Revenir à la rubrique : Communiqué | Politique

Karine Lebon interpelle le gouvernement sur le logement insalubre

Karine Lebon, députée de la 2e circonscription de La Réunion, alerte le gouvernement sur le désengagement de l'État dans les programmes de résorption de l'habitat insalubre, soulignant l'urgence de la situation face à la détérioration continue de l'accès au logement et à l'accumulation de plus de 40.000 demandes en attente, alors que la Fondation Abbé Pierre estime à plus de 100.000 le nombre de personnes mal-logées sur l'île.

Ecrit par N.P. – le mardi 13 février 2024 à 17H06
Karine Lebon, députée de La Réunion

Le communiqué :

Karine Lebon, députée de la 2e circonscription de La Réunion, a interpellé le gouvernement concernant le désengagement de l’État dans les programmes de résorption de l’habitat insalubre sur notre île, notamment le non-respect de ses engagements dans le projet de RHI de Sans Souci à Saint-Paul.

Tout comme la vie chère, la problématique de l’accès au logement est structurelle sur le territoire réunionnais et la situation se détériore d’année en année. En raison d’un niveau de pauvreté bien supérieur à celui de l’Hexagone, 80% de la population réunionnaise est éligible au logement social, dont 70% éligible au logement très social. Or, les retards de livraison et la diminution drastique du nombre de projets ont entraîné une accumulation de plus de 40 000 demandes de logements en attente sur l’ensemble du territoire.

À ce manque criant de logements sociaux s’ajoutent tous les problèmes d’insalubrité et de manque d’entretien des logements existants de la part des bailleurs. La Fondation Abbé Pierre, qui réalise un travail remarquable sur notre île et qui vient de présenter son 29e rapport sur le mal-logement en France, estime à plus de 100 000 le nombre de personnes mal-logées à La Réunion, soit 12% de la population. Beaucoup de personnes se voient contraintes de vivre dans des conditions particulièrement dégradantes et souffrent de pathologies spécifiquement liées à cette insalubrité.

Le vieillissement rapide des matériaux lié au climat réunionnais explique en partie l’insalubrité précoce des bâtiments. L’essentiel de l’habitat étant construit sur la bande côtière, l’agressivité du climat et la corrosion entraînent une dégradation bien plus rapide des logements.

La lutte contre le mal-logement doit être une priorité et nous ne pouvons pas nous contenter de quelques effets d’annonce qui ne sont jamais suivis d’actes concrets.

Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
6 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Cuicui
15 jours il y a

C’est la future maire de saint Paul ! J’espère qu’elle sera candidate pour remplacer Emmanuel !

Réunionnais
15 jours il y a

La faute au élus locaux, arrêtez de taper de quémander « LEtat »

JORI
15 jours il y a

« 80% de la population réunionnaise est éligible au logement social, dont 70% éligible au logement très social. », mais qui sont donc les 20% restant ?. 😂😂😂

Olivier
15 jours il y a

Ah ben ça le gouvernement, les actes contredisent les paroles, tactique perfide

GROPOI
15 jours il y a

Pour constater zot lé bon ! mais pour agir pas trop !

Et voilà notre députée LFI transformée en ingénieure de la construction « matériaux pas adaptés pour la Réunion »,

Et voilà notre députée transformée en médecin « pathologies liées à l’insalubrité »

Mais sérieusement que connaissez-vous dans ces domaines qui exigent le plus souvent entre 6 et 10 ans d’études ?

Chacun à sa place et la Réunion se porterait bien mieux !

Après tout, il n’est pas obligé d’avoir fait des études pour être élu, mais il ne faut surtout pas généraliser, car nos jeunes seraient les premiers déçus…

Maria
13 jours il y a

C’est vraiment pénible ce qu’elle dit cette femme qui ne représente pas grand chose. Triste cette vision d’extrême gauche de notre pays qui dégringole grâce à ces gens. Et la presse suit ?

Dans la même rubrique