Revenir à la rubrique : Faits divers

Condamné à 8 mois ferme, il fait un malaise à la barre du tribunal

Un jeune majeur de 24 ans avait à répondre dans le cadre de la comparution immédiate, de faits de détérioration de bien appartenant à l'état. Pour faire simple, il a coupé son bracelet électronique. Il devait également répondre de violences en état d'ivresse. Une histoire peu banale dans les faits.

Ecrit par 1167938 – le jeudi 16 mars 2023 à 09H23

Le 11 mars dernier à Bras Panon, Nestor E. rentre à 22 heures ivre chez sa mère ou il vit avec sa compagne enceinte. Sous bracelet – il doit rentrer à 18 heures – il est encore en retard. Il va se coucher et sa mère, très énervée de cette situation, entre dans la chambre et lui assène un coup de balai sur le crâne. En sang, il s’énerve et porte un coup de poing à son ti-père qui en retour lui en remet deux et lui casse le nez. Les gendarmes débarquent et interpellent le jeune homme. Il est conduit à l’hôpital ou il obtient 2 jours d’ITT. Lors de son passage devant le juge des libertés et de la détention, le prévenu a été pris d’un malaise et d’une crise d’épilepsie en entendant la juge prononcer son placement en détention. 

Pour bien comprendre, le prévenu a été placé en détention suite à la mise à exécution d’une peine de 10 mois pour non respect des obligations liées à une contrainte pénale prononcée pour une agression sexuelle dont il est l’auteur. Il est sorti de prison le 23 février sous bracelet électronique pour une durée de 3 semaines, soit jusqu’au 16 mars 2023. En presque 3 semaines, il a 93 violations d’horaires à son actif. « Vous n’avez pas de montre ou de téléphone« , tance la présidente. « Non j’ai pas de montre, ni de portable« , répond benoîtement le prévenu. 

« Il ne respecte rien et fait ce qu’il veut. Les faits sont constitués« , fustige le parquet qui requiert une peine de 12 mois de prison dont 4 assortis d’un sursis probatoire ainsi qu’un maintien en détention. « C’est une famille en crise ou la violence est présente. Nous avons un enfant à la barre qui recherche l’approbation de ses proches« , plaide la défense. Alors que la présidente prononce sa condamnation à 8 mois de prison avec maintien en détention, le prévenu s’écroule au sol en raison d’une nouvelle crise d’épilepsie. La présidente interrompt l’audience et fait intervenir les pompiers. 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

RN2 de Saint-André : Accident dans le secteur de Petit Bazar

Sur la RN2 à Saint André, suite à un accident qui s’est produit dans le secteur de Petit Bazar, la route a été fermée à la circulation en milieu de matinée dans le sens Nord/Est avec une déviation par la bretelle de sortie de l’échangeur, et la RN2002. Un sur-accident est ensuite survenu. La route a finalement pu être rouverte à la circulation en fin de matinée.

Prise illégale d’intérêts : Condamné, Olivier Rivière échappe à l’inéligibilité

En octobre 2020, Olivier Rivière était condamné en première instance pour prise illégale d’intérêts et concussion. Contestant tout, le maire de Saint-Philippe avait été rejugé en appel à sa demande. Le 25 mars 2021, il était condamné à trois ans d’inéligibilité et à huit mois de prison avec sursis en appel et annonçait son pourvoi en cassation qui a prospéré. Ce jeudi, alors que les mêmes peines ont été proposées à la cour, il n’écope pas d’inéligibilité, mais de huit mois de prison avec sursis et de 10.000 euros d’amende.