Revenir à la rubrique : Communiqué

[Communiqué] La Semaine de la Qualité de Vie et des Conditions de Travail : Préparons le Travail de Demain

Tous concernés par la recherche de sens au travail, l'équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, et la qualité de vie et des conditions de travail, l'Aract Réunion invite à participer à une semaine dédiée à la valorisation des démarches visant à améliorer les conditions de travail et la performance des organisations. Comment ouvrir le dialogue sur le travail de demain peut contribuer à une meilleure qualité de vie et des conditions de travail pour tous, du 17 au 21 juin 2024. Réchauffement climatique, intelligence artificielle, softskills, endométriose… Qu’est-ce qui fera le travail de demain ?

Ecrit par N.P. – le lundi 17 juin 2024 à 15H42

Depuis 21 ans, l’Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail (Anact) organise une semaine dédiée à la valorisation des démarches conjuguant amélioration des conditions de travail et performance des organisations : la Semaine de la Qualité de Vie et des Conditions de Travail (QVCT). Cet événement vise à identifier et partager des pistes d’action pour un travail facteur de santé, d’inclusion et de performance.

Cette année, la thématique de cet événement, organisé par l’Aract Réunion en collaboration avec les partenaires de la Prévention, se déroulera du 17 au 21 juin 2024 et portera sur le thème « Le travail de demain, préparons-le ». Pour explorer les questions que pose le futur du travail, l’édition réunionnaise 2024 de la Semaine pour la QVCT propose plus de 10 événements gratuits (ateliers, conférences, matinales) et en ligne. Ces événements sont particulièrement destinés aux employeurs, professionnels des ressources humaines, manageurs, salariés et leurs représentants. Ouvrir le dialogue dès aujourd’hui sur le travail de demain peut grandement contribuer à améliorer la QVCT.

Au programme avec l’Aract Réunion : exploration du futur du travail, les conséquences de la chaleur et de l’exposition au soleil à La Réunion, l’intelligence artificielle, l’endométriose, les troubles musculo-squelettiques… autant de sujets qui constitueront la réalité des conditions de travail de demain. Ces sujets seront abordés sous forme de plénières, d’ateliers, de webinaires ou, de manière plus innovante, sous forme de serious game ou de riz chauffé.

L’équipe de l’Aract Réunion et ses partenaires proposent de prendre du recul afin d’anticiper le travail de demain.

« Les dirigeants et les cadres des entreprises sont souvent absorbés par la gestion quotidienne, se concentrant sur les problèmes qui surgissent au jour le jour. Il est difficile de trouver du temps pour anticiper les conditions de travail. Cette SQVCT offre une opportunité de prendre du recul sur leurs activités et de se focaliser sur la qualité et les conditions de vie au travail. Cette année, nous allons anticiper les défis du travail de demain, afin de mieux nous y préparer et ainsi repérer les opportunités pour améliorer à la fois les performances et la santé au travail », explique Corinne Dubois, Directrice générale de l’Aract Réunion.

« Notre territoire présente un tissu économique principalement de TPE, et la question de la QVCT dans ces petites ou/et très petites entreprises ne se déroule par en interne. Il est donc essentiel qu’un organisme tel que l’Aract puisse permettre ces rencontres et ce partage afin d’imposer ces sujets dans l’entreprise réunionnaise », Karl Maillot, binôme paritaire, collège salarié

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Point épidémiologique : 29 cas de paludisme recensés au premier semestre

Dans son point épidémiologique hebdomaire, Santé Publique France indique que l’île a connu 29 cas de paludisme cette première partie d’année, contre 31 pour tout 2023. Le Covid-19 est toujours sous surveillance, tandis qu’une hausse des hospitalisations est enregistrée pour des cas d’infection respiratoire aigüe.