Economie

Le prix du foncier à la Réunion a triplé en huit ans

Le prix du foncier a plus que triplé en huit ans à la Réunion. Dans le même temps, les prix des maisons individuelles et des appartements ont doublé. C'est ce qui ressort de l'étude de l'Agorah (Agence pour l'observation de la Réunion, l'aménagement et l'habitat) publiée ce 26 mars.


Le prix du foncier à la Réunion a triplé en huit ans
Depuis le début des années 2000, les prix de l'immobilier n'ont cessé d'augmenter à la Réunion. Cette croissance exponentielle a toutefois été freinée fin 2008 par la crise immobilière et l'éclatement de la bulle spéculative. Cette analyse sur l'évolution des prix de l'immobilier et du foncier sur la Réunion entre 2000 et 2011, produite par l'Agorah, recoupe les données de la Direction générale des finances publiques et de la Chambre des Notaires.

Des prix encore largement supérieurs dans le Nord et l'Ouest

En ce qui concerne les terrains à bâtir tout comme les maisons, le littoral reste logiquement à des niveaux de prix très élevés, qui se retrouvent également sur certains secteurs des mi-pentes. Le Guillaume et la Plaine Saint-Paul, Pichette (la Possession), Grande Montée à Sainte-Marie et Saint-François à Saint-Denis sont cités en exemple.

Actuellement, une maison se négocie très rarement en-dessous de 150.000 euros, sauf sur certains secteurs à l’Est et au Sud, ainsi que dans les cirques et les plaines.

Mais en général, le prix moyen pour une maison dans le Nord et dans l’Ouest avoisine les 250.000 euros. Il peut largement dépasser les 350.000 euros dans les centres urbains et les zones balnéaires, à proximité des plages.

Les secteurs en rouge sont les plus chers à l'acquisition
Les secteurs en rouge sont les plus chers à l'acquisition
La moyenne réunionnaise du prix du foncier constructible en 2011 a atteint les 210 €/m² avec un écart-type important : le prix moyen des terrains à bâtir oscille entre 142€/m² sur la CASUD et 321€/m² sur les villes de la CINOR.

Qui peut accéder à la propriété ?

Il est à noter que les acheteurs de métropole restent nombreux. Ils demeurent les deuxièmes acheteurs en volume derrière les locaux. Pourtant, leur part tend globalement à baisser suite à l’évolution des dispositifs de défiscalisation de moins en moins avantageux.

En matière d'accessibilité à la propriété, l'étude rappelle la grande difficulté actuelle des ménages à accéder à la propriété. En simulant un achat pour un logement estimé autour de 200.000 euros, un ménage devra payer une mensualité sur 20 ans autour de 1.200 euros dans des conditions de prêt classiques. Seulement 20% des ménages réunionnais pourraient accéder à la propriété pour un bien à ce prix, à condition de disposer d’au moins 3.600 € de salaire mensuel pour l’ensemble du ménage.

La situation est en effet fortement dégradée : sur 285.000 ménages réunionnais, seulement un tiers est imposé, et 22% d’entre eux ont des revenus inférieurs à 500€/mois, souligne le rapport. Par ailleurs, plus de 80.000 foyers sont bénéficiaires du RSA. A ce jour, notre département compte 140.000 locataires dont 60% le sont dans le parc privé et 40% dans le social.

Tableau récapitulatif des prix moyens des transactions en 2011 :

Le prix du foncier à la Réunion a triplé en huit ans
Mercredi 27 Mars 2013 - 15:22
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 3864 fois




1.Posté par WQS le 27/03/2013 14:56
"" En matière d'accessibilité à la propriété, l'étude rappelle la grande difficulté actuelle des ménages à accéder à la propriété. En simulant un achat pour un logement estimé autour de 200.000 euros, un ménage devra payer une mensualité sur 20 ans autour de 1.200 euros dans des conditions de prêt classiques. Seulement 20% des ménages réunionnais pourraient accéder à la propriété pour un bien à ce prix, à condition de disposer d’au moins 3.600 € de salaire mensuel pour l’ensemble du ménage"""

QUI peut monter un tel dossier , revenu dispo élevé + emploi garanti/20 ans ? Des fonctionnaires !

A condition d'être deux à travailler par foyer , ils ont un accès à la propriété assuré alors que la plupart des salariés du privé qui végètent pour la majorité autour du smic, même avec deux emplois par foyer ne pourront JAMAIS devenir propriétaires dans le nord où dans l'ouest en particulier.

Ce système de revenus majorés + abattement 30% + défisc a alimenté la flambée des prix du foncier et de l'immobilier par voie de conséquence , car si ce surplus de revenu n'avait pas existé , les propriétaires fonciers auraient bien du contenir leurs prix à hauteur des ressources des acheteurs potentiels et les salariés du privé ne se seraient alors pas retrouvés exclus de fait de ce marché.

2.Posté par Logique le 27/03/2013 16:17
1

Il faudra demander à l'AGORAH de rajouter la catégorie sociale dans ses prochaines études:
Choix 1: Méchant fonctionnaire trop riche et feignant
Choix 2 : Gentil salarié du privé bossant dur pour une misère

C'est bizarre, mais je n'ai pas l'impression que les gros propriétaires fonciers de la place soient tous fonctionnaires, ni qu'il n'y ait que des fonctionnaires qui achètent dans le neuf, mais je me trompe sûrement:

Face aux arguments en béton d'un spécialiste auto proclamé de la lutte contre l'engeance sur rémunérée, que dire de recevable?

3.Posté par palaxsa le 27/03/2013 16:24 (depuis mobile)
Bien dit WQS

4.Posté par nicolas de launay de la perriere le 27/03/2013 18:25
quand bien même vous disposez de 200 000 validé par la banque, vous achetez où sachant que l'emploi est assez mal réparti sur le territoire..bosser à st denis et investir à st jo ou st philippe...le grand luxe !!

5.Posté par djo le 27/03/2013 19:42
"Il est à noter que les acheteurs de métropole restent nombreux" : à priori même sans les fonctionnaires sur payés, les prix seraient tirés vers le haut ...
Ou alors, il faudrait revoir les différents dispositifs de défiscalisations (avec leurs effets positifs et leurs effets pervers) ...
Surtout que La Réunion reste une île, et la pression sur le foncier ne va qu'en augmentant ...
Sans compter que certains propriétaires locaux ont bien été content de vendre leur bout de terrain plus cher à des métros ou des surpayés ...
tout fout le camp, moi je vous le dis ...

6.Posté par la face caché du prix le 28/03/2013 11:57
qui paye ?. les fraudeurs paye pas les bandes organisé dans l'immobiliers est les entreprises écran des relations de fraudeurs dans certain services d'état sur l'île banane

des millions d'euro seulement pour quelque personne ! en toute impunité

Le prix du foncier à la Réunion a triplé en huit ans pour les honnêtes est couillon !

7.Posté par L'esclave le 29/03/2013 09:14
Peut-être que Monsieur DECHATEAUVIEUX sait pourquoi il se vend à lui-même des terrains aussi chers. CBO c'est quoi ? C'est un acheteur de terrain à DECHATEAUVIEUX et revendeur à la Commune complaisante le même terrain plus cher avec bien évidemment défiscalisation à double tour.
C'est marrant comment l'économie de la Réunion est bridée.

8.Posté par tipirate le 29/03/2014 22:11
soyons lucides; si le marché a pris 30% virtuellement, il finira par perdre aussi 30%. Mais bon si des inbéciles ne comprennent pas qu'un bien mis en vente à 300 000 ne vaut en réalité que 200 000 et continuent de se faire plumer, les vendeurs aidés en ce sens par des "professionnels" du secteur imobilier avides et rapaces ont de beaux jours devant eux...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales