Revenir à la rubrique : Faits divers

Il s’enferme à clé dans la chambre parentale avec sa fille : 6 ans de prison pour le père de famille incestueux

Ce père de 7 enfants a fait basculer la vie de sa fille dans le noir. Alors qu’elle à 12 ans, il s’enferme avec elle dans la chambre parentale. L’enfer va durer trois ans.

Ecrit par zinfos974 – le vendredi 26 février 2021 à 11H56

Si la jeune fille a trouvé le courage de parler c’est parce qu’elle a entendu sa cousine dénoncer des faits similaires. Un nouvel exemple qui prouve la nécessité de libérer la parole et briser le silence ici pesant de l’intimité d’une famille. 

Les faits se sont produits dans la chambre parentale, porte fermée à clé. Le père prétexte vouloir faire la sieste avec elle tranquillement ou avoir besoin qu’elle lui gratte les pieds. Il lui bande ensuite les yeux pour qu’elle ne voie pas et il utilise des préservatifs « pour éviter le contact peau à peau ». L’enfant a toujours réussi à éviter les pénétrations. Il la touche avec ses mains ou avec son pénis. Au fil des années, la perversion et le chantage s’installent. En échange de ces moments, il répond favorablement à ses demandes, lui donne des cadeaux et de l’argent. 

Sur les 7 enfants du couple, seule elle a été agressée. « Je soupçonnais ma femme de m’avoir trompé avec son beau-frère. Il n’y avait plus de tendresse entre nous. Capucine* était la plus proche de moi et malheureusement cette tendresse je l’ai recherché auprès d’elle « , a expliqué le prévenu ce jeudi à la barre du tribunal correctionnel de Saint-Pierre. « J’ai honte de moi. Je regrette, j’ai perdu tous mes enfants ». 

Les regrets exprimés à l’audience ne masquent pas le profil psychologique du prévenu, c’est une personne tenant un « discours égo-centré typique des personnalités perverses ». Si il a bandé les yeux de sa fille c’est « par gêne, pour la préserver ». Le régime entamé depuis qu’il est incarcéré c’est « pour montrer que j’ai changé de l’extérieur et de l’intérieur » .

Pour la partie civile, Me Sameïdha Mardaye a décrit un père de famille colérique qui provoque la peur chez ses enfants en détenant des armes posées sur le haut de l’armoire de la chambre. Une emprise qu’il avait sur fille à travers également ce scénario. « Si on fait un chatouille patate c’est ok tu pourras sortir », a confié la victime à son avocate. 8 000 euros de préjudice moral ont été demandés. 

En s’en faisant de « sa fille de 12 ans une femme de substitution », Jeannic a « enlevé sa lumière », a tancé la vice-procureure Simona Pavel qui a requis 6 ans de prison. « Ce n’est pas trop lourd pour ce dossier », a-t-elle précisé. 

« Il reconnait le statut de victime à sa fille avec ses mots », a tenté de plaider son conseil Me Sébastien Navarro.

Le tribunal a pour autant suivi les réquisitions de la représentante de la société. Jeannic reste en prison. Un suivi socio-judiciaire de 2 ans et le retrait total de son autorité parentale ont également été prononcés. Il devra verser 5 000 euros de préjudice moral à sa fille qui tente de se reconstruire.

——–
* prénom d’emprunt

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Le jeune chauffard ayant foncé sur des policiers interdit de séjour pendant cinq ans

Amir F., 28 ans, a comparu devant le tribunal correctionnel ce vendredi pour avoir volontairement foncé sur des policiers à Saint-Denis, sous l’emprise de l’alcool. Lors de l’audience, il a exprimé des excuses et affirmé ne pas se souvenir des événements. Le tribunal a prononcé une peine de trois ans de prison dont un avec sursis probatoire, une incarcération immédiate ainsi qu’une interdiction de séjour de cinq ans.

Korbey d’or : K.O debout pour Sergio Toinette condamné 4 ans de prison avec mandat de dépôt

Le 12 avril dernier, l’ancien dirigeant de Korbey d’Or était jugé pour abus de biens sociaux, corruption et blanchiment. Six de ses proches étaient également poursuivis dans cette affaire d’infractions économiques et financières dont le montant des détournements et des tours de passe-passe entre la société de services à la personne et ses satellites fait tourner la tête. Petit exemple d’un florilège, les 457.000 euros d’espèces qui se sont volatilisées pour se retrouver sur le compte des dirigeants via une porteuse d’enveloppes. Ce vendredi, le tribunal correctionnel a condamné Sergio Toinette à 4 ans de prison avec mandat de dépôt.