Revenir à la rubrique : Culture | Société

La danse de couple, un vrai atout pour trouver l’amour ?

Comme de nombreuses pratiques sportives ou culturelles, la danse permet de se livrer à une activité qui allie autant l'exercice physique que le développement d'un nouveau cercle social. Mais certaines danses sociales ont également la réputation d'être un lieu de rencontre amoureuse où de nombreux couples se sont formés. Mais s'agit-il d'un cliché ou une réalité bien concrète ?

Ecrit par Gaëtan Dumuids – le dimanche 24 mars 2024 à 15H52

Depuis plus de 10 ans, lorsque l’on parle de rencontrer l’amour, un mot revient en boucle : Tinder. Pourtant, ceux qui se sont essayé à la célèbre application de rencontre finissent souvent par être déçu, voire aigri. Et pour cause, entre la perte de temps à discuter, les rendez-vous à répétition, le ratio hommes-femmes très déséquilibrés (entre 65 et 75 % d’hommes) et la fausse sensation d’abondance qui modifie les comportements, les chances de rencontrer le ou la partenaire idéal sont minces. De plus, une autre statistique fait froid dans le dos : 63,5 % des utilisateurs sont déjà en couple.

Cependant, bien avant que des entreprises numériques profitent de l’augmentation du nombre de célibataires, une autre activité était connue de tous pour faire des rencontres amoureuses : la danse de couple. Contrairement à Tinder où la recherche d’une relation extra-conjugale semble être la norme, l’un des profils types du débutant en danse est souvent une personne qui sort d’une relation et qui désire repartir de l’avant.

C’est justement après une rupture difficile que Sueva avait décidé de franchir le pas d’un cours de salsa. « Cela faisait longtemps que je voulais danser, mais on était dans le schéma où lui ne voulait pas et tout se réduisait à une seule volonté. Après la séparation et la période compliquée qui s’en est suivie, j’ai eu envie de m’en sortir et j’ai décidé de faire ce qui me trottait dans la tête », explique celle qui préside à présent l’association Sat’i Danse.

Les rencontres sont faciles…

Son ami avec qui elle donne les cours de salsa, Marcelino Rivière dit Nono, confirme que ceux à la recherche d’un nouvel amour plus que d’une nouvelle activité sont un contingent important des nouveaux adhérents. « Il y en a beaucoup qui s’inscrivent, rencontrent rapidement quelqu’un et arrêtent. Parfois, l’un des deux revient quelque temps après si ça n’a pas marché », explique le prof de salsa.

La pratique régulière peut donner lieu à des histoires dignes de films hollywoodiens cultes. « J’ai eu la chance de tomber amoureux de quelqu’un du monde de la danse. Au départ, je ne pensais pas qu’il se passerait quelque chose avec cette personne. Mais au fur et à mesure que l’on dansait ensemble, un lien se créait. Il y en a beaucoup qui découvrent cette connexion dans la danse », indique Nono.

« Quand un cavalier apporte de la joie, du peps, de l’humour, la réception se fera plus vite que dans la vie de tous les jours. C’est en plus un milieu où l’on apprend à se connaître », ajoute Sueva. Toutefois, elle précise que cette connexion sur la piste peut également être un trompe-l’œil. « On peut avoir un coup de cœur, mais ça ne fait pas tout. Dans le monde de la danse, les défauts n’apparaissent pas en soirée et cette connexion peut vite retomber comme un soufflet quand on se découvre en dehors. »

…mais les histoires d’amour sont difficiles

Si effectivement le monde des danses de couple permet de faire beaucoup plus de rencontres dans la vie quotidienne, les belles histoires se poursuivent généralement loin des pistes, car l’amour de la danse peut devenir incompatible avec l’amour tout court. Parce qu’il ne faut pas se leurrer, le monde des danses sociales est un monde où les coureurs de jupons foisonnent et où il est facile de trouver de nouveaux partenaires. Difficile dès lors de pouvoir entretenir une relation, même lorsque certains souhaitent se caser.

En effet, quel que soit le type de danse de couple pratiquée, cela reste de petits groupes sociaux où tout le monde finit par se connaître. Au fil des rencontres, des aventures et des infidélités, certains finissent par avoir un passé affectif qui fait de l’ombre à un éventuel avenir. Et pour cause : il est difficile d’être serein lorsque l’on doit constamment fréquenter les ex de son ou sa partenaire. Sans compter que la tentation est toujours omniprésente avec les nombreuses personnes en recherche.

De fait, la jalousie et la rancœur peuvent donc polluer toutes histoires naissantes. De nombreux couples qui ont été sollicités pour cet article ont préféré décliner, ne préférant pas déterrer ces mauvais souvenirs du début de relation. Si ces couples pratiquent toujours la danse, cela reste avec parcimonie.

Les couples dont la passion pour la danse reste inébranlable finissent parfois par se lancer dans l’enseignement ensemble. Si certains de ces couples ont une relation forte, beaucoup de ces couples de profs présentent souvent une fusion de façade. En effet, ils ne sont pas épargnés par les circonstances évoquées plus haut, mais une séparation peut mettre fin à leur activité professionnelle.

Paradoxalement, les amoureux de la danse finissent souvent par trouver leur moitié en dehors de cet univers. La confiance développée par cette pratique et l’habitude du jeu de séduction qu’on y trouve y sont pour beaucoup. La danse est donc un bon moyen de rencontrer l’amour, mais elle est également un bon moyen de le perdre.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Sakifo 2024 : “50% de notre programmation sera réunionnaise”

Pour son édition 2024, le Sakifo veut encore proposer du grand spectacle au public réunionnais. Si de grand nom de la musique francophone, comme Hamza, Grand Corps Malade ou IAM répondront présent, les artistes péis ne sont pas en reste, avec Danyel Waro, Lindigo ou encore TABA.

La Réunion est le département le moins sportif de France

Une étude de l’INSEE révèle que La Réunion est le département français qui pratique le moins d’activité sportive. Seul 50% des Réunionnais pratiquent au moins une activité physique par semaine. Comme partout, le nombre de licenciés est en baisse et les femmes restent minoritaires.