Revenir à la rubrique : Faits divers

Incivilités en série dans les cimetières

En cette période de la Toussaint, les familles sont nombreuses à se rendre au cimetière pour fleurir les tombes et honorer la mémoire des défunts. Ces sites ne cessent de faire l’objet d’incivilités et d’infractions.

Ecrit par – le lundi 01 novembre 2021 à 09H43

Le calme du cimetière n’est qu’une apparence, explique Jean Hugues Veerapen, responsable au cimetière de l’Est à Saint-Denis. Toute l’année, des équipes sont à pied d’œuvre pour entretenir les lieux et ces derniers constatent un nombre incalculable d’incivilités.
 

Une goutte d’eau peut faire déborder le vase

Les visiteurs sont invités à utiliser du sable, mis à leur disposition, pour remplir les vases à fleurs. Les familles ne l’entendent pas toujours de cette oreille, constate Dominique Pauline, chef d’équipe sur le site. Malgré les indications, les agents retrouvent des vases remplis d’eau sur les sépultures, qui représentent de véritables nids à moustiques.

De la même façon, le chef d’équipe appelle à la vigilance concernant les déchets. Des vieux carreaux, des galets, de la ferraille, les poubelles sont trop souvent surchargées de déchets qui ne devraient pas y être.

Profanation et dépôts sauvages

Sacrifices et rituels sont courants en ces lieux de recueillement. Animaux sacrifiés, offrandes de fruits et d’alcool ou encore dégradations de tombes surviennent toute l’année. En juillet dernier, 12 sépultures ont été retrouvées saccagées, une dégradation dont la charge des réparations se répercute ensuite sur les familles. Selon l’agent présent sur le site, une femme viendrait régulièrement au cimetière, pour se fournir en fleurs, qu’elle revendrait ensuite sur des brocantes…

Pour rappel, la profanation de sépulture est un délit puni par le Code pénal, qui réprime « la violation ou la profanation, par quelque moyen que ce soit, de tombeaux, de sépultures, d’urnes cinéraires ou de monuments édifiés à la mémoire des morts« . Ce délit est passible d’un à cinq ans d’emprisonnement, ainsi que d’une amende pouvant aller de 15.000 à 75.000 euros.

Plaques de plâtre, carrelage, batteries usagées et même épaves de voitures, le cimetière est aussi propice aux dépôts sauvages. En début de semaine dernière, les équipes ont relevé une vingtaine de batteries usagées abandonnées le long du cimetière.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Contrôles routiers : La Police relève 122 infractions

Les effectifs de la Direction Territoriale de la Police Nationale de La Réunion ont réalisé sur le département 15 opérations de sécurisation et de sécurité routière au cours de ce week-end du 1ᵉʳ au 3 mars 2024, permettant de relever 122 infractions, dont 15 délits.