Revenir à la rubrique : Faits divers

Le Port : Interceptée sur le parcours de santé, elle est violée en pleine rue par un cycliste

10 ans de réclusion criminelle, c'est ce dont a écopé Jean Eddy T. en mai dernier pour le viol d'une jeune femme qui selon lui "était" consentante. Le parquet général, insatisfait de cette condamnation, a interjeté appel. En attendant son nouveau procès prévu en 2023, l'accusé voudrait retrouver la liberté.

Ecrit par 2181159 – le mardi 29 novembre 2022 à 11H37

Le 28 décembre 2018, Elise* poussait la porte du commissariat du Port pour porter plainte contre l’homme qui l’avait violée la veille en pleine rue. Vers 21 heures, alors qu’elle se rendait à son cours de boxe, la jeune femme avait été interceptée par un cycliste qui arrivait en sens inverse. Ce dernier avait simulé la présence d’un couteau pour la contraindre à le suivre sur le parcours de santé, au niveau de la Clinique des Tamarins. Là, il lui avait imposé une relation sexuelle complète.

Comble de l’histoire, le mis en cause résidait à proximité immédiate du lieu des faits et, alors qu’il commettait son crime, sa compagne enceinte et leur enfant l’attendaient au domicile conjugal. Interpellé, il avait reconnu sans pour autant être en mesure de justifier son comportement. Plus tard, il avait déclaré que la victime « était d’accord » et lui avoir fait croire à la présence d’une arme blanche « pour lui faire peur ».
 

Ce mardi, devant la chambre de l’instruction, Jean-Eddy comparaissait à sa demande afin de convaincre les magistrats de la juridiction de l’autoriser à sortir de prison en attendant son nouveau procès. Car si le trentenaire a été jugé par la cour criminelle en mai dernier, le parquet général, jugeant la peine insuffisante, a fait appel de sa condamnation à 10 ans de réclusion criminelle et 4 ans de suivi socio-judiciaire. Le détenu sera rejugé par une cour d’assises en mars 2023. 

À la barre, Jean-Eddy a présenté ses excuses à la victime, reconnaissant ainsi les faits. Sans avocat, il a justifié sa demande par une volonté de travailler afin de commencer à indemniser la jeune femme et le souhait de retrouver ses enfants. L’accusé n’a cependant produit aucune garantie de représentation en justice ni preuve d’un éventuel contrat à l’appui de sa demande. Des éléments que n’a pas manqué de relever Emmanuelle Barre, avocate générale, évoquant en sus le risque de pression sur la victime et de réitération des faits.

Les magistrats de l’instruction ont mis leur décision en délibéré au 6 décembre prochain.

*Prénom d’emprunt

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Domenjod : Un agent pénitentiaire frappé par un détenu

Un agent a été frappé par un détenu ce lundi matin au centre pénitentiaire de Domenjod. L’UFAP UNSA Justice tire une nouvelle fois la sonnette d’alarme concernant les difficiles conditions de travail du personnel, liées au manque de personnel et à la surpopulation carcérale.

Acquitté de la tentative d’assassinat d’une camarade de lycée, Djayan de nouveau jugé aux assises

Le 4 novembre 2022, la cour d’assises acquittait le jeune homme de 23 ans des faits criminels pour lesquels il était poursuivi. 20 ans de réclusion criminelle avaient été requis à son encontre. Le parquet général a fait appel. Ce lundi et jusqu’à mercredi, Djayan Soubaya Camatchy est rejugé pour avoir tenté d’assassiner une camarade de sa classe de Terminale dans un hangar désaffecté de Sainte-Marie en 2019.

Ermitage : Un homme meurt noyé

La plage de l’Ermitage a été le théâtre d’un drame ce dimanche après-midi. Un homme s’est retrouvé en difficulté alors qu’il se trouvait dans l’eau. Ramené sur la plage par les sauveteurs, il se trouvait en arrêt cardio-respiratoire. Malgré l’intervention des secours, la victime n’a pas pu être réanimée.