Revenir à la rubrique : Faits divers

Assises: La vie d’un jeune gâchée et un accusé jugé 12 ans après

Un concert qui a mal tourné et des jeunes enragés ont laissé J.R handicapé à vie. L'un des supposés agresseurs est jugé devant la cour d'Assises 12 ans plus tard.

Ecrit par zinfos974 – le vendredi 19 février 2021 à 18H36

La justice n’est pas connue pour sa rapidité. Plusieurs années s’écoulent souvent entre la date des faits et celle du jugement. Mais 12 ans, c’est néanmoins rare. Wilfrid R. est pourtant jugé devant les Assises pour des violences ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente commises en 2009 à Saint-Denis. Il aurait participé à une baston générale qui a failli coûter la vie à un jeune, avant de disparaître pendant 6 ans en métropole malgré les convocations de la justice. 
 
Ces dernières 12 années n’ont pas été faciles pour J.R, 18 ans à l’époque et qui avait, avant les faits, un bel avenir devant lui. Jeune, sportif, en deuxième année de BEP électronique, J.R s’était rendu le 8 novembre à un concert à Champ-Fleuri. Mais une altercation entre lui-même et un autre jeune aurait dégénéré. Quelques coups échangés puis une cinquantaine d’individus auraient encerclé la victime et son petit groupe d’amis. Ces derniers lâchent alors le chien d’un d’entre eux ; la foule se disperse. J.R et ses amis parviennent à fuir mais J.R est rattrapé par la meute au niveau du parking du complexe sportif de Champ Fleuri. C’est là que les coups s’enchainent. Le jeune homme est à terre, en position fœtale. C’est l’intervention d’un homme qui se couche sur lui pour le protéger et celle de deux jeunes femmes qui lui ont certainement sauvé la vie. 
 
Une vie gâchée
 
Transporté inconscient, dans un état neurologique jugé grave par les secouristes, jusqu’au CHU du Saint-Pierre, il subit une intervention chirurgicale cérébrale, une trachéotomie pour lui permettre de respirer et reste plusieurs jours dans le coma. C’est une déchirure de l’artère carotide qui a provoqué un saignement au niveau du cerveau. Aujourd’hui, J.R est paralysé du côté gauche, peine à s’exprimer, à marcher, à voir et souffre de troubles du comportement. Cet homme qui vient de fêter ses 30 ans est handicapé à 45%. Conscient de sa vie d’avant, il sait ce qu’il a perdu. 
 
Le 4 novembre 2016, les autres accusés avait été condamnés à 5 ans prison. Quant à Wilfrid R., absent et introuvable, il avait été jugé par défaut et un mandat d’arrêt prononcé à son encontre. Libre à lui donc, lors de son interpellation un mois plus tard, de demander à être rejugé. 
 
« Aucun souvenir »
 
Ce vendredi devant la cour d’assises, Wilfrid R. prétend ne se souvenir de rien malgré les témoignages qui le placent sur les lieux à proximité de la victime. Un des témoins l’aurait vu même vu participer aux violences. « Dis pardon », aurait-il répété à J.R lorsqu’il était au sol. « Je l’ai dit pour que ça se termine, pour que les coups arrêtent », explique-t-il avant de poursuivre : « J’ai aucun souvenir ». Sans surprise, le président d’audience relève cette contradiction : « Vous ne vous souvenez de rien mais si vous avouez avoir dit ces mots pour que ça se termine, c’est que vous vous souvenez de violences ». 
 
La mémoire effacée après 12 ans, c’est possible, mais les mensonges face aux enquêteurs ainsi que sa disparition au moment de l’enquête et du premier procès ne jouent pas en sa faveur. La défense soutient l’hypothèse de la peur. Au moment des faits, puis lors des auditions. « Qu’est ce qui aurait pu arrêter leur acharnement à ce moment-là ? demande son avocat, Me Jean Christophe Molière. – Rien, l’arrivée de la police ou qu’ils terminent ». Impuissant, il aurait été témoin d’une scène qu’il ne contrôlait pas. « Des violences qui ont été arrêtées par un homme et deux femmes, malgré tout », précise l’avocat général. 
 
Place à l’analyse de la personnalité de l’accusé lundi, ainsi que les plaidoiries des avocats, les réquisitions du parquet et enfin, le verdict. 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Professeur d’aïkibudo accusé de viol sur un élève mineur : La défense pourrait plaider l’acquittement

Alain T., 63 ans, accusé d’avoir violé un adolescent de 16 ans, évoque une relation amoureuse alors qu’il est également poursuivi pour avoir agressé sexuellement un autre mineur invité à dormir à son domicile. Le sexagénaire a déjà été condamné en métropole pour des faits similaires. Mais son avocat avance qu’il pourrait plaider l’acquittement au motif que les victimes qui fréquentaient les sites de rencontre ont sollicité son client.

Indemnités de logement : Didier Robert pourrait ne pas être poursuivi

Didier Robert, ancien président de la Région Réunion, reste sous enquête pour des indemnités de résidence perçues entre 2016 et 2019, potentiellement supérieures à son loyer. Après une condamnation en 2021 pour abus de biens sociaux, l’étude de son dossier est toujours en cours. Son avocat conteste les évaluations financières de la Chambre régionale des comptes.

Le président de l’Ordre des médecins accusé de violences par son ex-compagne

Actuel président de l’Ordre des médecins, le docteur Benjamin Dusang fait l’objet d’accusations de violences de la part de son ex-compagne Lise François, elle-même médecin. Alors que le renouvellement des membres de l’Ordre est prévu le 21 juin, Lise François a vu sa candidature à l’élection indirectement refusée : le dossier de son binôme, le Dr Ramou Anandanadaradja, a été jugé irrecevable et rejeté par le Conseil départemental de l’Ordre des médecins. Le docteur Anandanadaradja conteste son éviction du scrutin ce jeudi 20 juin devant le tribunal administratif de Saint-Denis.

Saint-Denis : Des policiers tirent sur un chauffard en fuite

Vers minuit ce lundi soir, un équipage de la police nationale a dû se lancer dans une course poursuite dans les rues du chef-lieu pour tenter d’interpeller un conducteur qui roulait à vive-allure. Une autre patrouille, déjà en intervention, a failli être renversée, forçant les agents à faire usage de leurs armes. Finalement, le chauffard a été arrêté à son domicile plus tard dans la soirée.