Revenir à la rubrique : Faits divers

18 mois de prison et bannis de Saint-Louis pour 5€

Un jeune homme a été condamné par le tribunal de Saint-Pierre pour violences. Avec ses complices, ils ont tabassé un Saint-Louisien pour lui voler 5 euros. Il a été condamné à 18 mois de prison et une interdiction de mettre les pieds à Saint-Louis pendant 5 ans.

Ecrit par Nicolas Payet – le samedi 18 juillet 2020 à 11H34

Il était le seul à la barre du tribunal de Saint-Pierre hier, ses deux complices n’ayant pas été identifiés. Le jeune homme est accusé d’avoir passé à tabac un homme le jour de la fête nationale pour lui voler 5 euros et sa carte d’identité. Lors de sa plainte, la victime a formellement identifié son agresseur sur un tamisage photographique.

Niant sa culpabilité malgré les affirmations de la victime, le vingtenaire est déjà bien connu de la justice. Son casier judiciaire comporte six condamnations, dont une pour agression sexuelle à cette même gare de Saint-Louis. Le tribunal l’a condamné à 18 mois de prison ainsi que l’interdiction d’aller à Saint-Louis pour une période de 5 ans.

 

Partager cet article
Thèmes :
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Un important trafic de serins du Mozambique démantelé

Un passager transportant dans ses bagages en soute 1.100 serins du Mozambique a été arrêté en novembre 2022 à l’aéroport de Saint-Denis. Une espèce d’oiseaux interdite à La Réunion, transportée dans des conditions déplorables de surcroit. L’important réseau réunionnais a été démantelé. Les clients ont été condamnés, indique le procureur de Saint-Pierre, compétent dans les affaires environnementales sur l’île.

Petite-Île : L’opposant de Serge Hoareau condamné pour diffamation

Jean-Hugues Suzanne était jugé hier pour diffamation à l’encontre du maire de Petite-Île. En début d’année, l’opposant municipal publiait diverses accusations sur l’édile de manière hebdomadaire sur son compte Facebook. Il a été reconnu coupable, le tribunal estimant qu’il devait s’exprimer dans les lieux destinés au débat politique.