Revenir à la rubrique : Océan Indien

Maurice : 80 employés du groupe Apavou licenciés

Le groupe Apavou a décidé de licencier près de 80 personnes au sein de deux de ses établissements à l'Île Maurice : La Plantation Resort et l'hôtel Ambre.

Ecrit par Ludovic Robert – le mercredi 18 février 2009 à 10H45

La crise financière n’épargne pas les grands hôtels de l’Île Maurice… Une cinquantaine de salariés de La Plantation Resort et une trentaine de l’hôtel Ambre en ont fait les frais. Après plus d’une quinzaine d’années de service, pour certains d’entre eux, les employés ont été avertis de cette décision par courrier.

Atma Shanto est mécontent… Selon le négociateur syndical de l’Organisation of Hotel and Catering Workers, le facteur humain a été mis de côté dans ces licenciements économiques.
Sur le site de l’Express de Maurice, celui-ci s’insurge : « 95% des petits employés d’hôtel sont endettés et ont un besoin vital de leur emploi…« . En réponse à ces licenciements, qu’ils considèrent comme abusifs, les employés ont débrayé les 12 et 13 février derniers et ont exigé la réintégration des personnels, revendication qui n’a pas été satisfaite.

Dans une lettre adressée au Ministre du travail de l’île soeur, Jean-François Chaumière, les syndicats de l’Organisation of Hotel and catering Workers ont fait connaître les inquiétudes des employés des deux hôtels concernés. Pour le moment, aucune réponse ne leur est parvenue.

Pour les deux hôtels du groupe Apavou, c’est le contexte international morose qui a orienté ces décisions. La Plantation Resort met en avant les difficultés résultant de la crise financière pour justifier les licenciements. Du côté de l’hôtel Ambre, ce sont les difficultés économiques qui sont évoquées. Des dispositions afin d’éviter ces licenciements avaient pourtant été prises par les directions de ces deux établissements flanqués de 4 étoiles (La Plantation) et 3 étoiles (Ambre)…

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

85 cas de choléra à Mayotte, dont 68 autochtones

Le dernier communiqué publié ce vendredi par Santé Publique France fait état de 85 cas de choléra recensés sur l’île de Mayotte. Sur ce total, 17 cas proviendraient de personnes arrivées en provenance des Comores.

Mayotte : L’épidémie de choléra s’étend à un nouveau quartier

L’épidémie de choléra qui sévit actuellement à Mayotte continue de susciter l’inquiétude, notamment après la confirmation hier d’un cas dans un nouveau quartier de l’île, portant le total à 67 personnes infectées.
Parmi les victimes figure une fillette de trois ans décédée la semaine dernière.

Comores : Azali remercie Macron pour l’aide de la France dans la lutte contre le choléra

Dans un communiqué, la présidence de l’Union des Comores résume la teneur d’un entretien téléphonique entre les présidents Azali Assoumani et Emmanuel Macron. Selon la version officielle, nulle allusion n’aurait été faite à l’opération Wuambushu 2, qui vise les ressortissants comoriens en situation irrégulière à Mayotte. Ce serait l’immigration en provenance de l’Afrique des Grands lacs et ses conséquences, en premier lieu l’épidémie de choléra, qui seraient au centre des préoccupations d’Emmanuel Macron.

Après la mer Rouge, deux autres câbles internet en panne dans le canal du Mozambique

Plusieurs pays est-africains sont affectés par une rupture totale des câbles internet sous-marins EASSy et Seacom, probablement localisée entre le Mozambique et l’Afrique du Sud et causant d’importants dysfonctionnement sur le trafic. Les perturbations pour les usagers sont d’autant plus inquiétantes que trois autres câbles, sectionnés en février dernier en mer Rouge, n’ont toujours pas été réparés.