Revenir à la rubrique : National | Politique

Gouvernement Attal : La surprise Dati, le sort de Philippe Vigier aux Outre-mer n’est pas connu

Le sort réservé à Philippe Vigier aux Outre-mer n'est pas encore fixé. Le ministre délégué chargé des Outre-mer sera-t-il reconduit dans la nouvelle mouture gouvernementale ? Le Secrétaire général de l’Élysée vient de préciser que le reste des nominations sera annoncé ultérieurement. Un conseil des ministres sera organisé ce vendredi à 11 heures. Son arrivée constitue quant à elle la grande surprise du Gouvernement Attal. Rachida Dati retrouve un portefeuille ministériel quinze ans après son passage au ministère de la Justice.

Ecrit par N.P. – le jeudi 11 janvier 2024 à 22H15
Globalement, les ténors du gouvernement Borne restent aux commandes de leur ministère

Le nouveau casting gouvernemental est connu dans ses grandes lignes. Il faudra patienter avant de connaître les noms de ministres délégués ou de secrétaires d’Etat. Le ministre délégué chargé des Outre-mer Philippe Vigier va-t-il être maintenu rue Oudinot ? Son nom n’a pas été évoqué ce jeudi soir par le Secrétaire général de l’Elysée chargé d’annoncer la composition du gouvernement. Philippe Vigier avait été nommé le 20 juillet dernier.

Personnalité politique de droite, Rachida Dati fait son entrée au gouvernement en tant que ministre de la Culture. Rachida Dati, maire LR du 7e arrondissement de Paris, a elle-même annoncé à ses élus parisiens qu’elle démissionnait de son poste de présidente du Conseil national des Républicains. Elle avait été Garde des sceaux de 2007 à 2009 lors de la présidence Sarkozy. Rachida Dati souffle le ministère de la Culture à Rima Abdul-Malak qui paye ses désaccords publics avec l’exécutif, en fin d’année 2023, sur la loi immigration et l’affaire Gérard Depardieu. La ministre de la Culture avait estimé que les propos de Gérard Depardieu lors d’un voyage de l’acteur en Corée du Nord en 2018 faisaient « honte à la France ».

A l’inverse, parmi ceux qui conservent la confiance du président de la République, Eric Dupond-Moretti, Gérald Darmanin, Sébastien Lecornu et Bruno Le Maire sont maintenus au sein du gouvernement.

Un temps pressenti à Matignon, Gérald Darmanin conserve son poste au ministère de l’Intérieur et des Outre-mer. Le ministre avait plaidé sa cause en estimant qu’il n’avait « pas fini » sa mission il y a deux jours de cela lors de la nomination de Gabriel Attal en tant que Premier ministre.

Lui aussi considéré comme l’un des favoris pour succéder à Elisabeth Borne, Sébastien Lecornu reste finalement ministre des Armées. Son collègue Eric Dupond-Moretti prolonge aussi son bail au ministère de la Justice. Une fonction que l’avocat occupe depuis juillet 2020.

Prisca Thévenot, secrétaire d’État chargée de la Jeunesse, est désormais chargée du Renouveau démocratique et est nommée porte-parole du gouvernement. Elle prend ainsi la place d’Olivier Véran. Très appréciée de Gabriel Attal, Prisca Thévenot, âgée de 38 ans, était notamment en charge de coordonner la mise en œuvre du « Service National Universel » (SNU) dans la précédente équipe d’Elisabeth Borne.

Catherine Vautrin est nommée ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités.

Aurore Bergé est nommée ministre déléguée chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations.

Marie Lebec est nommée ministre déléguée chargée des Relations avec le Parlement.

Marc Fesneau est nommé ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire.

Christophe Béchu est maintenu ministre de la Transition écologique.

Stéphane Séjourné devient ministre des Affaires étrangères.

Sylvie Retailleau est nommée ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Enfin, elle sort très renforcée à l’issue de ce remaniement. La ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra récupère le ministère de l’Education nationale laissé par Gabriel Attal.

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
61 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Une ancienne ministre de Macron veut couper la Nouvelle-Calédonie en deux

Présidente de la province Sud et leader des plus fervents loyalistes, l’ancienne secrétaire d’État Sonia Backès a profité d’un discours prononcé le 14 Juillet pour demander l’autonomisation des provinces en Nouvelle-Calédonie, estimant que les kanak et les descendants d’Européens ne peuvent pas coexister ensemble.

Armée : face à la menace chinoise et russe, la BA 181 va recevoir des drones Reaper et deux hélicoptères supplémentaires

Ces dernières années, plusieurs rapports parlementaires ont mis en lumière les insuffisances des moyens des forces de souveraineté présentes dans les DOM-TOM, et en particulier à La Réunion.
Au regard de la montée des dangers, l’état-major de l’armée a décidé de renforcer significativement les capacités opérationnelles de l’ile en lui permettant d’accueillir quand nécessaire des drones Reaper et en lui adjoignant deux hélicoptères supplémentaires.

« Nous avons assisté à des procès d’intention indignes menés par des opposants à la nomination d’Huguette Bello à Matignon »

« Sa décision de décliner la proposition d’occuper le poste de Première Ministre contraste complètement avec les motivations de certain.e.s ». Les mots sont ceux de la présidente de l’Union des femmes réunionnaises et sénatrice de La Réunion, Evelyne Corbière-Naminzo, qui tient à saluer l' »engagement indéfectible pour plus de justice et de solidarité́ » d’Huguette Bello. Pour rappel, cette dernière a décliné ce dimanche la proposition de la France insoumise (LFI) et du Parti communiste français (PCF) d’occuper le poste de Première ministre. Saluant le « parcours politique exemplaire » de la présidente de Région, Evelyne Corbière-Naminzo regrette que celle ci n’ait pas obtenu « un consensus total » autour de son nom pour occuper Matignon. Elle pointe en particulier le rôle joué par le Parti socialiste, qui « a pourtant pu compter sur les soutiens d’Huguette Bello à François Mitterand, François Hollande et Ségolène Royal, lors des élections présidentielles ».

Fusillade mortelle en marge d’une fête d’anniversaire dans l’Allier

Ce samedi 13 juillet, un individu a ouvert le feu lors d’une fête d’anniversaire à Espinasse-Vozelle, un petit village de l’Allier, causant la mort de quatre personnes, y compris l’auteur des tirs. Quatre autres personnes ont été blessées, mais leur pronostic vital n’est pas engagé, selon le procureur de Cusset, Éric Neveu.

Huguette Bello annonce qu’elle n’ira pas à Matignon

Malgré l’appel de ses soutiens, Huguette Bello ne sera pas nommée Première ministre. L’annonce a été faite ce dimanche par la présidente de Région elle-même dans un communiqué. Elle explique vouloir « garantir l’unité du Nouveau Front populaire » en déclinant « sans plus attendre » l’offre qui lui a été faite. « Je prends acte qu’elle ne fait pas l’objet d’un consensus entre toutes les composantes du Nouveau Front Populaire, et notamment qu’elle n’est pas soutenue par le Parti socialiste », précise la cheffe de file du PLR.

Jean-Hugues Ratenon et Joé Bédier demandent aux élus locaux de pousser la nomination d’Huguette Bello à Matignon

Dans un communiqué, le président de Rézistan’s Égalité 974, Jean-Hugues Ratenon, appelle le Parti socialiste, et notamment la fédération locale représentée par Ericka Bareigts, à faire preuve de « responsabilité » pour permettre la nomination d’Huguette Bello à Matignon. Même son de cloche pour Joé Bédier pour qui il est crucial « de placer les intérêts supérieurs des Français au premier rang », en demandant aux partis du Nouveau Front populaire (NFP) de s’entendre sur la candidature de la présidente de Région.