Revenir à la rubrique : Faits divers

?Coup de fusil sur son neveu : R. Fontaine condamné à 10 ans de réclusion criminelle

Roland Fontaine encourait 30 ans de réclusion criminelle. Il a finalement écopé de 10 ans pour tentative de meurtre sur son neveu au Petit-Tampon en 2018.

Ecrit par zinfos974 – le jeudi 18 février 2021 à 16H16

Après deux jours de procès devant les Assises, Roland Fontaine a été condamné à 10 ans de réclusion criminelle pour tentative de meurtre. Un conflit familial et de voisinage de longue date qui a très mal fini le 18 août 2018 au Petit-Tampon. 
 
Ce vendredi, les avocats de la partie civile, de la défense et l’avocate générale sont revenus sur le déroulement de cette matinée de 2018 lorsque Eddy L., 32 ans, a failli perdre la vie devant son fils de 10 ans. Un garçon qui avait déjà perdu sa mère. L’auteur du coup de feu qui a logé une balle dans l’abdomen de la victime ? Son tonton, Roland Fontaine, 68 ans, qui l’a ensuite laissé pour mort. 
 
Le couple Fontaine et Eddy L. vivent sur le même terrain depuis 2017. Le terrain était familial auparavant mais en 2015 madame Fontaine a racheté la part (dont une petite dépendance) de son frère souffrant d’Alzheimer. En 2017, le malade quitte les lieux et son fils Eddy L. s’installe dans la dépendance avec son fils. Si le conflit prend de l’ampleur en cette dernière année avec des nuisances reprochées au jeune père, « la haine est là envers son oncle et sa tante depuis qu’il est petit », rappelle Me Amel Klhifi-Ethève avocate de la défense. Pour les deux avocats de la défense, les tensions et provocations de la victime ont poussé l’auteur, « un homme simple qui parle peu » à s’exprimer « avec son corps », comme l’a décrit l’expert psychologue. C’est à dire de s’emparer d’un fusil, de le charger et de tirer sur son neveu, à 4 mètres de lui. « Aucune intention de tuer », tente de prouver Me Frédéric Hoarau. « Il n’y a pas d’éléments concrets qui démontrent une intention de tuer Eddy L. Aucun mobile car la veille il ne s’était rien passé et le matin, la victime tenait une tasse de café, ce qui n’est pas menaçant », poursuit-il avant de rappeler que l’ancien chasseur, à 4 mètres de distance, aurait pu ôter la vie du jeune homme s’il en avait eu l’envie. La défense a aussi incité les membres du jury à ne juger que Roland Fontaine et non son épouse. « Madame Fontaine ne vous plait pas ? Elle raconte n’importe quoi ? Ce n’est pas une preuve d’intention de la part de l’accusé », termine Me Frédéric Hoarau. 
 
« Un couple uni pour sauvegarder leur petit confort et totalement intolérant aux autres »
 
Car si madame ne se trouve pas dans le box des accusés, elle serait en grande partie responsable de ce contexte familial tendu. Hormis l’achat du terrain considéré comme un abus de confiance par le reste de la famille, les tensions quotidiennes auraient pour origine les plaintes constantes de cette tante « qui ne supportait même pas les bruits normaux de voisinage », selon l’avocate générale. L’enfant qui joue dans la cour, un barbecue, des appels téléphoniques dans la salle de bain, le bruit de la douche ou encore celui de la Playstation seraient suffisants pour énerver leur tatie. « Tous les problèmes viennent de ma tante mais c’est lui qui a tiré », avoue la sœur de la victime. « Un couple uni pour sauvegarder leur petit confort et totalement intolérant aux autres », affirme l’avocate générale. Si cette dernière note les excuses de la victime auprès de ses cousins et sœurs, elle remarque aussi le manque de remords de l’accusé qui « se présente comme la victime » ; « les rôles sont inversés »
 
Elle a ainsi requis 12 ans de réclusion criminelle à son encontre. Roland Fontaine s’en est finalement sorti avec dix. 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Aux assises, le procès du ti-père accusé de la mort de Gabriel : « Frapper, c’est une méthode d’éducation »

Ce mardi, au deuxième jour du procès d’Haymerick Gonfo, la mère de Gabriel n’est pas venue témoigner, malgré l’importance de sa déposition. La cour a décidé de poursuivre l’audience – alors que la défense avait plaidé un renvoi de l’affaire – dévoilant des détails poignants sur les maltraitances subies par l’enfant. Haymerick Gonfo risque 30 ans de réclusion criminelle et ne reconnaît pas les faits.

Etang-Salé : Un adolescent emporté par les vagues, mais retrouvé sain et sauf

Un adolescent a été emporté par les vagues à l’Etang-Salé au cours de la nuit, ont rapporté nos confrères de Linfo.re ce mardi matin. Un dispositif de recherches a été déployé par les pompiers et les forces de l’ordre.
L’adolescent a finalement réussi à regagner le rivage et à retrouver ses proches. Les pompiers n’en ayant pas été immédiatement informés, les recherches se sont poursuivies alors que l’adolescent était sain et sauf.

Violences en milieu carcéral : 34 points de suture en un coup de fish-fish

Un homme de 38 ans comparaissait ce vendredi devant le tribunal judiciaire pour des faits de violences, d’outrage et de menaces de mort. Incarcéré au centre de détention du Port, il s’en est pris à un détenu dans la cour de promenade en lui assénant un coup de fish-fish, couteau artisanal fabriqué par les détenus à partir d’une brosse à dent.