Revenir à la rubrique : Social

Aide de la Région au Quotidien : « Les salariés vont pouvoir passer Noël l’esprit tranquille »

L'annonce du vote ce vendredi en commission permanente de la Région d'une aide de 600.000 euros en faveur du Quotidien de La Réunion devrait garantir trois mois supplémentaires de survie pour le journal en dépôt de bilan. Le temps, espèrent les salariés, de voir se constituer une solide offre de reprise.

Ecrit par T.L. – le jeudi 30 novembre 2023 à 18H13
des syndicalistes sont venus apporter leur soutien au SNJ cet après-midi au siège du Quotidien.

Le rendez-vous avec les syndicats avait été pris avant l’annonce surprise faite ce matin devant les membres du CSE par la présidente du Quotidien Carole Chane Ki Chune  : l’entreprise, a-t-elle informé les représentants des salariés, a obtenu une aide exceptionnelle de 600.000 euros, qui sera votée ce vendredi en commission permanente de la Région.

Cet après-midi, dans le local syndical du Quotidien, des représentants du FSU, de la CGTR et de FO sont venus apporter du soutien à leurs collègues du SNJ qui portent la lutte pour la survie du journal. Et même si le couperet de la liquidation du titre ne tombera pas le 13 décembre comme les salariés le craignaient, les syndicats prévoient de se mobiliser ce jour-là devant le tribunal de Champ-Fleuri pour marquer leur attachement à la pluralité de la presse.

Selon le délégué SNJ de la rédaction Edouard Marchal, « 150 familles dépendent du Quotidien ». Les salariés invitent le public à se rendre au siège du journal au Chaudron ce samedi 2 décembre afin de découvrir comment se fabrique une édition du Quotidien. « On invite les gens à venir nous rencontrer, voir comment on travaille, discuter avec les journalistes, découvrir comment on fait un journal. C’est une chaîne qui comporte beaucoup de maillons », expose Edouard Marchal.

Interrogé sur le soutien de la Région, le secrétaire du CSE Olivier Danguillaume évoque « une bouffée d’oxygène » et souligne que « les salariés vont pouvoir passer Noël l’esprit tranquille. » Même si l’avenir reste fragile et devra être consolidé par un projet de reprise, celui déposé par Henri Nijdam (Le Nouvel Economiste), même rejeté par le mandataire judiciaire, demeure pour l’heure le seul sur la table.

Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
6 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
sabà
3 mois il y a

Après C’est nos impôts qui sont distribué aucune vérification profondes des malversations et des gestionnaires incompétents. Nous aussi les petits entreprise Les agriculteurs nous voulons notre part du gâteau. Sinon nous ne paieront plus d impôt pour ces incompétents, qui s engraisse sur le dos des contribuables c est la faute à l Urssaf et à à la politique de l’Europe qui appauvrit les contribuables et qui finirons en révolution

Fidol Castre
3 mois il y a

La reprise…d’accord…mais s’il n’y a plus de lecteurs…comment on fait rentrer des recettes ?
Qui achète ?
Qui paie des espaces de pub dans un journal qui n’est lu par personne ?

Même si la Région donne des subventions afin que le journal soit distribué gratuitement, je parie que les exemplaires ne trouveront pas preneur ! Il n’y a rien à y lire…

Anne Mangue
3 mois il y a

Ce serait bien aussi que le journal de l’île reçoive aussi une aide. En tout cas il faut faire le maximum pour que le quotidien et le Journal de l’île ne disparaissent surtout pas. La presse écrite locale a un rôle important à tous points de vue et puis faut sauvegarder les emplois c’est important. Pour finir il serait souhaitable qu’il y ait le quotidien et le Journal de l’île en vente dans tous les supermarchés boulangeries etc….comme il y a quelques années et de faire imprimer VIZU.

JD974
Répondre à  Anne Mangue
3 mois il y a

Un rôle important ? Expliquez vous ! Des emplois perdus ? C’étaient des doubles emplois payés par nos impôts ! Connaissez vous des entreprises qui ne dégraissent pas les doubles emplois ?

Salopard
3 mois il y a

Avec la disparition du Quotidien, c’est comme si on jetait l’histoire de la LIBERTE à la poubelle.
Freedom ne le supporte pas.
Putain, vous, les élites, les élus, les « sachiants », réagissez, merde !!!
Craignez la colère du peuple.

Mon Quotidien
3 mois il y a

Avec la disparition du Quotidien, c’est comme si on jetait l’histoire de la LIBERTE à la poubelle.
Freedom ne le supporte pas.
Putain, vous, les élites, les élus, les « sachiants », réagissez, merde !!!
Craignez la colère du peuple.

Dans la même rubrique

MFR : Les salariés poursuivent leur mouvement de grève

En grève illimitée depuis la semaine dernière pour exiger de meilleures conditions de travail, les salariés de la Maison familiale rurale (MFR) située à la Plaine-des-Palmistes ont décidé de poursuivre leur mouvement, toujours soutenu par l’Union régionale 974 (UR974).

« Plusieurs chantiers déjà inscrits dans le calendrier social de cette année », assure le Département

Si la collectivité départementale assure respecter le droit de grève « consacré par la constitution », elle exprime néanmoins ses regrets face au mouvement de grève entamé ce jeudi devant ses grilles à l’appel des syndicats SAMFFA et SNT, rappelant la réunion avec la Direction Générale et les services du 27 février dernier, « où des réponses ont été apportées aux points soulevés ».

Département : « Un malaise croissant au sein du personnel »

Le climat social se tend au Conseil départemental, avec une action conjointe ce jeudi des syndicats SAMFFA (Syndicat Assistants Maternels, Assistants Familiaux, Accueillants familiaux) et SNT/CFE-CGC (Syndicat national des Territoriaux CFE/CGC) en soutien aux droits et intérêts des agents. Les griefs portent sur les orientations de l’action sociale départementale, les conditions de travail et les effets délétères sur le personnel.

Mairie de St-Benoit : Les syndicats boycottent le CST et demandent à rencontrer le maire

La mise en place des nouveaux membres du Comité Social Territorial (CST) ne suffit pas à apaiser les tensions au sein de la mairie de St-Benoit, dénoncent les représentants syndicaux. Ces derniers ont décidé de ne pas prendre part au CST convoqué ce mercredi, reprochant au maire, Patrice Selly, une « absence de dialogue social ». Ils tiennent malgré tout à le rencontrer dans les plus brefs délais.