Revenir à la rubrique : Politique

Législatives : Les enseignements des Européennes, circonscription par circonscription

Les Réunionnais sont appelés aux urnes pour la deuxième fois en quelques semaines. Les Européennes et les Législatives sont deux scrutins très différents, mais les résultats du 9 juin feront partie des calculs menés par les partis engagés dans la campagne qui commence lundi.

Ecrit par Baradi Siva – le dimanche 16 juin 2024 à 10H11

Les élections législatives anticipées se dérouleront les 30 juin et 7 juillet prochains. Les candidats ont jusqu’à 18 heures ce dimanche, pour se faire connaître auprès de la préfecture de La Réunion.

Les résultats des Européennes et les projections suite à ce dernier scrutin font partie des éléments qui vont être étudiés afin d’organiser la campagne des Législatives qui commence officiellement ce lundi.

Les deux élections sont très différentes. Les listes aux Européennes étaient nationales, d’ailleurs seulement 13 sur 38 comptaient des Réunionnais. Aux Législatives, les binômes en lice sont élus localement, bien qu’ils siégeront à l’Assemblée nationale.

Un enjeu important aux Législatives

Et si les élections locales et nationales sont habituellement différentes avec notamment des résultats bien plus faibles pour l’extrême-droite. Les Législatives avaient vu plusieurs candidats locaux RN atteindre la barre des 10% en 2022.

Mais les enjeux nationaux, avec la prétention pour le parti de Marine Le Pen et Jordan Bardella comme pour l’union des gauches de prendre le pouvoir, pourraient changer la donne par rapport à l’élection d’il y a deux ans.

Une abstention forte à chaque fois

Les électeurs réunionnais devront se rendre dans les urnes pour une deuxième fois au mois de juin après les Européennes. Mais 73,75% ont décidé de ne pas passer par un isoloir le dimanche 9 juin dernier.

Les taux d’abstention étaient aussi records en 2022 pour des élections législatives et se sont situés entre 63,84% et 74,45% au premier tour. Le dimanche suivant, les électeurs étaient un peu plus nombreux à se rendre aux urnes, mais toujours moins que les abstentionnistes : entre 55,82% et 70,83%.

Parmi les enseignements globaux des élections européennes : le Rassemblement national est sorti en tête de toutes les circonscriptions.

 

1ère circonscription : les socialistes présents

 

La première circonscription est exclusivement dionysienne. Peu de surprise donc de voir la liste Place Publique/Parti socialiste obtenir son meilleur classement des Européennes dans cette circonscription.

Le RN avait obtenu 25,49% des suffrages contre 19,88% pour la gauche socialiste et 19,01% pour LFI. À noter qu’avec une abstention forte (68,81%), la différence entre les deux premières listes ne représente que 1.500 électeurs sur les 88.568 inscrits sur cette liste.

Sur cette circonscription, les plateformes de gauche ont trouvé un accord. Patrick Lebreton a même scandé : “Sur la 1ère, i fo pa mayé, c’est Naillet !” En additionnant les voix socialistes et lfistes, la gauche devrait sortir largement en tête au premier tour.

En 2022, Philippe Naillet s’était très confortablement qualifié pour le second tour avec le double du score de son premier adversaire et avait remporté le scrutin le dimanche suivant avec une avance importante (60,68%) face à Jean-Jacques Morel.

L’avocat était à l’époque en campagne avec l’étiquette “divers droite” et n’avait pas obtenu le soutien officiel des Républicains. Cette fois-ci, il sera en campagne avec son nouveau parti, le Rassemblement national.

La course risque d’être beaucoup plus serrée, même si le RN a réalisé son plus mauvais score des Européennes sur la première circonscription.

 

2ème circonscription : écart minime entre les extrêmes

 

Le taux d’abstention était de 76,86% aux Européennes sur la deuxième circonscription, plus qu’au premier tour des Législatives (70,69%).

La deuxième circonscription a été marquée par le plus faible écart entre le RN (28,39%) et LFI (25,33%). Trois points entre les deux extrêmes, soit 670 voix sur les près de 2.000 exprimés. À noter donc que 78.134 électeurs ne se sont pas déplacés.

Comme sur la première circonscription, les deux plateformes de gauche se sont entendues pour soutenir la candidature de Karine qui avait obtenu près de 43% au premier tour et 69,4% au second lors de scrutins qui avaient au moins 70% de taux d’abstention.

Face à la gauche, le RN met en lice Christelle Bègue. La droite n’a pas encore choisi son candidat. Audrey Fontaine était allée au combat en 2022. Et le parti présidentiel, arrivé troisième aux Européennes n’a pas encore choisi de candidat.

 

3ème circonscription : beaucoup d’interrogations

 

Le taux d’abstention a été très élevé aussi sur la troisième circonscription avec 73,22%. Le RN enregistre son deuxième meilleur score avec 39,36%. C’est 5.500 suffrages de plus que LFI (16,47%). Le parti d’Emmanuel Macron arrive en deuxième position. Les socialistes sont à la peine et terminent même derrière Reconquête.

Aux Législatives, le taux d’abstention était de 66,80% au premier tour et de 64,44% au second. En 2022, un duel de droite a vu Nathalie Bassire battre Patrice Thien Ah Koon de seulement trois points, l’une des plus petites différences.

Le scrutin du premier tour avait été marqué par la division de la gauche avec Alexis Chaussalet (de l’union PLR/LFI) éliminé pour 57 voix. Le socialiste Jean-Jacques Vlody était aussi candidat tout comme Rémy Bourgogne qui a dû se présenter sans étiquette.

Cette fois, à gauche, toujours pas d’union entre les deux plateformes majeures, mais le camp Bareigts ne va pas présenter de candidat face à Alexis Chaussalet. Rémy Bourgogne retourne lui au combat.

À noter qu’en 2022, Didier Hoarau avait décroché la quatrième place avec 13,62% des voix pour le RN. Il sera remplacé cette fois-ci par Joseph Rivière.

 

4ème circonscription : voix éparpillées

 

La quatrième circonscription enregistre le plus faible taux d’abstention aux Européennes (68,60%). LFI (24,77%) talonne le RN (30,86%). La liste Place Publique/Parti Socialiste termine troisième, loin derrière (7,32%).

En 2022, les électeurs de la quatrième circonscription faisaient aussi partie des plus assidus avec des taux d’abstention de 63,84% au premier tour et de 55,82% au second.

Emeline K/Bidi avait largement battu David Lorion aux dernières législatives. Et même si la protégée de Patrick Lebreton n’aura pas le soutien de la plateforme d’Ericka Bareigts, elle n’aura pas de concurrence organisée à gauche.

David Lorion, qui s’est éloigné du parti Les Républicains suite au rapprochement avec le RN initié par le président Eric Ciotti, devrait avoir le soutien de Michel Fontaine et de Serge Hoareau.

Du côté du RN, Annie-Claude dite Saphia Boucher qui avait obtenu 10,54% en 2022 sera remplacée par Jonathan Rivière.

Aucune indication non plus pour l’instant sur le choix du camp Thien Ah Koon.

 

5ème circonscription : territoire très contesté

 

C’est dans la cinquième circonscription que les électeurs se sont le moins déplacés aux Européennes. Le taux d’abstention était de 77,67%. Plusieurs communes aux couleurs politiques très différentes : La Plaine des Palmistes avec l’unique maire RN, St-Benoît avec un édile qui a soutenu la liste PP/PS, Ste-Rose où Michel Vergoz a milité pour Renaissance. Le député sortant, Jean-Hugues Ratenon, était lui derrière la proposition de LFI.

Le RN obtient son meilleur score avec 39,68% des suffrages exprimés. LFI termine deuxième avec 17,93%. La liste du parti présidentiel réalise aussi sa meilleure performance avec 17,93%. L’union PP/PS est là encore distancée (5,63%).

Aux Législatives, le taux d’abstention était aussi important : 69,17% au premier tour, 65,28% au second tour. Un duel à gauche a basculé largement en faveur de Jean-Hugues Ratenon (62,81%) face à Ridwane Issa.

Le député sortant sera de nouveau candidat. Membre de la plateforme d’Huguette Bello, il n’aura toujours pas le soutien du camp Bareigts. Patrice Selly envoie cette fois au combat, Anne Chane-Kaye-Bone Tavel.

Du côté du RN, Marie-Luce Brasier-Clain a été élue aux Européennes. Elle laisse donc sa place à Joan Doro. Pour le MPTU, qui soutient Emmanuel Macron, et qui a obtenu le meilleur score de l’île pour le parti présidentiel aux Européennes, aucune décision n’a été prise.

 

6ème circonscription : le duel des frères ennemis rejoué

 

Le taux d’abstention aux Européennes était de 74,79% contre 70,54% et 68,30% lors des deux tours des Législatives 2022.

Le RN est sorti en tête (32,16%) avec un score moins important que le cumul des deux listes de gauche (17,15% pour LFI et 12,03% pour l’alliance PP/PS).

Aux Législatives de 2022, la sixième circonscription avait été marquée par un duel entre deux anciens frères d’armes. Frédéric Maillot avait battu Alek Laï-Kane-Cheong de 1.500 voix.

Comme en 2022, les deux candidats seront de nouveau dans l’arène. Le député sortant sera soutenu par la plateforme Bello mais son adversaire obtient cette fois le renfort du camp Bareigts qui lui avait cruellement manqué il y a deux ans.

Chez le RN, Valérie Legros sera la seule candidate présente en 2022 qui sera de nouveau en lice. Elle avait obtenu 8,78% à l’époque.

 

7ème circonscription : un champ de bataille bien rempli

 

La septième circonscription s’est retrouvée dans la moyenne, en termes d’abstention (75,61%) comme au niveau des résultats avec le RN devant (28,94%), la liste LFI la plus proche (19,66%) et la gauche PP/PS (10,79%) juste devant le parti présidentiel (9,55%).

En 2022, le taux d’abstention était aussi d’environ 70% au premier tour et autour de 65% au second. Perceval Gaillard était sorti en ballottage défavorable, mais a damé le pion à Thierry Robert sur la ligne d’arrivée avec moins de 1.000 voix de différence.

Les deux hommes se retrouvent sur la ligne de départ en 2024. Perceval Gaillard jouira du soutien de toute la gauche pour cette élection.

À noter que les résultats des Européennes ne devraient pas apporter un éclairage important pour un scrutin qui sera marqué par le retour de l’ancien maire de St-Louis, Cyrille Hamilcaro mais aussi l’ancien maire de St-Leu et député, Jean-Luc Poudroux qui a rejoint le RN.

 

 

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« Nous avons assisté à des procès d’intention indignes menés par des opposants à la nomination d’Huguette Bello à Matignon »

« Sa décision de décliner la proposition d’occuper le poste de Première Ministre contraste complètement avec les motivations de certain.e.s ». Les mots sont ceux de la présidente de l’Union des femmes réunionnaises et sénatrice de La Réunion, Evelyne Corbière-Naminzo, qui tient à saluer l' »engagement indéfectible pour plus de justice et de solidarité́ » d’Huguette Bello. Pour rappel, cette dernière a décliné ce dimanche la proposition de la France insoumise (LFI) et du Parti communiste français (PCF) d’occuper le poste de Première ministre. Saluant le « parcours politique exemplaire » de la présidente de Région, Evelyne Corbière-Naminzo regrette que celle ci n’ait pas obtenu « un consensus total » autour de son nom pour occuper Matignon. Elle pointe en particulier le rôle joué par le Parti socialiste, qui « a pourtant pu compter sur les soutiens d’Huguette Bello à François Mitterand, François Hollande et Ségolène Royal, lors des élections présidentielles ».

Huguette Bello annonce qu’elle n’ira pas à Matignon

Malgré l’appel de ses soutiens, Huguette Bello ne sera pas nommée Première ministre. L’annonce a été faite ce dimanche par la présidente de Région elle-même dans un communiqué. Elle explique vouloir « garantir l’unité du Nouveau Front populaire » en déclinant « sans plus attendre » l’offre qui lui a été faite. « Je prends acte qu’elle ne fait pas l’objet d’un consensus entre toutes les composantes du Nouveau Front Populaire, et notamment qu’elle n’est pas soutenue par le Parti socialiste », précise la cheffe de file du PLR.

Jean-Hugues Ratenon et Joé Bédier demandent aux élus locaux de pousser la nomination d’Huguette Bello à Matignon

Dans un communiqué, le président de Rézistan’s Égalité 974, Jean-Hugues Ratenon, appelle le Parti socialiste, et notamment la fédération locale représentée par Ericka Bareigts, à faire preuve de « responsabilité » pour permettre la nomination d’Huguette Bello à Matignon. Même son de cloche pour Joé Bédier pour qui il est crucial « de placer les intérêts supérieurs des Français au premier rang », en demandant aux partis du Nouveau Front populaire (NFP) de s’entendre sur la candidature de la présidente de Région.

NFP : Comment le nom d’Huguette Bello est arrivé au centre des débats

Le Nouveau Front populaire se déchire depuis plusieurs jours autour du sujet du nouveau gouvernement qui sera formé suite aux élections législatives anticipées. Pour sortir de l’impasse, le nom d’Huguette Bello a été cité. Mais comment l’hypothèse d’une candidature de la présidente de la Région Réunion est-elle arrivée sur la table ?