Revenir à la rubrique : Société

La Plaine des Palmistes se met au vélo électrique

La nouvelle municipalité palmi-plainoise va acheter pour son personnel, puis aider sa population à acquérir des vélos électriques. La mairie se portera caution, si nécessaire.

Ecrit par Jismy Ramoudou – le jeudi 18 septembre 2008 à 07H12

“C’est un projet qui se fera en deux étapes”, a dit Pascal Murat, collaborateur au cabinet du maire de la Plaine des Palmistes. “Nous allons d’abord équiper le personnel municipal, pour pouvoir circuler entre les services et sur tout le territoire”.
“La deuxième étape sera de proposer à la population des vélos électriques avec des bornes de recharge qui seront alimentées par des panneaux photovoltaïques”.
Le coût d’un vélo électrique est estimé à 1 500 euros. Le particulier qui souhaite acheter sa bicyclette paiera quarante-cinq euros par mois, en moyenne.
Pascal Murat rappelle que ce mode de transport est un complément à la voiture. “L’objectif n’est pas de supprimer la voiture, ce moyen de transport reste un besoin et une nécessité pour la famille, surtout pour les déplacements et les courses en dehors de la Plaine des Palmistes”.
L’utilisation du vélo électrique gagne du terrain à La Réunion. Cette semaine, la municipalité du Tampon avait mis en avant le “vélib”, à l’occasion de la Semaine européenne de la mobilité.
“Chaque citoyen doit avoir la fierté de se déplacer sur quelque chose de propre”, a conclu Pascal Murat.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Loin de la légende de Libertalia, enquête sur un « repaire de forbans » à Madagascar

Entre les années 1690 et 1720, l’île de Sainte-Marie a abrité un comptoir pirate pour la négoce des butins volés, mais aussi pour la traite des esclaves. Les recherches menées par l’archéologue Jean Soulat et son équipe internationale tendent à faire ressurgir du passé les contours d’un campement de forbans dans la baie d’Ambodifotatra. Une base pirate organisée autour d’un site de carénage, d’une canalisation d’eau douce et d’un fortin dédié à la protection des lieux.

L’incorrigible MIKL

Le spécialiste du zouk à La Réunion, MIKL, a dévoilé son nouveau projet « Collé ». Le clip, déjà visionné plus de 150.000 fois en trois semaines, met en relation une histoire d’amour avec ses hauts et ses bas.