Revenir à la rubrique : Economie

Les cases-containers séduisent de plus en plus à La Réunion

Design, modulable et pas chère, la maison container connaît depuis quelques années un succès grandissant. Entretien avec Yannick Bourgeois, dirigeant de Case Container, qui souhaite populariser ce type de construction à La Réunion.

Ecrit par SI – le lundi 12 octobre 2015 à 11H39

Tout d’abord, pouvez-vous vous présenter ?
   
Issu de la grande distribution où j’ai été directeur de magasin pendant une quinzaine d’années, j’ai également fait un passage de deux ans en Belgique pour y implanter les premiers Intermarché. Je suis arrivé à La Réunion il y a maintenant 12 ans, après quatre années passées à Madagascar.

Parlez-nous un peu de Case Container, qui propose un concept assez novateur dans l’île…

Il m’a fallu presque deux années d’étude pour concrétiser le projet Case Container, avant de créer la SAS en 2013. Case Container a aujourd’hui tous les outils pour travailler et concevoir des maisons très écologiques et économiques, « Econologiques ».

On propose principalement des cases sur mesure de 15 m2 à plus de 200 m2. Les plans sont faits à notre bureau d’étude en concertation avec le client. Notre particularité est de proposer une maison moderne contemporaine et très écologique et livrée prête à habiter. Nous rappelons au client tous les frais annexes à ne pas oublier, branchements réseaux, solaire, fosse…Chez nous pas de travaux supplémentaires qui gangrènent le budget et la relation. En fin d’année, nous sortirons un catalogue avec une quinzaine de modèles.

Comment vous-procurez vous les containers ?

 On trouve les containers en Europe et en Asie. C’est un travail de longue haleine : ils arrivent chargés pour des grands groupes principalement alimentaires et on évite qu’ils repartent à vide. Encore un geste environnemental.

On dit des maisons-containers qu’elles sont originales et inscrites dans notre époque. Mais sont-elles réellement écologiques ou résistantes par rapport aux maisons en dur ?

Les avantages sont multiples. Avec les maisons-containers, il n’y a pas de problèmes de termites, ou de remontée d’humidité. De plus, elles gardent la fraîcheur à l’intérieur, à l’inverse du béton qui lui emmagasine la chaleur et la diffuse toute la nuit. Côté résistance, l’acier corten est imputrescible, et ne rouille pas.

Sont-elles adaptées au climat de La Réunion ?

Bien mieux que du béton comme expliqué ci-dessus. J’ai validé un process anti-cyclonique pour l’arrachement, mais elles sont de toute façon posées sur des plots béton ou des longrines exactement comme des maisons béton. Et fixées de plus via des platines de liaison. Par ailleurs, le poids au m2 est proche de celui des maisons béton.

Comment procédez-vous lorsqu’un client passe commande ?

Nous commençons tout d’abord par une visite de terrain, pour voir l’accessibilité du porte-container. Nous faisons ensuite une étude du projet faisabilité, en concertation avec les besoins et désirs du client, sans oublier l’étude de son dossier financier avec nos partenaires financiers. Ensuite si un bureau d’étude nous accorde le permis de construire, nous signons le contrat avec le client, puis nous lançons la construction. Comme une construction dite « classique », nous avons les mêmes garanties. Une réunion de chantier a lieu tous les 15 jours avec le client, avec un suivi de chantier, sans oublier les modifications éventuelles apportées par ce dernier, avant la livraison du chantier et remise des clés.

Nous incitons les futurs propriétaires à voir notre concept, qui tend à s’inscrire comme la nouvelle norme de construction à La Réunion. On a connu les maisons Tomi, Satec, Bourbon Bois et maintenant c’est au tour des Cases Container.

Combien coûte en moyenne une maison-container construite par vos soins ?

Entre 790€ et 1000€ du m2 en moyenne.

Est-ce que ce marché est-il porteur dans notre département ? Il y a-t-il beaucoup de commandes ?

Il y a encore beaucoup de travail mais le marché est porteur, écologique et dans l’air du temps. Nous avons des commandes et nous ne cherchons pas à aller trop vite. Le but étant de n’avoir que des clients satisfaits. Et de belles réalisations.

Quelles sont vos futures réalisations ?

 Nos prochains défis : construire une très belle mosquée avec une livraison prévue en 2016, créer un immeuble pour étudiants, ainsi que des immeubles sociaux.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« L’octroi de mer : c’est n’importe quoi ! » selon l’UCOR

L’Union des Consommateurs de La Réunion (UCOR) publie une lettre ouverte critiquant l’octroi de mer pour son impact sur le coût de la vie et exige sa suppression immédiate, ainsi que le financement des communes et de la région par l’État, pour protéger le pouvoir d’achat des Réunionnais.

Dérogation pour les produits de construction : « Une victoire écologique et sociale » pour Gaillard et Ratenon

Dans un communiqué, les députés Jean Hugues Ratenon et Perceval Gaillard saluent la décision du Parlement européen d’autoriser La Réunion et les autres territoires ultramarins à importer des produits de construction de pays tiers sans marquage CE. Une mesure permettant de réduire les coûts pour les entreprises et les consommateurs, tout en réduisant l’impact écologique associé au transport.

La CRC épingle la SAPHIR sur la gestion durable de l’eau

La Chambre régionale des comptes de La Réunion a publié son rapport d’observations définitives sur la société d’aménagement des périmètres hydroagricoles de La Réunion (SAPHIR), après son premier contrôle initié en février 2023. Le rapport, qui a finalisé ses observations en octobre 2023, critique les pratiques actuelles de SAPHIR, soulignant sa dépendance financière aux ventes d’eau et ses modalités d’action qui ne s’inscrivent pas pleinement dans une gestion durable de l’eau.