Revenir à la rubrique : Politique

3 députés LFI, 1 PS, 1 Progrès, 1 PLR et 1 RN, une première historique

Le Front républicain a relativement bien fonctionné à La Réunion. Malgré une très forte poussée du Rassemblement national. Tous les députés sortants sont réélus, à l’exception notable de Nathalie Bassire, éliminée dès le premier tour, qui sera remplacée sur les bancs de l’Assemblée nationale par Joseph Rivière, le seul député RN réunionnais. La participation plus forte d’environ 2,5 points par rapport au premier tour a plutôt joué en faveur des candidats du Nouveau Front Populaire, confirmant la mise en place de ce bouclier républicain contre le RN. Mais parallèlement, on peut relever une stratégie « municipale », nombre de maires dont le poulain avait été éliminé dès le premier tour, préférant aider en sous-marin celui qui ne sera pas candidat face à eux dans leur commune en 2026. Même si on n’en a aucune preuve et même si les intéressés démentiront énergiquement, on peut légitimement se poser quelques questions, par exemple à Saint-Benoit, à Saint-Pierre, au Tampon ou encore indirectement à Sainte-Marie, où Céline Sitouze était un soutien actif de Frédéric Maillot. Sans que ces manœuvres des maires en place n’aient changé grand-chose aux résultats d’ailleurs.

Ecrit par Pierrot Dupuy – le lundi 08 juillet 2024 à 00H41

1ère circonscription : Morel a un vrai problème à St-Denis

Un fin connaisseur de la vie politique locale me disait en fin de soirée : « A cette élection, au premier tour, on pouvait prendre n’importe quel ‘baba chiffon’ et l’appeler RN pour qu’il fasse un bon score ». Pas faux. Sauf à Saint-Denis où Jean-Jacques Morel, élection après élection, se heurte à une sorte de plafond de verre qui l’empêche d’être élu.

Son « transfert » lors du mercato d’hiver des LR au RN ne lui aura pas été profitable. Il est le candidat du RN qui réalise le plus mauvais score en pourcentage. De quoi se poser sérieusement des questions quand on voit le niveau des autres.

Il a certes fait un meilleur score que d’habitude au 1er tour, mais a parallèlement fortement réduit les possibilités de reports de voix au second.

Le taux de participation dans cette circonscription est passé de 31,77% au deuxième tour des législatives de 2022, à 50,91% aujourd’hui.

Alors qu’en 2022, Jean-Jacques Morel avait récolté 9.640 voix, il en recueille aujourd’hui 14.868, soit un bond de 5.228 voix. On pourrait croire en apparence à une belle performance, d’autant qu’il a gagné 3.417 voix en une semaine, depuis le 1er tour. Mais pour déterminer s’il a réellement progressé, il faut regarder les pourcentages. Et là, le résultat est sans appel. Le candidat du RN recule nettement en pourcentage : 35,28% aujourd’hui contre 39,32 en 2022. Plus de 4 points d’écart.

Le fait de prendre l’étiquette du Rassemblement national, non seulement ne lui a pas permis de se faire élire mais l’a fait régresser en pourcentage par rapport au dernier scrutin où il portait les couleurs de la Droite. Manifestement, nombre d’électeurs Les Républicains et divers droite ne l’ont pas suivi dans sa migration vers le RN et ont soit préféré voter Philippe Naillet, soit voter blanc ou nul.

Au final, c’est Philippe Naillet qui se frotte les mains. Il sort conforté de cette nouvelle élection. Et la maire Ericka Bareigts renforce fortement sa position pour 2026. Jean-Jacques Morel sera hors-jeu et Frédéric Maillot dont on annonçait la candidature face à elle ayant été réélu député ce soir, on le voit mal abandonner son mandat dans deux ans pour se lancer dans des municipales sans grandes chances d’être élu.

 

2ème circonscription : Karine Lebon dans un fauteuil

 

Karine Lebon était la candidate qui avait le plus de chance d’être élue au soir du 1er tour. Les résultats de ce soir ne font que confirmer cette tendance puisqu’elle est largement élue avec 67,46% des suffrages.

A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. Sa victoire a été facilitée par le niveau de la candidate du Rassemblement national qui lui était opposée. Christelle Bègue a multiplié les bourdes durant le débat sur Réunion 1ère et ce faisant, a ouvert un boulevard pour la candidate du Nouveau Front Populaire qui n’en demandait pas tant.

Karine Lebon est arrivée en tête dans toutes les communes avec des scores très larges : 69,28% au Port, ou encore 66,66% à La Possession.

Là aussi, les arrière-pensées municipales n’ont jamais été très loin. Le candidat de la Droite, Jean-Yves Morel, a été balayé dès le premier tour, ce qui va forcément faire réfléchir le président du Département qui envisageait, dit-on, une candidature à Saint-Paul. Tout comme Gilles Hubert à La Possession, pour les mêmes raisons.

 

3ème circonscription : Joseph Rivière confirme et est le seul élu RN

 

Le RN ne réalise sans doute pas le score qu’il espérait à La Réunion. Il remporte malgré tout une circonscription, une première historique.

Joseph Rivière l’emporte avec le score le moins large de tous les députés élus ce soir : 51,43% contre 48,57% pour son adversaire du Front populaire, issu des rangs de LFI.

Cette circonscription comprend les villes de Saint-Louis, Cilaos et Le Tampon. Joseph Rivière arrive en tête au Tampon (52,26% des suffrages), et fait quasiment jeu égal à Saint-Louis. Il n’y a qu’à Cilaos où il arrive nettement derrière Alexis Chaussalet : 46% contre 54%. Mais la taille de cette commune était trop petite pour que le candidat du Front Populaire puisse rattraper le retard accumulé au Tampon. Ville dont on peut se demander pour qui l’appareil communal a travaillé durant l’entre-deux tours…

Il s’agit là d’une déception pour Huguette Bello qui plaçait beaucoup d’espoir dans son jeune poulain.

 

4ème circonscription : Réélection dans un fauteuil pour Emmeline K/Bidi

 

Les résultats de cette circonscription étaient parmi ceux que les observateurs attendaient avec le plus d’impatience. Si on ne doutait guère de la réélection d’Emmeline K/Bidi, on se demandait quel score elle allait réaliser à Saint-Pierre, ville dont elle ne cache pas qu’elle compte être candidate aux Municipales de 2026.

Michel Fontaine était sorti ébranlé du premier tour, son candidat David Lorion ayant été éliminé d’entrée de jeu. Qu’allait-il faire au second ?

Le maire de Saint-Pierre était pris dans un piège redoutable. Il n’avait que quatre possibilités : jouer le front républicain contre le Rassemblement national et appeler à voter pour celle qui sera son adversaire dans deux ans. Impossible.

Appeler à voter pour le candidat du Rassemblement national ? Impossible.

Appeler ses militants et sympathisants à rester chez eux ou à voter blanc ou nul ? Pas très courageux et pas mobilisateur en vue des prochaines échéances.

Faire voter « en misouk » pour Jonathan Rivière, le candidat du Rassemblement national, pour tenter d’amoindrir le plus possible le score d’Emmeline K/Bidi dans la capitale du Sud ? Impossible de dire si c’est cette solution que le premier magistrat de la commune a choisi. La participation a certes été assez élevée mais on recense 4,84% de bulletins blancs et 4,44% de nuls. Des chiffres anormalement importants.

Il n’en demeure pas moins qu’Emmeline K/Bidi a réalisé un score très important de 60,34% des suffrages exprimés dans la capitale du Sud, de quoi inquiéter fortement le maire de la commune. A moins que la vague d’extrême droite que nous avons constatée ce soir ne reflue aussi vite qu’elle n’est apparue. Il peut aussi se rassurer en se disant qu’aucune élection ne se ressemble et qu’une législative n’est pas une municipale. Qu’il n’était pas personnellement candidat et que sa personnalité pourrait inverser les scores.

Quoi qu’il en soit, Michel Fontaine a intérêt à se mettre ardemment au travail car sinon, il risque fort de perdre sa commune dans deux ans.

A l’inverse, son collègue Patrick Lebreton peut voir ces élection arriver avec sérénité. Il tient bien sa commune, sa candidate recueillant 63,42% à Saint-Joseph.

 

5ème circonscription : Jean-Hugues Ratenon finalement assez facilement

 

La 5ème circonscription est celle où les résultats sont longtemps restés incertains, avant de basculer nettement en faveur de Jean-Hugues Ratenon.

Ce dernier est réélu avec 53,75% des suffrages exprimés, devant Joan Doro, le candidat du Rassemblement national qui ne recueille que 46,25% des voix.

Là aussi, on attendait avec curiosité le score qu’allait réaliser le député sortant à Saint-Benoît, ville dont il ne cache pas qu’il souhaiterait devenir maire aux prochaines municipales.

Comme à Saint-Pierre, la candidate du maire Anne Chane-Kaye-Bone, avait été éliminée dès le soir du 1er tour, plaçant le maire de l’Est dans le même embarras que son collègue du Sud.

Finalement, Jean-Hugues Ratenon l’a très facilement emporté à Saint-Benoît avec 56,96% des suffrages exprimés, grâce au soutien affiché officiellement de Patrice Selly, laissant Joan Doro du Rassemblement national loin derrière avec 44,99%

A noter toutefois, comme à Saint-Pierre, un nombre important de bulletins blancs (4,28%) et dans une moindre mesure de nuls (2,86%).

Là aussi, Patrice Selly a quelques soucis à se faire dans l’optique des municipales, si d’aventure Jean-Hugues Ratenon persistait dans sa volonté de conquérir la mairie. A moins qu’il ne préfère se rabattre sur Bras Panon d’où il est originaire et où il l’emporte avec 57,37% des voix. A peine réélu, il n’a que l’embarras du choix.

A noter le drame qui a touché un des jeunes militants de Jean-Hugues Ratenon. Alors qu’il rentrait de Saint-Philippe où il était allé comptabiliser les résultats pour son candidat, il a eu un accident de la route sur le chemin du retour et y a perdu la vie. Jean-Hugues Ratenon avait la voix cassée et les larmes aux yeux quand il lui a rendu hommage.

 

6ème circonscription : Frédéric Maillot facilement réélu

 

Le candidat du Front populaire avait fait le plus dur en éliminant Alek Laï-Kane-Cheong, son plus coriace adversaire dès le premier tour. Le scrutin d’aujourd’hui est apparu comme une formalité pour Frédéric Maillot, qui l’a facilement emporté face à la candidate du RN Valérie Legros.

58,23% pour le candidat de Gauche, contre 41,77% pour celle du Rassemblement national.

Un score malgré tout relativement bon pour une candidate sans grande expérience politique, comme ses autres collègues du RN, et qui a réussi malgré tout la performance d’arriver au second tour.

Reste maintenant à savoir si ces bons résultats sont appelés à se répéter, voire à s’amplifier, lors des prochains scrutons, ou s’il ne s’agit que d’un feu de paille éphémère.

Frédéric Maillot réalise ses meilleurs scores à Sainte-Suzanne (61,41%) et Saint-Denis (59,79%), mais il arrive en tête dans les 4 communes que compte la circonscription.

 

7ème circonscription : Perceval Gaillard se débarrasse sans grande difficulté de Jean-Luc Poudroux

 

57,33% pour Perceval Gaillard contre 42,67% pour Jean-Luc Poudroux, le score est sans appel.

Le député sortant a été brillamment réélu, d’autant que là aussi, on pouvait raisonnablement s’interroger sur le soutien réel qu’allait lui apporter Emmanuel Séraphin, le maire de Saint-Paul, dont on disait qu’ils étaient en froid.

Finalement, les choses se sont bien passées puisqu’il a obtenu un score très large de 59,61% des voix dans la capitale de l’Ouest, devançant largement son adversaire (40,39%).

A noter là aussi un nombre important de bulletins blancs (6,20%) et nuls (4,58%).

Le score du candidat NFP était aussi attendu à Saint-Leu, où on dit le maire fragilisé. Perceval Gaillard y recueille 57,71% des suffrages. Les prochaines municipales risquent d’être difficiles pour Bruno Domen, pris en tenaille entre le candidat que la Gauche présentera et Thierry Robert.

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
96 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Huguette Bello, Première ministre : Manifestation devant le siège du PS à Ivry

Le conseil national du Parti socialiste se tient actuellement à Ivry où les dirigeants doivent étudier la candidature d’Huguette Bello au poste de Première ministre proposée par le PCF et soutenue par la LFI. Le PS a son propre candidat, Olivier Faure. Plusieurs sections du Nouveau Front populaire se mobilisent devant les grilles du siège socialiste ce samedi après-midi pour militer en faveur d’un consensus autour du nom de la présidente de la Région Réunion.

Pierrot Dupuy : « Pourquoi la désignation d’Huguette Bello comme Première ministre est peu probable »

Suite à l’annonce de la candidature d’Huguette Bello au poste de Première ministre par le Parti communiste français, la sphère médiatique nationale s’est rapidement emballée autour de la présidente de la Région Réunion. Pierrot Dupuy explique pourquoi cette candidature a peu de chances d’aboutir, tant en raison des enjeux de la Gauche au niveau national que des dynamiques locales.

Huguette Bello : Combats politiques et événements médiatiques

La présidente de la Région Réunion est pressentie pour devenir Première ministre. Cette proposition formulée par le Parti communiste français prend devient de plus en plus sérieuse grâce au soutien de Jean-Luc Mélenchon, fondateur de La France Insoumise et l’accord d’Europe Ecologie-Les Verts. Le Parti socialiste doit se prononcer aujourd’hui sur le sujet. Devenir la cheffe du gouvernement couronnerait la carrière politique très riche d’Huguette Bello, figure emblématique de la gauche à La Réunion.