Revenir à la rubrique : Politique

Face à la CASUD, Patrick Lebreton ne désarme pas

Les vœux à la presse ont été l'occasion pour le maire de Saint-Joseph d'affirmer que sa majorité allait “se battre”. La hache de guerre entre la CASUD et la commune la plus australe de France est loin d'être enterrée.

Ecrit par Prisca Bigot – le mercredi 24 janvier 2024 à 16H43

Ce mercredi, Patrick Lebreton a donné rendez-vous aux médias à la ZAC Les Terrass, le lieu spécifiquement choisi pour évoquer le énième dossier brûlant entre Saint-Joseph et la CASUD.

En cause : une délibération datant du dernier conseil communautaire résiliant une convention passée avec Saint-Joseph dans le cadre de la réalisation de la ZAC Les Terrass. Sur les bases de la loi NOTRe, “pour motif d’intérêt général” l’intercommunalité reprendrait ainsi la gestion de la zone.

“Nous allons nous battre jusqu’en 2026 administrativement, juridiquement et physiquement”, prévient Patrick Lebreton. Des réunions de quartier ou encore la distribution du livre noir à la population constitueront les actions physiques, précise l’édile. Un recours sur le fond contre cette délibération a été déposé devant le tribunal administratif, mais aussi en référé dès ce jeudi. La “’Casse-sud’ est en train de s’arroger les pouvoirs du maire”, lance Patrick Lebreton.

“Il n’y a pas de guéguerre, il y a une guerre”

Par cette délibération, l’intercommunalité “s’attaque au fleuron du développement économique de la ville”, estime-t-il. Sur 23 hectares, le centre commercial Les Terrass, l’enseigne de bricolage, la station-service ou encore le fast-food “ont généré une nouvelle clientèle et de nouvelles enseignes”. Un KFC devrait ainsi s’implanter sur une partie du parking du centre commercial, un Gamm vert et quatre autres commerces en lien avec l’agro-alimentaire porté notamment par les éleveurs Duchemann et Grondin, ou encore un karting et un bowling vont également voir le jour. Le projet d’un multiplexe de 3 à 4 salles porté par Mauréfilm d’Yves Ethève est aussi dans les tuyaux. Pour la partie production, la Coopémiel, le fumoir artisanal de la charcuterie Morel et Pets Food Distribution complètent l’aménagement de cette zone pour un montant de plus de 15 millions d’euros, “sans aucune participation de la CASUD ni autre subvention”, insiste Patrick Lebreton. “La CASUD veut mettre la main sur un butin qui ne lui appartient pas“, tonne le maire sudiste.

Derrière ce dessein, la CASUD et son président auraient pour idée “ d’empêcher que les projets se fassent parce qu’ils sont incapables de le faire au Tampon”, estime Patrick Lebreton qui y voit aussi la possibilité pour l’intercommunalité d’avancer ses pions via la SPL Sudec sur ses terres saint-joséphoises. “Il n’y a pas de guéguerre, il y a une guerre lancée contre nous”, affirme Patrick Lebreton à l’attention de ceux qui minimiseraient le conflit. “On ne dit pas vovol ni un vioviol”, poursuit-il le verbe haut.

Le plan de sortie de crise n’ayant finalement pas abouti, espérant que “l’urgence judiciaire soit concomitante avec l’urgence politique”, le maire de Saint-Joseph mise toujours sur la grande intercommunalité fonctionnant sur une “cohérence partagée” entre les différentes communes.

En attendant, Patrick Lebreton souhaite pour 2024, jusqu’en 2026, voire 2027, que ces années soient celles “d’un nouvel élan économique”, le nerf de la guerre.

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
23 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Pierrot Dupuy : « Pourquoi la désignation d’Huguette Bello comme Première ministre est peu probable »

Suite à l’annonce de la candidature d’Huguette Bello au poste de Première ministre par le Parti communiste français, la sphère médiatique nationale s’est rapidement emballée autour de la présidente de la Région Réunion. Pierrot Dupuy explique pourquoi cette candidature a peu de chances d’aboutir, tant en raison des enjeux de la Gauche au niveau national que des dynamiques locales.

Huguette Bello : Combats politiques et événements médiatiques

La présidente de la Région Réunion est pressentie pour devenir Première ministre. Cette proposition formulée par le Parti communiste français prend devient de plus en plus sérieuse grâce au soutien de Jean-Luc Mélenchon, fondateur de La France Insoumise et l’accord d’Europe Ecologie-Les Verts. Le Parti socialiste doit se prononcer aujourd’hui sur le sujet. Devenir la cheffe du gouvernement couronnerait la carrière politique très riche d’Huguette Bello, figure emblématique de la gauche à La Réunion.

Huguette Bello, Première ministre : « Une solution » pour Jean-Luc Mélenchon

Le fondateur de la France Insoumise a apporté son soutien à la proposition du Parti communiste français qui a cité Huguette Bello comme possible candidate à la tête d’un gouvernement de coalition à gauche. Le PCF et LFI sont favorables à cette idée, mais le Parti socialiste n’a pas encore donné son avis sur le sujet et doit tenir son conseil national ce samedi pour statuer sur le sujet.