Revenir à la rubrique : Faits divers

Le Tampon : Malaises et rumeurs au collège du 14e km

Les faits se sont produits au collège du 14e km ce vendredi après-midi. Plusieurs véhicules de secours ont été mobilisés.

Ecrit par N.P. – le vendredi 01 mars 2024 à 16H44

Au collège du 14ᵉ km au Tampon, un incident s’est produit ce vendredi après-midi. Plusieurs élèves ont déclaré avoir fait des malaises. Un dispositif important des secours a été déployé, trois véhicules des pompiers étaient présents à l’établissement.

Des élèves et des parents interrogés sur place assurent que plusieurs collégiens auraient fait des malaises après avoir consommé une substance décrite par certains comme de la drogue.

La direction du collège ainsi que le rectorat de La Réunion affirment qu’aucune trace de drogue n’a été retrouvée. Selon le rectorat, un élève aurait passé des « bonbons » à ses camarades qui auraient voulu faire une farce en déclarant faire des malaises à cause de drogue contenue dans les sucreries.

 

Thèmes : Le Tampon
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
16 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Soupçons d’emplois illégaux au cabinet de la Région : La stratégie d’enquête décriée par la défense

En début d’audience pour ce premier jour de procès, les 11 prévenus de la Région Réunion, dirigée par Didier Robert de 2010 à 2021, ont nié toute faute malgré les poursuites pour détournement de fonds, prise illégale d’intérêts et de recel après un contrôle de la Chambre régionale des comptes. L’enquête préliminaire a révélé des emplois potentiellement fictifs, des recrutements discrétionnaires et des rémunérations excessives. Les avocats de la défense contestent la procédure, arguant notamment de partialité et d’imprécision des motifs de poursuite.