Revenir à la rubrique : Société

​Enseignement : « Je laisse mes enfants et mon conjoint pour rejoindre l’Ile-de-France »

Pour assurer sa première rentrée scolaire à Créteil, Laurence a dû dire au revoir à ses enfants et à son conjoint.

Ecrit par SF – le lundi 22 août 2022 à 14H01

Alors ça y est, c’est le grand départ aujourd’hui. Je suis enseignante stagiaire affectée en métropole pour effectuer mon année de stage. Oui j’ai le choix. Oui je peux refuser et abandonner mon concours. Mais on a décidé que je partirais et on est en accord avec ça aujourd’hui. Je laisse donc mes enfants et mon conjoint pour rejoindre l’Ile-de-France”, a réalisé Laurence en bouclant ses valises ce dimanche. La mère de famille fait partie des lauréats 2022 qui ont alerté l’ administration de leur situation, demandant une réaffectation, en vain.

« Oui, c’est un concours national mais… »

Face aux éternels arguments brandis par certains détracteurs qui ne comprennent pas les raisons de la montée au créneau des professeurs stagiaires, Laurence se défend : “Oui c’est un concours national mais l’année de stage se faisait (jusqu’à cette année) dans l’académie d’origine. Ce qui nous laissait 3 ou 4 mois pour préparer un éventuel départ : logement, billet d’avion, transport, équipement, etc. Cette année, nous avons 1 mois pour tout faire, c’est juste stressant et coûteux. Certains partent sans logement, à l’hôtel, chez un ami… car trouver un logement à 10.000 km, comment dire… Essayez et vous verrez !”, lance-t-elle.

Aucune assurance de pouvoir rentrer

« Les enfants restent avec leur père. Car s’ils m’accompagnent, je ne pourrai pas bénéficier des points d’éloignement pour EVENTUELLEMENT pouvoir rentrer l’année prochaine. OUI j’aurai 1000 points pour l’éloignement, mais parce que la barre d’entrée est à plus de 1500 points. Et dans tout ça, aucune assurance de pouvoir rentrer mais bon… J’ai choisi de partir car c’est ce que j’ai envie de faire, enseigner ».

À ceux qui pourraient lui dire « partir pour mieux revenir », elle répond : « Alors NON, j’ai déjà vécu en métropole pendant 4 ans, j’ai décidé de revenir à la Réunion pour y vivre et pour élever mes enfants. Donc non, je n’ai pas besoin d’aller en métropole pour connaître autre chose… »

« Je veux transmettre mon savoir »

« Parce que moi je préfère enseigner à des grands plutôt que des petits, parce que je veux transmettre mon savoir dans mon domaine qui est le transport et la logistique, parce que je viens du monde professionnel avec plus de 10 ans d’expérience et que ma plus grande motivation est d’aider les jeunes Réunionnais dans leur apprentissage et développer notre Île. Donc oui j’ai préparé et obtenu le CAPLP ».

Comme de nombreux lauréats avant elle, face au dilemme, Laurence a fait le choix de tout quitter, dans l’espoir d’une affectation prochaine sur l’île : « Aujourd’hui, je pars le cœur gros, les larmes aux yeux car je ne verrais pas ma famille pendant plusieurs mois… mais je sais qu’au bout de ce chemin, j’aurai la satisfaction d’avoir essayé et d’y arriver !  Mais je pars également avec beaucoup de courage et de force car j’ai la chance d’avoir une formidable famille, des ami(e)s proches, qui me soutiennent dans ce long parcours et qui seront là pour moi malgré la distance. Et pour eux, je pars avec fierté et détermination« , conclut la professeure stagiaire avant de s’envoler pour l’Hexagone.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Cétacés : Vers un renforcement des règles d’observation ?

Si 2023 a été une année exceptionnelle pour l’observation des baleines, la tendance pour 2024 montre que les cétacés risquent d’être moins nombreux sur nos côtes. Cela signifie donc une pression aiguë sur les animaux, dont la protection reste la priorité. L’Etat appelle donc les usagers de la mer à bien respecter les règles pour éviter aux autorités d’avoir à renforcer la législation à la fin de la saison. La préfecture promet au moins huit contrôles par semaine.