Revenir à la rubrique : Faits divers

Après 4 ans de violences, elle est enfin libérée de son bourreau

En ce 8 mars, journée du droit des femmes, l'audience de comparution immédiate avait à juger une fois encore des violences conjugales. Le dossier qui suit fait froid dans le dos. La période de prévention s'étend sur 4 longues années. Cette fois la famille a déposé plainte pour la victime qui accepte son sort depuis trop longtemps.

Ecrit par 1167938 – le jeudi 09 mars 2023 à 14H52

Le prévenu est un homme de 45 ans qui se présente à la barre du tribunal pour s’expliquer de faits de violences habituelles. Le parquet a retenu une période de prévention allant du 1er janvier 2019 au 4 mars 2023, date des derniers faits.

Ce 4 mars à Saint-Denis, Patrick G. a bu comme à son habitude. Il rentre énervé et sa compagne et mère de ses trois enfants ne sait que trop bien ce qui peut arriver quand il est dans cet état. Comme d’habitude, elle marche sur des oeufs car un rien peut le faire basculer dans la violence. Pour lui il n’y a rien. Mieux encore, comme il l’indique à la barre : « je ne reconnais rien, il n’y a pas de violences. C’est elle qui s’en est prise à moi. Elle m’a serré le cou avec une main puis ensuite le bras. Le coup de poing est parti tout seul et elle est tombée« . 

Ceci étant dit et bien malgré lui, un coup est déjà avoué pour les faits du 4 mars. De plus, leur fille témoigne aux policiers qu’elle a vu son père assener un coup à sa mère qui s’est retrouvée au sol, l’oreille en sang. Face aux évidences, Patrick G. fini par reconnaître, s’excuser et demander de l’aide pour son alcoolisme, mais à sa manière : « Il y a des violences mais c’est pas tous les jours. Mais pourquoi tu attends que j’ai bu quelques coups pour me dire les choses« . La victime, présente à l’audience, ne souhaite pas se constituer partie civile. « Quand il est à jeun, ça se passe bien, c’est quelqu’un de bien« , indique-t-elle au président, ajoutant qu’elle a décidé de partir avec ses enfants vivre chez ses parents. La maison du couple, sur un terrain familial, appartient au prévenu. 

« Il y a suffisamment d’éléments pour reconnaître des violences régulières »

« Il donne énormément de versions des faits sans jamais vraiment reconnaitre« , tance le parquet. « Il y a suffisamment d’éléments pour reconnaitre des violences régulières, il y a de nombreuses blessures. Il reconnait à minima. Les proches craignent qu’il ne finisse par tuer madame. On sait à quel point c’est difficile de dénoncer ces faits. Tout le monde est au courant et personne ne dit rien. C’est un secret de polichinelle« , insiste la procureure qui requiert une peine de 3 ans de prison dont 18 mois de sursis probatoire et le maintien en détention. 

« Il n’a pas pu reconnaitre facilement car c’est dur de se dire qu’on est ce mari là et ce père là« , répond la défense. « Ses regrets devant vous sont sincères. Le plus important aujourd’hui, c’est qu’il a pu identifier son problème et son besoin d’aide. Il a 7 mentions à son casier mais elles sont anciennes. Madame a quitté le domicile de monsieur et il est inséré. Il y a d’autres solutions à la détention comme le sursis ou la détention à domicile« , plaide la robe noire.

Le prévenu écope, sous les yeux de ses enfants en pleurs, de 2 ans de prison dont 1 an de sursis probatoire. Il est maintenu en détention par le tribunal pour la partie ferme. 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Une femme victime d’attouchements dans une piscine municipale

Un homme comparaissait le 17 mai dernier devant le tribunal correctionnel de Saint-Denis pour des faits d’agression sexuelle. Sur proposition du parquet, la victime a accepté de correctionnaliser cette affaire qui était, au départ, ouverte pour des faits criminels de viol. Il a été reconnu coupable ce vendredi et condamné à 6 mois de prison avec sursis.

Plaine des Cafres : Un impressionnant incendie ravage une maison abandonnée

Un impressionnant incendie s’est déclaré ce vendredi après-midi à la Plaine des Cafres dans le centre-ville du 23e km, à proximité des locaux de la PMI, non loin de la caserne des pompiers.
L’intervention est toujours en cours dans cette maison abandonnée, l’ancien dortoir des filles du foyer Marie Poittevin.

RN2 de Saint-André : Accident dans le secteur de Petit Bazar

Sur la RN2 à Saint André, suite à un accident qui s’est produit dans le secteur de Petit Bazar, la route a été fermée à la circulation en milieu de matinée dans le sens Nord/Est avec une déviation par la bretelle de sortie de l’échangeur, et la RN2002. Un sur-accident est ensuite survenu. La route a finalement pu être rouverte à la circulation en fin de matinée.