Revenir à la rubrique : Faits divers

? Attouchements sur une fillette : Le ti-père accuse les mauvais esprits

L'homme qui dit avoir été possédé a été condamné à 3 ans de prison dont 1 an avec sursis.

Ecrit par SH – le mardi 16 mars 2021 à 17H41

« Ma fille a fait des cauchemars tous les soirs pendant un an » ; ce sont les mots d’un père face à celui qui a fait subir des agressions sexuelles pendant neuf mois à sa fille de 8 ans. 
 
Devant le tribunal correctionnel de Saint-Denis, l’ancien ti père de la petite, J.M, était jugé ce mardi. C’est en novembre 2019 que la petite s’était confiée à sa maitresse qui la trouvait « angoissée » et que l’école a fait un signalement. Attouchements et masturbation devant des films pornographiques alors que la victime était à côté, et une mère qui, lors d’un premier signalement, ne l’a pas crue. 
 
Les mots de la petite, qui ne s’inventent pas à cet âge, le témoignage d’une copine à elle, ainsi que les aveux du prévenu ont suffi pour le condamner. Suite à la plainte déposée en novembre, J.M était parti en Afrique pendant trois mois. Objectif : enlever les « djinns » ou mauvais esprits qui seraient la cause de son comportement. « Elle dit la vérité, n’a-t-il cessé de répéter, mi reconnaît ke sak mi la fé lé pa normal. J’ai quatre enfants et je suis grand-père, j’essaye de comprendre pourquoi j’ai fait ça mais je comprends pas »

Lui-même agressé alors qu’il était enfant, son comportement en serait peut-être le résultat. C’est ce que sous-entend la procureure avant d’évoquer une « addiction où l’on est dépossédé de soi et on entre dans la pathologie ». Elle a donc requis une peine « essentiellement concentrée sur le soin », soit 3 ans de prison dont 2 ans avec sursis, l’interdiction d’entrer en contact avec la victime et une obligation de soins. 

J.M a été condamné à 3 ans de prison dont un an avec sursis ainsi qu’une interdiction de contact avec la victime, une interdiction de travailler avec les mineurs et une obligation de soins. Il sera de plus inscrit au FIJAIS (fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles et violentes). 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Les policiers font usage de leur arme : Le chauffard en fuite devant la justice ce vendredi

Vers minuit ce lundi soir, un équipage de la police nationale s’est lancé dans une course-poursuite dans les rues du chef-lieu pour interpeller un conducteur qui roulait à vive-allure. Une autre patrouille, déjà en intervention, a failli être renversée, forçant un agent à faire usage de son arme. Le chauffard arrêté à son domicile plus tard dans la même soirée sera à la barre du tribunal correctionnel ce vendredi.

Professeur d’aïkibudo accusé de viol sur un élève mineur : La défense pourrait plaider l’acquittement

Alain T., 63 ans, accusé d’avoir violé un adolescent de 16 ans, évoque une relation amoureuse alors qu’il est également poursuivi pour avoir agressé sexuellement un autre mineur invité à dormir à son domicile. Le sexagénaire a déjà été condamné en métropole pour des faits similaires. Mais son avocat avance qu’il pourrait plaider l’acquittement au motif que les victimes qui fréquentaient les sites de rencontre ont sollicité son client.

Indemnités de logement : Didier Robert pourrait ne pas être poursuivi

Didier Robert, ancien président de la Région Réunion, reste sous enquête pour des indemnités de résidence perçues entre 2016 et 2019, potentiellement supérieures à son loyer. Après une condamnation en 2021 pour abus de biens sociaux, l’étude de son dossier est toujours en cours. Son avocat conteste les évaluations financières de la Chambre régionale des comptes.

Le président de l’Ordre des médecins accusé de violences par son ex-compagne

Actuel président de l’Ordre des médecins, le docteur Benjamin Dusang fait l’objet d’accusations de violences de la part de son ex-compagne Lise François, elle-même médecin. Alors que le renouvellement des membres de l’Ordre est prévu le 21 juin, Lise François a vu sa candidature à l’élection indirectement refusée : le dossier de son binôme, le Dr Ramou Anandanadaradja, a été jugé irrecevable et rejeté par le Conseil départemental de l’Ordre des médecins. Le docteur Anandanadaradja conteste son éviction du scrutin ce jeudi 20 juin devant le tribunal administratif de Saint-Denis.