Social

La Possession signe la fin des contrats aidés "politisés"


La Possession signe la fin des contrats aidés "politisés"
La ville de la Possession met entre les mains de Bac Réunion la gestion de ses contrats aidés. "La dépolitisation" de ces contrats n'est que l'un des avantages de cette forme de partenariat si peu sollicitée par les collectivités. Allez savoir pourquoi.

C'est simple, sous la forme des contrats d'insertion sociale, la ville de La Possession n'est que la deuxième commune après Saint-Denis à solliciter le portage de Bac Réunion. De façon très schématique, la ville transfère à l'association conventionnée par l'Etat ses listings de profils issus de ses ressources humaines et de son Pôle Insertion. Laquelle association croise ses fiches de candidature aux critères d'éligibilité des CAE-CUI. A ce niveau, d'autres partenaires (Pôle Emploi, la Mission locale) sont consultés sur les profils recherchés et qui concordent le mieux aux postes ouverts.

Ce mode opératoire multi-acteurs tend à réduire le phénomène tant décrié à la Réunion de "ti'contrats" électoralistes, rappelle le maire de la Possession.

La convention signée hier avec le directeur de Bac Réunion, Johny Dijoux, vaut pour une vague de 142 contrats. "La majorité d'entre eux viennent compléter nos besoins pour la rentrée dans les écoles", fait savoir Vanessa Miranville. Des postes de surveillant, serveur, garçon de cours sont particulièrement visés.

Leur durée sera d'un an, un compromis entre les contrats de 6 mois qui "offrent peu de perspectives" et une durée trop longue qui ne permet pas une ventilation plus grande du nombre de bénéficiaires. "C'est bien le "i" d'Insertion du CUI" qui est recherché, s'accordent à dire le maire de la Possession et le directeur de Bac Reunion. Des 142 personnes qui vont débuter leur mission prochainement, Vanessa Miranville espère en voir le moins possible dans un an, frapper de nouveau au portillon de la collectivité. Cette expérience doit en effet être envisagée comme un tremplin vers "une réinsertion durable si possible", affine Johny Dijoux.

Une police d'assurance de droit commun

En sortie du dispositif, le taux d'insertion communiqué par Bac Réunion est relativement correct, de 30 à 40%, au regard du public non qualifié réservé aux CAE-CUI. Un taux que souhaiterait dépasser Vanessa Miranville qui met en exergue "la responsabilisation", voire même  les aspirations d'évolution du bénéficiaire. Une rupture aussi, dit-elle, avec ce qui pouvait se pratiquer précédemment.

"De tous les contrats arrêtés durant les quatre mois de notre installation, aucun d'entre eux n'avait bénéficié d'une formation", ne peut-elle que déplorer. Bac Reunion offre cette garantie d'accompagnement régulier du bénéficiaire d'autant plus qu'un bilan professionnel et social du bénéficiaire doit être produit au terme des un an.

Pour la collectivité, l'opération n'est pas neutre puisqu'elle coûte 1.000 euros de plus par bénéficiaire. Le prix d'"un accompagnement et d'une formation assurés" ainsi que l'alignement de ces personnes bénéficiaires dans le dispositif de droit commun d'assurance chômage auquel nombre de collectivités locales dérogent au profit d'une auto-assurance le plus souvent défavorables pour l'agent non statutaire.
Mercredi 20 Août 2014 - 07:01
LG
Lu 3080 fois




1.Posté par KLOD le 20/08/2014 08:40
Exemple de transparence , s'il en est .

2.Posté par mi marche ec Melenchon le 20/08/2014 08:49
pourquoi passer par une assos "bac reunion" au lieu du service public "pole emploi" directement? ca reste du clientelisme facon savigny

3.Posté par noe le 20/08/2014 09:02
La Possession est à l'avant garde du progrès ...
Félicitation à Mme la Maire !

Comme quoi , le sportif rêve son rêve, le champion le vit ....

4.Posté par question bete le 20/08/2014 09:16
Les contrats des titulaires le sont alors?

5.Posté par Paul Joseph (St Gilles) le 20/08/2014 09:27
Initiative à suivre par d'autres maires afin d'éviter le clientélisme et au contraire favoriser le recrutement par de vrais organismes professionnels d'insertion/formation.
Bonne continuation de votre mandat Mme le maire de la Possession.
pjhac@yahoo.fr

6.Posté par Jeff le 20/08/2014 09:46
Bravo Madame Miranville, vous êtes la première à faire voler en éclat le clientélisme, vous êtes une pionnière, espérons que le monde politique vous montrera en exemple. Vous êtes digne d'être membre d'Anticor. La CGTR ne doit pas être à l'aise dans ses "baskets".

7.Posté par Petit électeur le 20/08/2014 10:17
Un seul mot: Bravo !!! Je ne peux pas en dire plus ...

8.Posté par Anticon le 20/08/2014 10:31
6.Posté par Jeff

en quoi l'associaiton "Bac Réunion"est-elle une avancée dans la lutte contre le clientelisme, quand justement le clientelisme des emplois vert et periscolaire passe par un montage d'associations ecrans?

est ce que le president de "bac reunion" touche un salaire et des voyages comme à ARAST, Saint jean de Dieu, Terre rouge etc???

9.Posté par WTF le 20/08/2014 10:44
Félicitation, stand ovation Mme Miranville. C'est même dommage que la loi ne rende pas cela systématique. Une bonne façon de limiter le "vote pou moin, ma donne à ou un p'tit contrat" .

Sous entendu, contrats bâtards, payé au lance pierre et selon affinités électoraliste plutôt que la valeur et compétences de la personne au détriment d'autres, vraiment capables et méritant.

C'est ça qui manque dans cette société : la reconnaissance du travail et du mérite des gens !

Maintenant, à ce genre de société comme BAC Réunion, d'appliquer réellement la sélection au mérite. Il en va de leur crédibilité, de leur pérennité et d'exemple moderne.

D'avis que très peu de C.T suivront cette exemple tellement ils aiment tenir l'électorat par les burnes. Alors même, qu'à force d'évolution et d'éducation, les gens voteront (lorsqu'ils voteront) pour des gens biens. Pas pour des dictateurs assoiffes de pouvoir pour le pouvoir !

10.Posté par JH Savigny le 20/08/2014 11:11
Cette façon de voir le demandeur d'emploi est plutôt marquée. Il serait responsable de son exclusion parce que pas assez formé. Comme si le marché pouvait tout absorber. SI tel était réellement le cas, il faudrait aller jusqu'au bout de la logique : exiger de l'Association des résultats. Ensuite, les contrats aidés ont aussi une vocation sociale. Par le biais de l'Association, les demandeurs sont mis en concurrence et les cas sociaux les plus dramatiques renvoyés au RSA ou à rien pour ce qui est des jeunes. Par ailleurs, à qui peut-on faire croire qu'il n'y aura pas de nouvelles formes de passe-droits si tant est qu'il y en avait auparavant ? Enfin, pour ce qui est de l'emploi électoraliste, Mme Miranville n'a pas de leçon a donné parce que les actuels recrutements qu'elle a faits le sont pour services rendus. A ce sujet, la masse salariale a déjà explosé par rapport au prévisionnel, elle constatera d'ici octobre que l'excédent de 2013 est bien réel et bien utile pour la couvrir. Quant au boni électoraliste, pour un poste offert vous faites mécaniquement 4 à 5 mécontents. En renvoyant la responsabilité du rejet du recrutement, vous gagnez en mansuétude ... voire même électoralement ! Alors ? vous avez dit "électoralisme" ?

11.Posté par poulpoul le 20/08/2014 11:35 (depuis mobile)
Bonne initiative. Cela devrait s'installer dans toutes les mairies. Fini ce clientelisme de m... qui fait que les contrats reviennent aux nervis ou à une famille entière que la suive monsieur le maire dans sa campagne.

12.Posté par dandin le 20/08/2014 11:37
mi pense que i fo pa crie trop fort bravo . i vo mieux attendre in peu .
i fo que la mairie pour plus encore de transparence i arrive a mettre en ligne la composition du bureau et les membres de BAC reunion .
parce que néna in peu zélus va travaiile en sous marin .
et cela va coute quand même in bon monnaie . 142x1000= 142000€ et i dit la commune la poin largent . avec 142000€ combien do moune i pé travaillé?

13.Posté par Francette le 20/08/2014 12:26
Mme le maire a passé la main à une asso. Mme le maire se débarrasse d'une de ses compétences.
Très bien. Mais est-ce que cela suffit à empêcher les combines? Je ne le crois plus.
Il suffit de mettre en place des concours "anonymes" et juger des compétences des candidats.

14.Posté par Maryse le 20/08/2014 12:36
bonjour ,
MME MIRANVILLE
veut nous faire croire que en signant avec cette association , tout sera résolu , combien d'associations sont manipulées par les élus ,pour moi ça va rien changer ,que du bla bla .et encore des sommes dépensées pour rien ,on attend le prochain bilan de Mr dijoux .
LPU .

15.Posté par Mwa la pa di le 20/08/2014 12:47
Il faut saluer cette décision que bien des élus n'oseront jamais prendre, tant ils considèrent les électeurs comme leurs otages....

16.Posté par Jeff le 20/08/2014 12:57
JHS, la Réunion souffre du clientélisme et du népotisme. Combien d'incompétents ont été placés dans les différentes institutions et dégradent le service qu'ils doivent rendre à la communauté, On peut toujours critiquer, c'est indispensable. Dans le cas présent il y a une organisation (bonne ou mauvaise, l'avenir nous le dira) qui prend en charge le recrutement et la formation, cela ne peut être que profitable à notre commune. JHS continue à te battre, car on a besoin d'opposants mais ne tire pas sur tout ce qui bouge quand même.

17.Posté par carousel le 20/08/2014 13:02
C'est pas Nassimah qui est une grande pratiquante des associations " impartiales"(lol) pour "gerer" les ti contrats avec le succès qu'on lui connait et injustement mise en examen pour cause d'erreur judiciaire?

18.Posté par question bete le 20/08/2014 14:31
Le recrutement de la dgs et celui d un opposant celebre, sont ils des recrutements politiques madame Miranville ?

19.Posté par dandin le 20/08/2014 14:39
ah la in bon zaffaire surtout sak la cour derriere Miranville pou gagne in travail( néna dé troi la trahi l'ancien maire ) . néna aussi té assise devant la mairie et la dit nous vien voir nout contrat . si zot i di place la commine lé pas bon pou koué zot i court après . zordi néna in tas i rogarde dans in trou . lé bon même pou zot .
si président BAC reunion na courage di a li publie toue comité directeur son l'association na voir kissa lé dans ce l'association .
bien lé sûr que nou nora in pé surprise .

20.Posté par Huguette le 20/08/2014 14:42
Pourquoi Bac Réunion ? il y a t-il eu une mise en concurrence ? comme si Mme Miranville ne pouvait donner un p'tit coup de fil à Bac pour leur dire qu'il faut prendre un tel ou une telle. Est-ce des partisans ou des naïfs qui laisse autant de commentaires applaudissant des deux mains.

21.Posté par potin le 20/08/2014 14:59
sorte la don ! quel association . ti promet do moune travail et zordui ti di a nou aller voir in l'association .
toué la poin courage rogarde a moin en face . assume sak ou la di en campagne .

22.Posté par Marianne le 20/08/2014 15:46
La manière de faire de la politique à la Réunion souffre de ce que l'on appel couramment le clientélisme, c'est-à-dire, le fait qu'un individu perçoive ou reçoive une quelconque rétribution en échange de son vote et/ou de son engagement.
VU les commentaires, tout le monde est au courant de ces pratiques et les rejette en masse, heureusement d'ailleurs.
Pourtant si le dispositif semble avoir des failles, rien n'empêche par exemple à un élu de siéger dans l'instance associative pour « orienter » les candidatures, il n'empêche que cette initiative a le mérite de rompre avec ce qui se faisait auparavant en proposant un nouveau dispositif et une innovation.
Il faut alors rendre à César ce qui appartient à César et Mme Miranville représente en se sens la nouveauté et la rupture en politique. Aussi au lieu de toujours voir le verre à moitié vide, ayons la lucidité de le voir à moitié plein.
Pour d'autres encore, l'initiative ne va pas assez loin, il faut là aussi reconnaître que tout changement nécessite un certain temps d'adaptation.
A ce titre tout un chacun en changeant d'attitude ou de comportement aurait pu influencer et changer la politique depuis bien longtemps déjà, or ce n'est toujours pas le cas.
Nous méritons les élus qui nous gouverne et en sommes les seuls responsables.
« La critique est aisée mais l'art est difficile ».
Continuer Mme Miranville sur cette voie au moins vous avez le mérite d'essayer de faire quelque chose pour rénover la manière de faire de la politique en mettant en place un outil de transparence.
Ayons la naïveté de croire que derrière cela se cache simplement la volonté de faire bien et de faire mieux pour l'intérêt général.
Bonne continuation madame la maire.

23.Posté par WTF le 20/08/2014 16:25
Tout à fait d'accord avec vous post 22.

Il est évident, loin d'être naïf, que ce n'est pas la perfection, mais ce système à au moins le mérite de partir sur une philosophie plus juste que le clientélisme. Mais de tout évidence et au vus du rejet de cette méthode, que l'on peut critiquer (tout peut être critiquer), une bonne partie de la population accepte d'être instrumentaliser au non de leur intérêts personnel plutôt que de voir qu'au delà, il y a un enjeu collectif de sortir le kréol de l'esclavagisme acceptée.

Mais ça...les gars, le comprennent, mais refusent d'ouvrir les yeux !

De là à dire que parce que ce système, en raison de sa composition (éventuelle), de sa mise, ou non en concurrence, va privilégier, ou pas, l'orientation de certaines décisions, c'est un pas moins pire que l'utilisation de la misère et détresse sociale comme bulletins de vote prédéfinis à l'urne.

24.Posté par question pas bête le 20/08/2014 16:46
post 18 question bête moin mi pose a ou ene question pas bête. c ki l'opposant célèbre???

25.Posté par JH Savigny le 20/08/2014 16:55
Chaque choix politique ayant son revers, il conviendra d'assumer le sien. La signature de la convention a été autorisée par le conseil municipal (CM) du 09/08/14. Ce CM est extrêmement fragile juridiquement. Le principe de précaution aurait voulu que la Maire attende la notification de la Préfecture pour que la délibération puisse produire des droits avec le risque tout de même d'un recours dans les 2 prochains mois. Est-ce la grève de lundi prochain qui pousse Mme Miranville à communiquer avec autant de précipitation ?

26.Posté par bac le 20/08/2014 18:00 (depuis mobile)
jai Un Cap Cuisine. Dois je me presenter a Bac Reunion ou au cabinet du maire?

27.Posté par faut-il ré inventer l''''eau tiede? le 20/08/2014 19:21
IL y a plus de 10 ans, la chambre régionale des comptes saluait la décision de la ville de l’étang salé d'avoir passé une convention pour lui confier le recrutement des contrats précaires afin de mettre fin aux clientelisme.

28.Posté par reponse? le 20/08/2014 19:59 (depuis mobile)
pouvez repondre a la quedtion 26 svp?

29.Posté par domino le 20/08/2014 21:00
A poste
avec ton cap cuisine i fo aller directement a l'école Paul Eluard comme sa toué sera embauché comme chef cuisinier . même si toué na point un bon paye ou sera nommé chef!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

30.Posté par gogo le 20/08/2014 21:12
soutien aux camarades grévistes pour bientôt . tienbo largue pas .

attention . na bocou de chose lé fé en misouk a la possession . néna même des conseillers de la majorité i découvent des choses mais zot i manque courage zot i ose pas vote contre ; zot i ferme ; zot lé constipé .

31.Posté par question bete le 20/08/2014 22:54
24.
un opposant à feu roland robert.. en trois lettres..

32.Posté par KLOD le 20/08/2014 23:43
Il aurait été peut etre plus juste de confier le recrutement à Pole Emploi, il me semble que la ville de St Paul l'avait fait . La transparence y aurait gagnée .

33.Posté par Sainte Therese le 22/08/2014 08:23
Madame a terminé d'embaucher ses ami(es) politique et ensuite fait apel à bac.
Reunion. Ben voyons

34.Posté par domino le 23/08/2014 17:17
i fo trouve in ti place pou l'adjoin a la culture bientôt. la nou va voir qui va prendre son place . BC sera pas trop loin moin lé sur .

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales