Revenir à la rubrique : Communiqué | Mayotte

[Communiqué] Contamination des végétaux à Mayotte : risque sanitaire élevé dû aux pesticides, les consommateurs appelés à la vigilance

La préfecture de Mayotte met en garde ses habitants quant à la contamination de végétaux aux pesticides. Les autorités mettent en garde les consommateurs qui sont invités à ne pas réaliser leurs achats de fruits et légumes auprès des vendeurs sur le bord des routes en raison du danger qu'est susceptible de représenter la consommation de ces produits. Parmi les substances présentes dans les produits analysés se trouve le Diméthoate, un insecticide prohibé depuis février 2016, mais aussi du chlorpyriphos-éthyl ou de l'hexaconazole surdosés.

Ecrit par N.P. – le dimanche 02 juin 2024 à 12H54

Le communiqué :

Dans le cadre de la surveillance de la contamination des végétaux par des pesticides, la direction de l’agriculture, de l’alimentation et des forêts (DAAF) a réalisé des prélèvements de produits végétaux dans différentes localités du territoire. Ces analyses ont été réalisées sur des brèdes mafanes, brèdes morelles, salades, aubergines, concombres, courgettes, piments et tomates.

Les autorités mettent en garde les consommateurs qui sont invités à ne pas réaliser leurs achats de fruits et légumes auprès des vendeurs sur le bord des routes en raison du danger qu’est susceptible de représenter la consommation de ces végétaux.

En effet, ces produits végétaux proviennent dans leur grande majorité de producteurs non déclarés, non contrôlés dont les productions sont réalisées en l’absence de toute règle d’utilisation des produits phytopharmaceutiques.

Au sein des points de ventes informels, 100% des tomates ne sont pas conformes, ainsi que 50% des autres prélèvements de légumes, ce qui les rend impropres à la consommation.

Parmi les substances présentes dans les produits analysés, se trouve le Diméthoate, un insecticide prohibé depuis février 2016 par la Commission européenne, à la suite de la décision de l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) jugeant cette molécule comme « présentant des risques inacceptables pour les animaux et les hommes ».

D’autres substances actives interdites ont été détectées, telles que le chlorpyriphos-éthyl ou l’hexaconazole. Parmi les pesticides autorisés, il a été mis en évidence des surdosages ainsi que des usages inappropriés. Les taux de pesticides retrouvés au sein des échantillons constituent un risque aigue pour la santé humaine.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
14 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Communiqué] Rapport 2023 sur les délais de paiement dans les DCOM de la zone euro

Le rapport 2023 de l’IEDOM révèle que les délais de paiement interentreprises dans les DCOM de la zone euro continuent de diminuer, se rapprochant des délais nationaux, malgré des défis persistants dans la construction et le secteur public. Les disparités géographiques demeurent importantes, avec des délais particulièrement élevés en Guyane et à Mayotte.