Revenir à la rubrique : Océan Indien

La difficile restructuration d’Air Mauritius

Les 2.500 employés de la compagnie au Paille-en-queue sont impatients. Aucun plan de restructuration concret ne leur a été présenté pour le moment en raison d'intérêts inconciliables entre le plan d'action souhaitée par le gouvernement et celui du Top management. Pendant ce temps, les pertes se poursuivent...

Ecrit par Ludovic Robert – le jeudi 26 février 2009 à 07H04

L’ébauche d’un plan de restructuration pour la compagnie Air Mauritius se fait attendre. Pour notre confrère DefiMedia « il n’existe aucun plan de restructuration à proprement parler. Le Top Management n’arrive pas à accoucher d’un document qui concilie les exigences du gouvernement et celles de la réalité. (…). C’est la raison pour laquelle l’ébauche est continuellement travaillée« .

Plusieurs mesures ont été prises pour pallier aux différentes turbulences qui se font jour dans le ciel mauricien parmi lesquelles la suppression des billets gratuits pour les anciens directeurs (Voir article « [Les turbulences ne sont finies pour Air Mauritius…]urlblank:http://www.zinfos974.com/Les-turbulences-ne-sont-pas-finies-pour-Air-Mauritius_a3685.html « ). Cette mesure a été complétée par la réduction des salaires des Executive vice president et par les départs volontaires en retraite et les congés sans solde. Ces annonces suffisent-elles à assainir une situation financière catastrophique ? Pas si sûr d’après la présentation du bilan financier de la compagnie cette semaine.

Entre octobre et décembre 2008, la compagnie au Paille-en-queue a perdu 299 millions de roupies. Sur les neuf premiers mois du calendrier financier (avril-décembre 2008), ce sont 900 millions de roupies de pertes qui ont été signalées. Pour la direction, ces pertes sont le résultat direct de l’effet négatif du Hedging et d’une baisse de 10,1% du nombre de ses passagers. Par ailleurs, la compagnie avait aussi déboursé près de 2,4 milliards de Rs pour la reconversion de ses avions en deux classes et pour les frais liés au Fuel Hedging Commitment.

Pour les gestionnaires de la compagnie, la réduction des coûts devrait s’articuler autour de trois grandes lignes : « il faut revoir le réseau des dessertes en suspendant les destinations à pertes et en diminuant les fréquences sur les destinations frappées par une baisse conséquente du nombre de passagers. (…) Si cinq vols long-courriers sont réduits chaque semaine, la compagnie pourra économiser la bagatelle de Rs 200 millions par mois« . Cette réduction des capacités de rotation devrait entraîner une diminution du personnel. D’après les gestionnaires, la diminution des effectifs permettra une économie de 3 millions de roupies chaque mois. Si certains cadres ont déjà « accepté » la baisse de leur salaire et la suppression de certains privilèges, leur « train de vie » devrait encore être revu à la baisse…

Le plan du gouvernement est opposé aux exigences des gestionnaires de la compagnie. Pour les membres du gouvernement, le personnel ne doit pas être amputé tout comme certaines dessertes. Toujours selon le Defimedia, Air Mauritius aurait la possibilité de desservir des escales abandonnées par d’autres compagnies. Cependant, plus le temps passe, plus il devient problématique d’agir…

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Mozambique : TotalEnergies aurait cessé de payer directement les forces armées pour sa protection

Il y a un an, un rapport indépendant commandé par TotalEnergies préconisait au groupe de ne plus financer directement la Joint Task Force, composée de soldats rwandais et mozambicains, pour assurer la protection de ses installations dans la région du Cabo Delgado. Selon le site Zitamar, le géant français pétro-gazier verserait désormais sa contribution au gouvernement mozambicain, afin d’éviter que son argent ne puisse être associé à d’éventuels crimes de guerre.

85 cas de choléra à Mayotte, dont 68 autochtones

Le dernier communiqué publié ce vendredi par Santé Publique France fait état de 85 cas de choléra recensés sur l’île de Mayotte. Sur ce total, 17 cas proviendraient de personnes arrivées en provenance des Comores.

Mayotte : L’épidémie de choléra s’étend à un nouveau quartier

L’épidémie de choléra qui sévit actuellement à Mayotte continue de susciter l’inquiétude, notamment après la confirmation hier d’un cas dans un nouveau quartier de l’île, portant le total à 67 personnes infectées.
Parmi les victimes figure une fillette de trois ans décédée la semaine dernière.