Revenir à la rubrique : Politique

Législatives : 211 candidats se sont désistés pour faire barrage au RN

Alors que la date limite pour le dépôt des candidatures au second tour des élections législatives est terminée depuis mardi 18h, 211 candidats se sont désistés pour faire barrage à l'extrême droite. Ainsi, le nombre de triangulaires impliquant un candidat RN est passé de 299 à 92.

Ecrit par N.P. – le mercredi 03 juillet 2024 à 10H27
Image d'illustration : Pierre Marchal / Anakao Press

Les affiches du second tour des élections législatives anticipées sont donc connues. Après deux jours de réflexion et de tractations, 211 candidats ont fait le choix de se retirer selon un décompte de France Info. Un désistement dans 210 circonscriptions dont l’objectif est d’empêcher le candidat RN d’accéder à l’Assemblée nationale.

Face au score historique du Rassemblement national dont les candidats sont toujours en course dans 446 circonscriptions, en plus des 39 déjà élus, la vague de désistement a bien eu lieu, divisant par trois le nombre de triangulaires. Seulement deux quadrangulaires sont maintenues, sur les sept initialement enregistrées à la fin du premier tour.

C’est principalement à gauche que ces désistements ont eu lieu. La consigne des partis du Nouveau Front Populaire (NFP) de se désister pour les candidats arrivés troisièmes a donc bien été respectée avec 126 retraits.

Les candidats macronistes ne sont pas en reste. Le Premier ministre a appelé les candidats du parti présidentiel arrivés troisièmes à se désister pour empêcher le RN d’obtenir une majorité absolue. Finalement, 81 candidats se sont désistés, dont cinq ministres : Marie Guévenoux, la ministre chargée des Outre-mer, Sabrina Agresti-Roubache, Patricia Mirallès, Fadila Khattabi et Dominique Faure.

Certains candidats de la majorité présidentielle ont toutefois fait le choix de se maintenir. C’est également le choix des candidats Républicains et divers droite qui se sont majoritairement maintenus.

Il existe également des cas où le désistement n’est pas directement lié à faire front contre le candidat d’extrême droite. C’est le cas de Raquel Garrido, frondeuse de chez LFI, qui s’est désistée au profit du candidat investi par le NFP, Aly Diouara. Dans la Macronie, le frondeur Gilles Le Gendre s’est désisté et a appelé à voter pour la candidate socialiste face au candidat officiel de Renaissance. Enfin, deux candidates RN se sont également retirées de la course, dont Ludivine Daoudi, dont la photo d’elle avec une casquette nazie a refait surface.

À La Réunion, aucune triangulaire n’aura lieu et donc aucun désistement n’a été enregistré.

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
19 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

LFI suspend les discussions avec les autres partis de gauche

La France Insoumise (LFI) a annoncé ce lundi 15 juillet la suspension des discussions avec les autres partis de gauche pour la formation d’un gouvernement, en réaction au refus des socialistes de soutenir Huguette Bello au poste de Premier ministre. Ce refus a été perçu par LFI comme une volonté du PS « de mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front populaire, dans le seul but d’imposer la sienne », conduisant la gauche dans une « impasse ». En conséquence, le parti de Jean-Luc Mélenchon annonce suspendre les négociations, dans l’attente de la désignation d’une candidature unique à la présidence de l’Assemblée nationale.

« Nous avons assisté à des procès d’intention indignes menés par des opposants à la nomination d’Huguette Bello à Matignon »

« Sa décision de décliner la proposition d’occuper le poste de Première Ministre contraste complètement avec les motivations de certain.e.s ». Les mots sont ceux de la présidente de l’Union des femmes réunionnaises et sénatrice de La Réunion, Evelyne Corbière-Naminzo, qui tient à saluer l' »engagement indéfectible pour plus de justice et de solidarité́ » d’Huguette Bello. Pour rappel, cette dernière a décliné ce dimanche la proposition de la France insoumise (LFI) et du Parti communiste français (PCF) d’occuper le poste de Première ministre. Saluant le « parcours politique exemplaire » de la présidente de Région, Evelyne Corbière-Naminzo regrette que celle ci n’ait pas obtenu « un consensus total » autour de son nom pour occuper Matignon. Elle pointe en particulier le rôle joué par le Parti socialiste, qui « a pourtant pu compter sur les soutiens d’Huguette Bello à François Mitterand, François Hollande et Ségolène Royal, lors des élections présidentielles ».

Huguette Bello annonce qu’elle n’ira pas à Matignon

Malgré l’appel de ses soutiens, Huguette Bello ne sera pas nommée Première ministre. L’annonce a été faite ce dimanche par la présidente de Région elle-même dans un communiqué. Elle explique vouloir « garantir l’unité du Nouveau Front populaire » en déclinant « sans plus attendre » l’offre qui lui a été faite. « Je prends acte qu’elle ne fait pas l’objet d’un consensus entre toutes les composantes du Nouveau Front Populaire, et notamment qu’elle n’est pas soutenue par le Parti socialiste », précise la cheffe de file du PLR.

Jean-Hugues Ratenon et Joé Bédier demandent aux élus locaux de pousser la nomination d’Huguette Bello à Matignon

Dans un communiqué, le président de Rézistan’s Égalité 974, Jean-Hugues Ratenon, appelle le Parti socialiste, et notamment la fédération locale représentée par Ericka Bareigts, à faire preuve de « responsabilité » pour permettre la nomination d’Huguette Bello à Matignon. Même son de cloche pour Joé Bédier pour qui il est crucial « de placer les intérêts supérieurs des Français au premier rang », en demandant aux partis du Nouveau Front populaire (NFP) de s’entendre sur la candidature de la présidente de Région.

NFP : Comment le nom d’Huguette Bello est arrivé au centre des débats

Le Nouveau Front populaire se déchire depuis plusieurs jours autour du sujet du nouveau gouvernement qui sera formé suite aux élections législatives anticipées. Pour sortir de l’impasse, le nom d’Huguette Bello a été cité. Mais comment l’hypothèse d’une candidature de la présidente de la Région Réunion est-elle arrivée sur la table ?