Revenir à la rubrique : Faits divers

Vol dans l’ancienne caserne du SDIS : Trois Bénédictins condamnés

Trois Bénédictins ont été interpellés le 11 mars dernier par les gendarmes de la compagnie de Saint-Benoit pour avoir dérobé du matériel et des vêtements dans l'ancienne caserne de pompiers en cours de désaffection. Ils ont été jugés ce mercredi 13 mars au tribunal judiciaire de Saint-Denis dans le cadre de la comparution immédiate.

Ecrit par Régis Labrousse – le jeudi 14 mars 2024 à 10H24

Comme nous vous le révélions ce mardi, trois hommes employés au service des espaces verts de la commune de Saint-Benoit ont été interpellés pendant qu’ils délestaient l’ancienne caserne des pompiers de la commune de climatiseurs complets et de pantalons de pompier. Jonathan S., Florian S., et Jérémy Y. expliquent au tribunal qu’ils faisaient leur footing et, qu’en passant devant la caserne, ils ont vu des gens sortir avec des climatiseurs. Ils ont alors décidé de venir se servir aussi. C’est un témoin de la scène qui leur a été fatal en appelant la gendarmerie.

« On a fait comme les gens qui sortaient », indiquent-ils à la barre. Selon eux, un pompier de la caserne de Saint-Benoit, en civil, aurait indiqué aux gens présents qu’ils pouvaient se servir. Le tribunal semble en avoir en pris bonne note ainsi que l’avocate de la partie civile défendant le SDIS 974. Il s’avère que le portail de la caserne était ouvert depuis le passage du cyclone Belal. Si la prise de climatiseurs parait difficilement justifiable, ils assurent au tribunal avoir pris les pantalons de pompiers pour « se protéger des entailles dans le cadre de leur travail ».

Les trois hommes, âgés de 28 à 34 ans, se confondent en excuses devant le président, assurant qu’ils n’avaient aucune intention de commettre un vol. C’est à la lecture de leurs casiers respectifs que le bât blesse. Les trois comparses sont connus défavorablement de la justice. Deux d’entre eux ne sont plus accessibles à des peines de sursis tandis que le troisième ne fait état que d’une mention. Pas de quoi attendrir le parquet qui requiert des peines de 9 mois de prison ferme pour les deux premiers et 12 mois de prison avec sursis probatoire pour le troisième.

Après délibération, le tribunal reconnaît les trois prévenus coupables. Jonathan S. et Jérémy Y. sont condamnés à la peine de 6 mois de prison ferme avec une convocation devant le juge d’application des peines. Florian S. est condamné à 12 mois de prison avec sursis probatoire.

Thèmes : Saint-Benoît | SDIS
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Rodéos urbains au Port : 10 motos saisies et détruites par la Police

Alors que depuis le début de l’année, une recrudescence des rodéos motorisés a été observée au Port avec pour conséquences deux accidents graves de la route, une opération menée par la Police ce jeudi a permis la saisie de 10 motos impliqués dans cette pratique illégale. Les deux-roues ont été détruits.

Soupçons d’emplois illégaux au cabinet de la Région : La stratégie d’enquête décriée par la défense

En début d’audience pour ce premier jour de procès, les 11 prévenus de la Région Réunion, dirigée par Didier Robert de 2010 à 2021, ont nié toute faute malgré les poursuites pour détournement de fonds, prise illégale d’intérêts et de recel après un contrôle de la Chambre régionale des comptes. L’enquête préliminaire a révélé des emplois potentiellement fictifs, des recrutements discrétionnaires et des rémunérations excessives. Les avocats de la défense contestent la procédure, arguant notamment de partialité et d’imprécision des motifs de poursuite.