Société

Leptospirose, comment limiter les risques d'infections?

L’Agence de Santé Océan Indien tient à rappeler, en cette saison des pluies, les mesures de prévention
et de protection individuelle essentielles pour limiter les risques d’infection par la leptospirose. Voici le communiqué associé.


Leptospirose, comment limiter les risques d'infections?
Chaque année, durant la saison des pluies, on constate une recrudescence des cas de leptospirose à la Réunion. Les fortes pluies entraînent un lessivage des sols qui augmente le risque de contamination des eaux par les urines des animaux infectés. C’est pourquoi l’Agence de Santé Océan Indien tient à rappeler, en cette saison des pluies, les mesures de prévention et de protection individuelle essentielles pour limiter les risques d’infection par cette maladie.

La leptospirose est une maladie pouvant être grave, parfois mortelle. Elle est provoquée par une bactérie, la leptospire, répandue dans le monde entier, et dont il existe plusieurs variétés.

Les leptospires sont susceptibles d’infecter un grand nombre de mammifères sauvages (rongeurs, tangues, musaraignes, etc.) et domestiques (bovins, ovins, caprins, porcs, chiens) qui les excrètent dans leur urine. Les bactéries peuvent survivre plusieurs mois dans un milieu humide et chaud. La maladie se transmet principalement par contact avec de l’eau douce ou des sols boueux souillés par les urines d’animaux infectés.

En 2011, 42 cas d’infection par la leptospirose ont été confirmés à la Réunion. Parmi ces patients, 39 ont dû être hospitalisés.

Les symptômes apparaissent de 4 à 14 jours après la contamination. Il s’agit généralement d'une fièvre
élevée (en général >39°) d’apparition brutale accompagnée de douleurs musculaires, articulaires, abdominales et/ou de maux de tête. Cependant les symptômes peuvent être très différents d’un malade à l’autre.

La maladie peut évoluer vers une atteinte du foie (jaunisse) des reins, des poumons, des méninges... Dans 20 % des cas, elle se complique d’un syndrome hémorragique.

Mesures de prévention et de protection individuelle

- Dans la mesure du possible, se protéger par le port de bottes et de gants lors d’une activité à risque (agriculture, élevage, jardinage, pêche en eau douce, chasse…) ;

- Eviter de se baigner et de marcher dans l’eau douce, à défaut protéger les plaies en utilisant des pansements imperméables et limiter les contacts des muqueuses avec l’eau ;

- Eviter de marcher pieds nus ou en chaussures ouvertes sur des sols boueux ;

- Consulter sans délai un médecin en cas d’apparition des symptômes en lui signalant l’activité à risque pratiquée.
Mercredi 18 Janvier 2012 - 17:00
.
Lu 1788 fois




1.Posté par zaigrettes le 19/01/2012 05:48
Pauvres petites betes !

Ils sont dans leur milieu naturel il faut les respecter. L homme n'a pas à intervenir dans leur écosystème qui leur appartient. Il faut refuser toute forme de lutte ou de prélèvement de cette espèce, c'est à nous humains de nous adapter.
Laissons nous bouffer tranquillement notre cadre de vie pour surtout ne pas déranger les animaux nuisibles.
Toute ressemble avec la situation des requins n'est bien entendu que fortuite.
Que ce parallèle vous fasse réfléchir...


2.Posté par nounne974 le 19/01/2012 07:33
@zaigrettes
A force de trop vouloir prouver, on finit par raconter n'importe quoi ! Quel parallèle peut-on faire avec les requins ? Un vrai problème ne justifie pas une aussi crasse mauvaise foi ! Pour respecter votre semblant de logique, on devrait aussi éradiquer tous les volatiles aussi bien sauvages que domestiques parce qu'ils sont potentiellement vecteurs de la grippe aviaire ? Les requins tout comme les rats, qu'on les aime ou qu'on ne les aime pas, ont leur place dans l'écosystème, c'est leur prolifération et le déséquilibre entre les espèces qui pose problème ...
Et rappelons-nous que le seul animal dont la nature peut fort bien se passer, c'est l'homme !
Votre "cadre de vie", "débarrassé" de tout ce qui semble vous gêner risque de ressembler à un cimetière ! Vos enfants et petits-enfants, de plus, risquent bien de ne pas en profiter, tant l'équilibre de la nature est indispensable à la survie de l'espèce humaine !

3.Posté par zaigrettes le 19/01/2012 09:27
nounne974,
ne me dites pas que chez vous, les moustiques vecteurs du chik prolifèrent en toute liberté! je vais alerter la Drass!!!

4.Posté par noe2012 le 19/01/2012 10:07
Dire que les rats sont consommés dans le monde en grillade , sauté , et en daube !

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 10:02 Cap requin: Trois requins prélevés

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales