Revenir à la rubrique : Courrier des lecteurs

Air Austral sacrifié au profit d’Air France ?

Une information qui peut donner un aperçu de la politique voulue par Didier Robert, pour Air Austral. Selon des sites professionnels, « un nouvel accord de partage de code avec Air Mauritius vers la Réunion » a été signé. Ainsi, les deux compagnies « vont inaugurer un nouvel accord de partage de code à compter du 1er février […]

Ecrit par zinfos974 – le mardi 24 janvier 2012 à 09H40

Une information qui peut donner un aperçu de la politique voulue par Didier Robert, pour Air Austral. Selon des sites professionnels, « un nouvel accord de partage de code avec Air Mauritius vers la Réunion » a été signé.
Ainsi, les deux compagnies « vont inaugurer un nouvel accord de partage de code à compter du 1er février 2012 entre La Réunion et l’Ile Maurice ».
Air France commercialisera des vols quotidiens exploités par Air Mauritius sous numéro de vol Air France entre les deux aéroports de La Réunion (Saint-Denis et Saint- Pierre) et l’île Maurice.

« Air France et Air Mauritius unissent leurs efforts pour offrir de nouvelles possibilités de voyages combinant ces 2 îles Vanille. De plus, Air France offre ainsi à ses clients réunionnais la possibilité de voyager à Maurice en accumulant des miles », a déclaré Alain Malka, Directeur Général Caraïbes & Océan Indien Air France KLM.
« Ce partenariat se situe dans le cadre de l’accord signé entre les deux compagnies en 2008 permettant déjà à Air Mauritius d’apposer son code sur les vols d’Air France à partir du hub de Charles de Gaulle sur la France Métropolitaine et sur plusieurs destinations en Europe.
Cette extension du partenariat permet maintenant d’accroître l’offre vers Réunion et vers Maurice en créant de nouvelles opportunités d’acheminements via Maurice et via Réunion », a précisé un responsable d’Air Mauritius.

Air Mauritius opère depuis longtemps de nombreux vols quotidiens entre l’île de La Réunion et l’île Maurice. Ces vols sont notamment très fréquentés par la population de l’île de la Réunion: nombreux sont les Réunionnais à aller goûter aux plaisirs balnéaires de l’île Maurice.
En clair : Didier Robert a à peine pris la direction du Conseil de surveillance d’Air Austral et celle de la SEMATRA, que la compagnie régionale Air Austral voit la position d’Air France et d’Air Mauritius se confirmer.
Au motif qu’il faut dynamiser les îles Vanille. Mais pourquoi ces vols devraient-ils se développer au détriment d’Air Austral, dont la vocation initiale était bien d’assurer une liaison avec les îles de la zone océan Indien.

Cette prise de position – que Didier Robert ne pouvait ignorer – laisse entrevoir ce qu’il peut advenir de la compagnie régionale : une mort  lente mais programmée. Déjà que pour se déplacer en Australie, la Région avait fait appel à Air Mauritius…
 
Kalidja Patel

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Nous, peuple de la France Métisse

Nous, les réunionnais attachés au Dialogue Interculturel et au Vivre Ensemble, peuple de La France Métisse, et, habitants de l’île de La Réunion : yabs, kafs, malbars, zoreys, zoréols, créoles métissés, chinois, zarabes, malgaches, comoriens, mahorais, mauriciens, maghrébins, avec tous les autres citoyens de toutes origines, nous sommes éveillés et conscients face à la concrétisation du danger d’un Mouvement politique xénophobe qui utilise, sans vergogne, la démocratie pour prendre le pouvoir et conduire notre Nation vers le repli sur soi, vers la stigmatisation d’une partie du peuple de France, vers le chaos socio-économique, vers l’anéantissement culturel, vers l’hystérie collective tendant à réduire drastiquement le champ d’expression des libertés et des opinions alternatives à sa propre doxa.