Revenir à la rubrique : Faits divers

Contrôlé à 2g/l et sans permis, il tente de s’enfuir

Comme tous les lundis, le tribunal judiciaire de Saint-Denis tenait en son antre l'audience de comparution immédiate pour les lauréats du week-end. Cette fois encore, l'alcool était au menu des débats ainsi que son pendant, la conduite sans permis.

Ecrit par zinfos974 – le lundi 01 mars 2021 à 17H24

Olivier M., 39 ans s’évertue du mieux qu’il peut à combattre son alcoolisme. Comme il se plait à le dire : « Je ne suis pas alcoolique mais quand je commence, je ne m’arrête plus. Je reconnais que l’alcool c’est mon problème ». Le 27 février dernier, vers 18h, il s’en jète un petit près du petit marché de Saint-Denis. Sa camionnette gène, il entreprend alors de la déplacer pour laisser sortir un véhicule. Lorsqu’il fait marche arrière pour se remettre à sa place, il manque de percuter une auto qu’il n’avait pas vue. En fait, la propriétaire de la voiture, qui était à l’extérieur, met sa jambe entre son véhicule et le fourgon « par réflexe », indiquera t-elle. « Je lui ai caressé le genoux, elle l’a fait exprès pour que j’ai des ennuis », déclare t-il à la barre. 

Fort heureusement pour elle, elle tape sur le fourgon et le conducteur arrêt immédiatement sa manoeuvre. S’en suit un attroupement et des menaces envers le prévenu. Sur place, la police protège le conducteur qui, profitant de ce petit mouvement de foule, tente de s’échapper. Le policier sur place le « choppe » immédiatement et se fait copieusement insulter : « Nique la moucate, fé bour à ou, tire les menottes mi languet’ à ou », pour faire court. Les insultes se poursuivront dans le véhicule et bien après. À sa décharge, ou pas, notre poète est contrôlé à 1,86 g/l d’alcool dans le sang, la procédure ne retiendra que 1,7 g/l. 

Il explique la fuite parce qu’il a eu peur et les insultes elles, sont dues à l’alcool !

À la barre et à jeun, Olivier M. s’excuse autant qu’il le peut et reconnait les faits. Il s’avère que les deux protagonistes se connaissent et le prévenu aurait un different avec le parrain de la victime. Il explique la fuite parce qu’il a eu peur et les insultes elles, sont dues à l’alcool ! Autre point soulevé par la présidente, la conduite sans permis. Faisons simple, le permis, il ne l’a jamais eu mais « avant je conduisais mais maintenant non, j’ai fais de la prison pour ça », affirme t-il. C’est un dalon introuvable qui conduit pour lui le fourgon qui appartient à sa soeur. 

« J’ai eu peur pour ma voiture, j’ai mis ma jambe par réflexe. C’est moi qui a tapé sur son camion, sinon il ne se serait pas arrêté »,  explique la victime présente à l’audience, qui s’en sort avec 3 jours d’ITT. « C’est le comportement du prévenu qui entraine cette audience. Il s’excuse mais le jour des faits, il a résisté violemment et injurié copieusement mon client. C’était d’une particulière grossièreté. Il est là car il a le droit à une dignité dans le cadre de ses fonctions de policier. De plus, c’est lui qui l’a protégé avant qu’il tente de fuir« , indique la partie civile du policier. 

« Il cherche à s’enfuir et se rebelle, c’est bien qu’il a quelque chose à se reprocher »

Le procureur de la République est, quant à lui, quelque peu dubitatif : « J’entends qu’il s’excuse. Il travail de manière non déclarée et il est alcoolisé. Il cherche à s’enfuir et se rebelle, c’est bien qu’il a quelque chose à se reprocher. Le fourgon est stationné devant chez lui mais il ne peut pas nous dire qui le conduit. L’alcool est une maladie, je le reconnais, mais nous n’avons pas la certitude qu’il veuille s’en sortir, le danger est bien là. Je vous demande une peine de 8 mois de prison dont 4 mois assorti d’un sursis probatoire avec des obligation de soins, de travail, une interdiction de débit de boisson ainsi que l’interdiction de conduire un véhicule à moteur pendant 2 ans. Je vous demande de le maintenir en détention »

Pour la défense d’Olivier M. : « Vous avez vu deux tempérament bien différents. Celui qui s’excuse et celui qui se rebelle. A mon sens, l’infraction de défaut de maitrise du véhicule n’est absolument pas caractérisée car c’est elle qui met la jambe quand elle voit la voiture reculer. Je vous demande la relaxe pour cette infraction. Pour la peine, un suivi s’impose et je vous demande un sursis total ». Olivier M., cinq mentions au compteur, est reconnu coupable de l’ensemble des infractions. Le tribunal, qui a suivi les réquisitions du procureur, l’envoie pour quatre mois en détention. 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Professeur d’aïkibudo accusé de viol sur un élève mineur : La défense pourrait plaider l’acquittement

Alain T., 63 ans, accusé d’avoir violé un adolescent de 16 ans, évoque une relation amoureuse alors qu’il est également poursuivi pour avoir agressé sexuellement un autre mineur invité à dormir à son domicile. Le sexagénaire a déjà été condamné en métropole pour des faits similaires. Mais son avocat avance qu’il pourrait plaider l’acquittement au motif que les victimes qui fréquentaient les sites de rencontre ont sollicité son client.

Indemnités de logement : Didier Robert pourrait ne pas être poursuivi

Didier Robert, ancien président de la Région Réunion, reste sous enquête pour des indemnités de résidence perçues entre 2016 et 2019, potentiellement supérieures à son loyer. Après une condamnation en 2021 pour abus de biens sociaux, l’étude de son dossier est toujours en cours. Son avocat conteste les évaluations financières de la Chambre régionale des comptes.

Le président de l’Ordre des médecins accusé de violences par son ex-compagne

Actuel président de l’Ordre des médecins, le docteur Benjamin Dusang fait l’objet d’accusations de violences de la part de son ex-compagne Lise François, elle-même médecin. Alors que le renouvellement des membres de l’Ordre est prévu le 21 juin, Lise François a vu sa candidature à l’élection indirectement refusée : le dossier de son binôme, le Dr Ramou Anandanadaradja, a été jugé irrecevable et rejeté par le Conseil départemental de l’Ordre des médecins. Le docteur Anandanadaradja conteste son éviction du scrutin ce jeudi 20 juin devant le tribunal administratif de Saint-Denis.

Saint-Denis : Des policiers tirent sur un chauffard en fuite

Vers minuit ce lundi soir, un équipage de la police nationale a dû se lancer dans une course poursuite dans les rues du chef-lieu pour tenter d’interpeller un conducteur qui roulait à vive-allure. Une autre patrouille, déjà en intervention, a failli être renversée, forçant les agents à faire usage de leurs armes. Finalement, le chauffard a été arrêté à son domicile plus tard dans la soirée.