Revenir à la rubrique : Blog de Pierrot

La crise aux Antilles pourrait gagner la métropole, selon 63% de Français

Près des deux tiers des Français pensent que la métropole pourrait connaître un mouvement social semblable à celui qui paralyse la Guadeloupe depuis 25 jours, selon un sondage Ifop paru dans Sud-Ouest dimanche. 63% des personnes interrogées disent penser qu’un tel mouvement pourrait « se développer en métropole« , dont 25% le pensent « certainement » et 38% « probablement« . […]

Ecrit par Pierrot Dupuy – le lundi 16 février 2009 à 11H40

Aucune image à la une trouvée pour cet article.

Près des deux tiers des Français pensent que la métropole pourrait connaître un mouvement social semblable à celui qui paralyse la Guadeloupe depuis 25 jours, selon un sondage Ifop paru dans Sud-Ouest dimanche.

63% des personnes interrogées disent penser qu’un tel mouvement pourrait « se développer en métropole« , dont 25% le pensent « certainement » et 38% « probablement« .

 

36% des sondés ne croient pas à une extension en métropole, dont 23% « probablement pas » et 13% « certainement pas« . 1% ne se prononce pas.

L’Ifop rappelle les résultats d’une enquête similaire réalisée en décembre sur une possible contagion en France du mouvement d’émeutes en Grèce, après la mort d’un jeune tué par la police.

A l’époque, 72% des sondés disaient penser qu’un mouvement similaire pourrait s’étendre en France (25% certainement, 47% probablement), pour 27% qui ne croyaient pas à une telle extension (21% probablement pas, 6% certainement pas) et 1% ne se prononçait pas.

Sondage réalisé les 12 et 13 février sur un échantillon national de 800 personnes représentatif de la population âgée de 18 ans et plus, interrogées par téléphone à leur domicile. Notice détaillée disponible auprès de la Commission nationale des sondages.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Le podcast de Pierrot] Les riches paieront… Êtes-vous riche ?

Je voudrais aujourd’hui vous inciter à prendre un peu de hauteur.
Un candidat dans votre circonscription peut vous paraitre sympathique, ça peut même être un copain d’enfance ou quelqu’un avec qui vous jouez au foot ou de la guitare. C’est tout naturellement que vous pourriez être incité(e) à voter pour lui.
Je voudrais juste attirer votre attention sur le fait que ce copain, une fois élu, siègera au sein d’un groupe à l’Assemblée nationale et qu’il appliquera les directives de son parti.
On n’est pas libre quand on fait partie d’un groupe. Il y a une réunion en préalable au cours de laquelle on discute avant de voter en interne. Et une fois que la majorité s’est prononcée, vous êtes obligé€ de respecter les consignes de vote du groupe.
Tout ça pour vous dire quoi ? Avant de voter, regardez bien les programmes des différents partis nationaux. Renseignez-vous, lisez tout ce qui s’écrit, écoutez les analyses des économistes. Le 8 juillet, il sera trop tard.

La presse écrite doit vivre

Difficile d’évoquer aujourd’hui un autre sujet que le procès en référé qui s’est déroulé ce matin devant le tribunal de commerce de Saint-Denis entre le JIR de Jacques Tillier d’un côté et l’imprimerie ICP Roto représentée par son président Alfred Chane Pane de l’autre côté. Au final, la Justice a tranché : en l’absence de contrat liant les deux parties, elle ne peut contraindre l’une d’elles, en l’occurrence ICP Roto, à contracter avec l’autre, le JIR. Si un contrat avait existé, elle aurait pu obliger l’imprimeur à l’appliquer. Mais en droit français, pour qu’un contrat soit valable, il faut qu’il y ait accord sur l’objet et le prix. Ce qui n’était manifestement pas le cas en l’espèce.

[Pierrot Dupuy] Contrairement à ce que vous croyez, La Réunion ne serait pas protégée par l’OTAN en cas de guerre

Depuis quelques semaines, l’actualité bruisse de rumeurs concernant le potentiel déclenchement d’une 3ème guerre mondiale. Il faut dire que les sujets d’inquiétude ne manquent pas : guerre en Ukraine aux portes de l’Europe, guerre à Gaza où les morts se compteraient selon le Hamas par dizaines de milliers, risque de conflit entre l’Iran et Israël, la Chine qui cache de moins en moins ses intentions belliqueuses vis-à-vis de Taïwan…
Dans cet océan de mauvaises nouvelles, nous nous croyons à l’abri sur notre petite île perdue au milieu de l’océan Indien.
En plus, que peut-il nous arriver, protégés que nous sommes par la France, laquelle est elle-même membre de l’OTAN ? Bien fou celui qui oserait s’en prendre à un membre de l’Alliance Nord, et donc aux États-Unis. C’est oublier un peu vite que dans Alliance Nord, il y a Nord…