Revenir à la rubrique : Communiqué | National | Politique

[Communiqué] Kanaky Nouvelle-Calédonie : Paris doit libérer les prisonniers politiques déportés et négocier la période de transition

Le Parti Communiste Réunionnais (PCR) appelle à la libération immédiate des prisonniers politiques calédoniens déportés en France et exhorte Paris à négocier une période de transition pour le retour à l'indépendance de la Kanaky Nouvelle-Calédonie, suite à l'intensification des violences et répressions depuis la remise en cause de l'Accord de Nouméa.

Ecrit par N.P. – le lundi 24 juin 2024 à 11H30
Parti Communiste Réunionnais

Pendant six mois, le CCAT a organisé de grandes manifestations pacifiques en Kanaky Nouvelle-Calédonie pour protester contre la volonté de Paris de prendre parti pour les anti-indépendantistes en remettant en cause l’Accord de décolonisation de Nouméa. L’objectif de cette remise en cause est de rendre tout retour à l’indépendance impossible en faisant des Kanaks une part minoritaire dans le corps électoral amené à s’exprimer sur cette question.

En faisant voter un projet de loi constitutionnelle dans ce sens, le gouvernement a mis fin à une période de paix de 30 ans. Depuis, les violences sont quotidiennes. Des milices armées anti-indépendantistes agissent dans l’impunité, soulignent les observateurs. Les Calédoniens sont contraints de s’organiser. Les affrontements ont fait neuf morts.

La semaine dernière, les forces de répression ont mené une grande opération ciblant les indépendantistes. Onze personnes furent arrêtées, elles ont été traitées comme des terroristes alors qu’elles ne font que militer pour une juste cause. Elles sont donc des prisonniers politiques. Dans la nuit de samedi à dimanche, plusieurs furent déportées vers des prisons en France, à 17 000 kilomètres de chez elles.

Le PCR demande la libération immédiate des prisonniers politiques calédoniens retenus en France et leur retour au pays.

Le PCR se joint aux nombreuses organisations et États partout dans le monde qui condamnent la politique de Paris en Kanaky Nouvelle-Calédonie et demandent le retour de la paix ainsi que le respect du droit à la décolonisation.

Le PCR rappelle qu’aux yeux des indépendantistes, la confiance envers Paris est rompue. L’Union calédonienne a fixé au 24 septembre la date de proclamation de la Déclaration de souveraineté de la Kanaky Nouvelle-Calédonie. Une cinquantaine d’États sont déjà prêts à suivre. Leur nombre ne pourra qu’augmenter au vu de l’intensification de la répression. La négociation d’une période de transition est proposée.

Le PCR souligne que le monde change et que Paris doit accepter la main tendue : négocier une période de transition. Il faut d’urgence trouver les voies du dialogue. La médiation d’une organisation internationale apparaît dorénavant comme seule garantie de neutralité dans le processus de retour à l’indépendance de la Kanaky Nouvelle-Calédonie.

Le PCR invite à une réunion d’échanges d’information sur la situation en Kanaky Nouvelle-Calédonie et les perspectives.

Rendez-vous est donné samedi 29 juin à 14 heures au Parvis des Droits de l’Homme, Champ-Fleury à Saint-Denis.

Le 24 juin 2024

Bureau de presse du PCR

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
7 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Huguette Bello, Première ministre : « Une solution » pour Jean-Luc Mélenchon

Le fondateur de la France Insoumise a apporté son soutien à la proposition du Parti communiste français qui a cité Huguette Bello comme possible candidate à la tête d’un gouvernement de coalition à gauche. Le PCF et LFI sont favorables à cette idée, mais le Parti socialiste n’a pas encore donné son avis sur le sujet et doit tenir son conseil national ce samedi pour statuer sur le sujet.

Huguette Bello, Première ministre : Les arguments en sa faveur

L’Humanité a révélé que le Parti communiste français a proposé le nom d’Huguette Bello comme possible Première ministre venue de la coalition de gauche. Une hypothèse formulée suite aux désaccords entre les grands partis et qui prend un peu d’ampleur en cette fin de semaine alors que le Nouveau Front populaire n’arrive pas à se mettre d’accord.

Des figures dissidentes de La France insoumise lancent un nouveau mouvement politique

Plusieurs anciennes figures de La France insoumise (LFI), n’ayant pas été investies par leur parti lors des législatives anticipées, ont annoncé aujourd’hui la création de leur propre mouvement politique.
Parmi ces figures, on retrouve Clémentine Autain, Alexis Corbière, Danielle Simonnet et Raquel Garrido.
Ce nouveau groupe se nomme l’Association pour une république écologique et sociale (L’Après).