Revenir à la rubrique : Faits divers

Le père jugé pour tentative de meurtre sur sa femme : « Ne tue pas maman ! »

Viols, coups et menaces... C'est ce qu'aurait subi cette mère de famille depuis des années de la part de son mari. Jugé pour tentative de meurtre, il sera fixé sur son sort ce vendredi.

Ecrit par SH – le jeudi 18 mars 2021 à 18H33

« Madame, viens vite ! Papa est en train de frapper ma maman », crie un enfant en pleine rue du Petit Tampon alors qu’il se jette sur la voiture d’une dame qui se rend au travail le matin du 21 mars 2019. Elle se gare et sort, il la supplie de venir l’aider et vomit… 
 
Il s’agit de la dernière scène de violence dont l’enfant de 8 ans a été témoin. Sa mère vient de se prendre plusieurs coups de masse sur la tête et au visage par son mari. Ce dernier a passé la nuit devant son domicile avant d’entrer par une fenêtre et l’attaquer. Elle réussit malgré tout à sortir de chez elle, dans la rue, en sang ; son agresseur, quant à lui, s’est enfui. Direction l’hôpital pour la victime puis chez les gendarmes. La quinquagénaire raconte alors bien plus que la violente scène du matin-même. 
 
Cela fait deux ans qu’ils sont séparés après plusieurs années de vie commune. Et ça fait presque autant de temps qu’il la frappe et la menace de mort. Les violences commencent au bout d’un an de relation : avant qu’ils décident d’avoir un enfant ensemble, alors qu’elle est enceinte, et en 2012 lorsqu’elle décide de porter plainte pour de nouveaux faits. Mais en pleine période de crise du couple en 2015, il lui impose un mariage dans l’urgence. C’est ce qu’elle raconte. Pourquoi reste-t-elle ? Son amour pour lui, l’envie que son fils ait un père, et sa dépendance financière. Ayant déjà vécu un divorce, elle veut laisser une chance à son mari.

Des scènes d’horreur et de viols dévoilées

Mais en 2017, alors qu’il la conduit un soir jusque dans un parking à Saint-Paul, s’en est trop. Leur fils alors âgé de 6 ans est à l’arrière de la voiture ; son mari, siège conducteur, tente d’asséner un coup de couteau à sa femme, qui retient la lame avec ses mains. « Ne tue pas maman ! », aurait hurlé l’enfant. Puis direction Saint-Pierre dans une zone industrielle où il la fait sortir de la voiture, lui ordonne de se mettre nue, la viole contre le véhicule alors que leur fils pleure, menace de lui « couper la tête et jeter son corps à l’Entre-Deux », avant de la diriger vers la mer, comme pour la pousser. Il lui vient l’idée de lui dire qu’elle aime et de jurer « devant Dieu » qu’elle ne racontera les faits à personne. Elle le quitte par la suite et il lui trouve un logement afin de s’assurer qu’elle ne parle pas. 
 
Elle n’évoquera cette scène aux gendarmes qu’en mars 2019 après l’attaque avec la masse. Son fils la décrit également. Elle n’ose en reparler que ce jeudi devant la cour d’Assises où son ex-compagnon est jugé pour tentative de meurtre. Et pas que cette scène : les viols et violences auraient été réguliers pendant 9 ans. Aucune larme ne tombe avant qu’elle ne mentionne la « souffrance » de son fils. « Il pense qu’il doit me protéger, explique-t-elle en sanglots, mais c’est à moi de le protéger. Il est suivi par les psychologues, il n’arrive pas à suivre à l’école, il se fait du mal et ce qui lui arrive c’est aussi de ma faute. Et malgré tout ça, il aime encore son père ». L’enfant demanderait souvent pourquoi « papa a mis maman nue et a voulu qu’elle aille dans la mer ». 

Le Réseau VIF, association d’aide aux femmes victimes de violences conjugales, a suivi cette mère de famille depuis plusieurs années. « Beaucoup de violences ne font plus réagir et les victimes évoquent trois fois rien, explique une représentante du réseau VIF devant les magistrats et les membres du jury, mais c’est souvent la pointe de l’iceberg. Derrière, il y a des faits bien plus graves. Parfois ce sont les violences sexuelles qui font enfin réagir ». 
 
Le verdict sera rendu ce vendredi. 

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

St-Denis : Les parents dépassés frappent leur garçon avec le tuyau d’arrosage

Le père et la mère minimisent les coups portés régulièrement à leur marmaille de 12 ans avec une ceinture. Mais les constatations médicales sont sans appel. Un jour de février 2020, ils se sont, chacun à leur tour, particulièrement acharnés à cause d’un « trop-plein ». Si la famille semble désormais réunie, les prévenus ont tout de même été condamnés ce vendredi. Le père est derrière les verrous pour d’autres faits de violences.

Trafic de drogues de synthèse : Le psychonaute sévèrement condamné

Des substances psychédéliques par kilo importées par colis postal de Chine où elles sont fabriquées par des laboratoires ont inondé La Réunion. Ces cristaux qui imitent la cocaïne ou les amphétamines ne seraient pas de la drogue, selon un trentenaire rejugé à sa demande par la cour d’appel en novembre 2023. Celui-ci s’est réclamé de sa consommation personnelle et n’a pas manqué d’imagination pour justifier son train de vie. Mais il n’a pas convaincu la cour dont la décision tombe comme un couperet.

Trottinettes électriques : La police contrôle et verbalise

Ce jeudi matin, les policiers de Saint-Denis avaient dans leur viseur les propriétaires de trottinettes électriques. Comme indiqué sur la page Facebook de la Police Nationale de La Réunion, de nombreuses infractions ont été relevées et de nombreuses verbalisations ont été dressées.