Revenir à la rubrique : Faits divers

Cour criminelle: Il viole son élève autiste pendant trois ans

Instituteur dans un institut médico-éducatif à Saint-André, il est accusé, entre autres, d'avoir abusé sexuellement d'une patiente de l'âge de 14 à 17 ans.

Ecrit par – le mardi 13 octobre 2020 à 17H37

Ce couple avait confié leur enfant à un établissement scolaire et un instituteur, comme le font tous les parents. Mais leur confiance a été trahie – c’est peu dire – lorsqu’ils ont appris que leur fille autiste n’était pas en sécurité dans son institut médico-éducatif à Saint-André. Son instituteur avait abusé d’elle pendant trois ans avant d’être découvert par ses collègues. 

Pris en flagrant délit en train de photographier le dessous des jupes de collègues, il avait été interpellé et de nombreuses photos avaient été retrouvées par la suite. Des faits choquants avaient donc étaient révélés pendant l’enquête, allant de vidéos d’entrejambes jusqu’à des images de l’instituteur en train d’étaler du sperme sur des viennoiseries offertes à ses collègues. Puis il y a eu ces scènes d’attouchement sur une de ses élèves. 

« J’ai dû forcer, après elle ne s’opposait plus »
 
On est alors en 2019. Cela fait trois ans qu’il fait subir des attouchements et des viols à sa victime, de l’âge de 14 à 17 ans. Ce mardi, devant la cour criminelle qui le juge, F.F répond aux questions et avoue simplement ses actes. « Ça a commencé lorsque je travaillais seul avec elle. On s’entendait bien et je me suis dit de voir si elle acceptait ou pas. Au départ non, mais après oui. J’ai dû forcer, après elle ne s’opposait plus », raconte-t-il. 
 
Devant les magistrats, sa mère explique : « Jamais on aurait imaginé une chose pareille. On avait confiance en lui. Il nous avait dit qu’il veillait sur elle. Aujourd’hui, elle ne veut plus de câlin et ne veut plus que je la touche ». Le père n’a pu que marmonner quelques mots mais en repartant à son siège, n’a pu se retenir de proférer des insultes à l’accusé. Quand à la victime, aujourd’hui âgé de 18 ans, elle a tenté tant bien que mal de s’exprimer. « Seins », « poils », « prison », « puni », a-t-elle pu déclarer. 
 
L’institut médico-éducatif n’a rien soupçonné
 
Pour l’avocat de la défense, le bâtonnier Georges-André Hoarau, la question n’est pas de nier les faits commis mais de comprendre comment l’institut est passé à côté pendant plusieurs années. L’ancienne directrice de sept établissements de l’Est a avoué que les soins ne devraient pas être prodigués par un enseignant mais par une accompagnatrice. Et en effet, « ce n’est pas normal » , qu’il ait eu à l’emmener aux toilettes pour l’essuyer. Un cadre favorisant les faits ? Elle relativise néanmoins : « Un tiers de notre personnel est masculin. Si on devait être suspicieux de tous ceux qui se retrouvent seuls avec un enfant, on ne pourrait pas fonctionner ».
 
Instituteur depuis 20 ans, ce père de famille sera fixé sur son sort ce mercredi. Il encourt 20 ans de réclusion criminelle. 

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Tentative de meurtre au carré cathédrale : Avant son jugement en appel, le suspect souhaite retrouver la liberté

Un acquittement pour tentative de meurtre « incompréhensible » selon le parquet général qui a fait appel de la décision de la cour d’assises prononcée en septembre dernier. Julien G. est poursuivi pour avoir planté une lame dans la carotide d’un touriste suite à une discussion animée sur fond d’alcool avec des touristes en décembre 2020 au centre-ville de Saint-Denis. Il souhaite attendre son nouveau procès en liberté.

Tentative de féminicide : L’auteur des coups de feu est décédé

Un drame s’est produit ce mercredi à Sainte-Marie aux alentours de 14 heures. Un quadragénaire a tiré sur sa compagne avec un fusil avant de retourner l’arme contre lui. La victime, âgée de 48 ans, a été transportée au CHU de Saint-Denis en état d’urgence absolue.  L’homme, gravement touché, est mort.

Maltraitance animale : Un individu interpellé et placé en garde à vue

Mercredi 28 février 2024, un individu défavorablement connu des services de police pour des faits de maltraitance envers les animaux a été interpellé. Il avait été filmé, en décembre dernier, alors qu’il frappait sa chienne avec un bâton sur son balcon. Placé en garde à vue, l’auteur devra répondre de ses actes devant le tribunal judiciaire, indique la Police Nationale de La Réunion sur sa page Facebook.

Ste-Suzanne : Les gendarmes mettent fin à une série de cambriolages

Le 26 février 2024, les enquêteurs de la Brigade Territoriale Autonome (BTA) de Sainte-Suzanne ont élucidé 4 cambriolages dont 3 concernant des écoles élémentaires. Les militaires de la compagnie de Saint-Benoit ont interpellé deux individus dont l’auteur principal a reconnu les faits.

Ste-Marie : Une femme gravement blessée par son compagnon

Un homme a tiré sur sa compagne à Sainte-Marie ce mercredi. L’individu s’est par la suite infligé une blessure. Les deux ont été transportés dans un état grave au Centre hospitalier universitaire de Félix Guyon à Bellepierre.