Revenir à la rubrique : Faits divers

Affaire Carl Davies : La famille britannique déterminée, « quoi qu’il arrive »

Une enquête bâclée, un système judiciaire défaillant et trois assassins libérés dans la nature… Pour la famille Davies, arrivée d’Angleterre pour la deuxième fois hier, La Réunion ne rend pas justice à leur fils Carl. Une île « magnifique » avec des habitants « extraordinaires » mais qui symbolise à la fois la perte de leur garçon et un […]

Ecrit par zinfos974 – le mercredi 15 mai 2019 à 17H38

Une enquête bâclée, un système judiciaire défaillant et trois assassins libérés dans la nature… Pour la famille Davies, arrivée d’Angleterre pour la deuxième fois hier, La Réunion ne rend pas justice à leur fils Carl. Une île « magnifique » avec des habitants « extraordinaires » mais qui symbolise à la fois la perte de leur garçon et un crime qui reste impuni. Assis dans la salle d’audience de la cour d’Assises, les parents et le beau-frère de Carl Davies sont assis à quelques mètre de Vincent Madoure, qui comparait libre. Pour eux, c’est l’incompréhension totale de voir cet homme libre après avoir été condamné, dans la même salle en première instance, à 15 ans de réclusion criminelle. En effet, Vincent Madoure purge sa peine en liberté depuis plus d’un an et demi après avoir passé seulement 4 mois en détention.
 
« Nous sommes des gens simples, de la classe ouvrière, mais nous ne sommes pas stupides et nous sommes déterminés »
 
Mais la cible des parents de Carl Davies n’est pas tant Vincent Madoure, qui, en effet, a peut-être été condamné à titre représentatif. De qui ? De deux autres hommes bien plus coupables, selon eux, Jérôme Sanassy et Yassine Ahamada, également libres aujourd’hui. Car l’hypothèse, au vu des écoutes téléphoniques qui révèlent que les hommes parlent de l’altercation avec « l’Anglais », leur appartenance au « Gang du Bas-de-la-Rivière » et les éléments qui ressemblent étrangement au mode opératoire de ce gang violent, est la suivante : Jérôme Sanassy aurait attaqué Carl Davies, marin de 33 ans, costaud, qui sait se défendre, pour lui prendre son argent. Carl Davies l’aurait mis K.O. Les autres, en particulier Yassine Ahamada, l’auraient achevé d’un violent coup à la tête et un coup de couteau à l’abdomen.

Le père de Carl, Andy Davies, compte ne rien lâcher : « Nous allons continuer à nous battre. Ça fait 7 ans qu’on le fait et on le refera pendant 7 ans s’il le faut. Nous devons bien ça à notre fils. Nous sommes des gens simples, de la classe ouvrière, mais nous ne sommes pas stupides et nous sommes déterminés. Quoi qu’il arrive lors du verdict vendredi ».
 
Un combat qui pourrait s’avérer compliqué si Vincent Madoure n’est pas condamné. Libre, il est représenté par Me Djalil Gangate et Me Yannick Mardenalom qui remettent le doute sur le déroulement de la nuit du 7 au 8 novembre. Les hypothèses de l’accident de la route ou encore de la chute sont ressorties. Et Carl est-il mort cette nuit-là ou le jour de la découverte de son corps ? La flaque de sang qui émane de l’oreille de la victime met le doute également sur le moment du décès. Le témoignage de Vincent Madoure est évidemment très attendu.
 
Si la mère de Carl Davies, Maria, évoque également des manquements dans l’enquête et rappelle les irrégularités de procédure, elle avoue que la tâche est parfois lourde. C’est une vie désormais pesée par ce travail judiciaire qui la pousse à bout. « Mais comment ne pas se battre ? Quand on te prend la chose la plus précieuse au monde… Quand on est mère… »

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Saint-Leu : Le père de famille absent à son procès, mais bien présent dans la terreur

Un quadragénaire était jugé ce jeudi par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre pour avoir fait vivre un cauchemar à la mère de son fils et à sa famille. En plus des violences et des menaces de mort, il est soupçonné d’avoir dégradé plusieurs véhicules. Faute de preuves matérielles pour ces derniers faits, le tribunal a préféré aller au-delà des réquisitions sur le reste afin d’assurer la paix aux victimes.

Elle tente de se rendre en Chine avec 180.000 euros dans les bagages

Un couple était jugé jeudi 18 avril 2024 par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre pour blanchiment d’argent, abus de biens sociaux et transfert d’argent non déclaré entre pays. La femme a tenté de se rendre en Chine avec 180.000 euros dans ses bagages. Un couple atypique dont la gestion du magasin et des finances étonne. Le jugement a été mis en délibéré.

Soupçons d’emplois illégaux à la Région : Un procès au goût amer dont l’épilogue est attendu le 21 mai

Le procès de Didier Robert, ancien président de la Région Réunion, s’est conclu après d’intenses débats judiciaires sur des accusations d’emplois fictifs et de détournement de fonds. Le délibéré de cette affaire politico-judiciaire, très attendu, sera rendu le 21 mai, en pleine période électorale. Les avocats des 11 prévenus, vent debout contre l’enquête préliminaire menée par des policiers spécialisés en la matière, ont unanimement plaidé la relaxe.

Soupçons d’emplois illégaux à la Région : « La fin ne saurait justifier les moyens »

La procureure de la République Véronique Denizot a demandé la condamnation des 11 prévenus de l’affaire des emplois présumés illégaux de la Région, ce jeudi lors de la quatrième journée du procès, une peine de 5 ans d’inéligibilité étant notamment requise pour l’ancien président Didier Robert, visé pour prise illégale d’intérêts et détournement de fonds . L’actuelle mandature de la Région, partie civile du procès, a demandé un préjudice à hauteur de 1,5 million correspondant à la somme des salaires versés aux huit conseillers techniques poursuivis pour recel.