épousé le Tunisien en secret. Ses proches sont persuadés qu'elle subissait des violences jusqu'au jour où, dans des circonstances troublantes, la jeune épouse, le corps brulé, avait succombé à ses blessures. Remarié Sofienne Hajji a encore fait parler de lui.

Ecrit par – le mardi 26 octobre 2021 à 14H59
Avril 2018, dans un appartement de la Plaine-Saint-Paul, les jambes puis le corps de Marie-Bergerette Baltimor, 44 ans, s’enflammaient sous les yeux de son mari.

Ce dernier, Sofienne Hajji, a toujours affirmé que sa femme avait voulu se suicider en s’aspergeant d’alcool à brûler et en y mettant le feu. Pourtant, c’est elle qui avait appelé les secours alors qu’elle attendait dans la voiture qu’il range le désordre de leur logement.

Enfin, conduite au service des grands brûlés du centre hospitalier de Bellepierre, elle avait été placée dans le coma et avait succombé à ses blessures, une vingtaine de jours plus tard, le 1er mai 2018.

Les circonstances de ces faits, qui s’étaient déroulés sans témoin, étaient néanmoins suffisamment troublantes pour que le Tunisien, âgé de 37 ans aujourd’hui, soit mis en examen par un juge d’instruction dionysien pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner auxquelles sont venues s’ajouter des violences habituelles sur conjointe.

Une autre affaire de violences dans des circonstances troublantes

En septembre 2018, le suspect avait été placé sous contrôle judiciaire strict malgré les réquisitions du parquet de St-Denis qui aurait souhaité son incarcération. L’enquête était alors confiée à la compagnie de gendarmerie de Saint-Paul et, suite à un appel devant la chambre de l’instruction, le contrôle judiciaire avait été assoupli. Sofienne Hajji avait quitté La Réunion pour s’installer à Quimper.

En février 2019, alors qu’il travaillait dans une usine conditionnant des huîtres, il avait rencontré Natacha qui le ramenait souvent chez lui. Ils avaient entamé une relation puis, s’étaient mariés religieusement. « Quelques mois plus tard, les coups ont commencé. Beaucoup », raconte la Bretonne qui finit par porter plainte. Jugé en décembre 2019 devant le tribunal correctionnel de Quimper pour trois épisodes de violences conjugales, Sofienne est condamné à 18 mois de prison dont 6 avec sursis et mise à l’épreuve et écroué.

À l’issue du procès, la victime avait pris attache avec la belle-sœur de Bergerette, Christine: « Le jour où il sera jugé à La Réunion, elle veut témoigner de l’enfer qu’elle a vécu à ses côtés », assure cette dernière.

Car pour la famille de Bergie, son ti-nom gâté, il n’y a pas de doute : elle s’est d’abord fait arnaquer et a ensuite vécu sous emprise. Et la thèse du suicide, les proches n’y croient pas.

Elle le rencontre sur les réseaux puis part en secret en Tunisie
 

Bergerette a rencontré Sofienne Hajji sur les réseaux sociaux. Elle est partie en secret en Tunisie pour faire sa connaissance. À son arrivée, tout était prêt. La cérémonie, la bague, les invités. « Elle a été mise devant le fait accompli », raconte Christine. À La Réunion, personne n’était au courant de cette union avant que Sofienne ne publie des photos de son mariage sur Facebook.
Pour la famille de Bergerette, c’est le choc. « 5 mois après le mariage, Sofienne a obtenu ses papiers et il est arrivé à La Réunion. J’ai tout de suite vu qu’il regardait les autres filles. Ça et la différence d’âge avec ma sœur m’ont inquiétée », se souvient Nanette, une des sœurs de la victime.

Peu à peu, Bergie s’isole et ne voit presque plus sa famille. Cette attitude ne correspond pas à son caractère et personne ne comprend ce qui se passe.

Elle s’isole et porte des lunettes noires

Un soir pourtant, elle accepte de venir à une soirée organisée pour l’anniversaire de sa mère. Ce soir-là, elle porte des lunettes noires derrière lesquelles elle cache des bleus à l’œil. Elle évoque un coup de coude de son mari dans son sommeil. Interrogé à son tour, Sofienne parle d’une caisse à outils qui lui serait tombée sur le visage alors que lui-même se trouvait sur un tabouret en train de bricoler.

Selon les proches, Bergie subissait des violences régulières, notamment au sujet de cet enfant que le couple n’arrivait pas à avoir. En avril, c’est peut-être ce sujet qui a provoqué des brimades, des disputes puis, la tragédie.

Retour à La Réunion aux frais de la justice

En mai dernier, Sofienne Hajji a regagné La Réunion pour comparaitre devant la juge d’instruction en charge de la mort suspecte de Bergerette Baltimor. Placé sous contrôle judiciaire, le trentenaire aurait ensuite erré de centres sociaux en foyer d’hébergement avant de repartir en métropole à Pontarlier, puis à Bordeaux. Fin septembre et début octobre dernier, il n’a pas pointé au commissariat contrairement aux obligations de son contrôle judiciaire. Un mandat d’amener a été délivré à son encontre et il est revenu dans le département aux frais de la justice qui a ordonné son incarcération.

Ce mardi, Sofienne Hajji faisait appel de cette décision devant les magistrats de l’instruction, visiblement très agacés par ses propos notamment ceux concernant son ex-compagne de Quimper. « Je vois la limite de votre réflexion », a fustigé la présidente de l’audience à l’issue de laquelle le placement sous les verrous a été confirmé. Pendant ce temps, l’instruction continue afin que toute la lumière soit faite sur la mort de Bergerette Baltimor avec, notamment, l’intervention de différents experts du feu.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Trafic de drogues de synthèse : Le psychonaute sévèrement condamné

Des substances psychédéliques par kilo importées par colis postal de Chine où elles sont fabriquées par des laboratoires ont inondé La Réunion. Ces cristaux qui imitent la cocaïne ou les amphétamines ne seraient pas de la drogue, selon un trentenaire rejugé à sa demande par la cour d’appel en novembre 2023. Celui-ci s’est réclamé de sa consommation personnelle et n’a pas manqué d’imagination pour justifier son train de vie. Mais il n’a pas convaincu la cour dont la décision tombe comme un couperet.

Trottinettes électriques : La police contrôle et verbalise

Ce jeudi matin, les policiers de Saint-Denis avaient dans leur viseur les propriétaires de trottinettes électriques. Comme indiqué sur la page Facebook de la Police Nationale de La Réunion, de nombreuses infractions ont été relevées et de nombreuses verbalisations ont été dressées.

Opération Place Nette : Trois individus interpellés pour port d’arme

Les fonctionnaires de la police nationale de La Réunion ont effectué des contrôles dans le cadre de l’opération « place nette » ce mercredi à Saint-Denis. À ce titre, cinq personnes ont été interpellées dans le quartier de Sainte-Clotilde, indique la police sur sa page Facebook.

Tentative de meurtre au carré cathédrale : Avant son jugement en appel, le suspect souhaite retrouver la liberté

Un acquittement pour tentative de meurtre « incompréhensible » selon le parquet général qui a fait appel de la décision de la cour d’assises prononcée en septembre dernier. Julien G. est poursuivi pour avoir planté une lame dans la carotide d’un touriste suite à une discussion animée sur fond d’alcool avec des touristes en décembre 2020 au centre-ville de Saint-Denis. Il souhaite attendre son nouveau procès en liberté.