Revenir à la rubrique : Faits divers

Violences : « Si c’était à refaire, je referais la même chose »

L'audience de comparution immédiate de ce lundi avait, bien malgré elle, pour thème les violences conjugales. Le tribunal avait à juger un trentenaire qui, sous l'effet de l'alcool, a frappé son ex-conjointe au prétexte qu'elle ne voulait pas le laisser entrer à son domicile.

Ecrit par Régis Labrousse – le mercredi 28 février 2024 à 11H34

Quand il n’est pas chez son ex-compagne, Ludovic Z. n’a pas de domicile fixe. Dans la nuit du 23 au 24 février dernier, alors qu’il rentre d’une soirée avec son ex-compagne, la situation dégénère. Alors qu’elle rentre chez elle, ils se disputent et elle lui indique qu’elle ne veut pas qu’il reste. Il n’en a cure et rentre de force dans la maison en passant par le balcon. Une dispute éclate et il lui assène un coup de poing à l’œil. Elle appelle les gendarmes à 0 h 20 et il se retrouve garde à vue, puis au tribunal pour être jugé eu égard à un état de récidive pour violences datant de 2021. 

« Si c’était à refaire, je referais la même chose« , indique le prévenu au président qui lui demande pourquoi il a agi de la sorte. « Elle m’a insulté« , voilà la raison qui a déclenché sa colère. Pour ne rien arranger, il est contrôlé par les gendarmes à un taux de 1,8 g/l d’alcool dans le sang à 9 heures du matin, soit plus de 8 heures après les faits. « Je bois beaucoup depuis le décès de ma mère », affirme-t-il à la barre. 

Comme indiqué par le parquet, « les faits sont simples et reconnus« . « Il est chez elle alors qu’ils sont séparés, il n’a rien à faire à son domicile« , poursuit la magistrate qui requiert une peine de 18 mois de prison dont 6 avec sursis, la révocation de 6 mois du sursis précédent et le maintien détention. « Je conçois que l’on veuille être sévère, mais le dossier ce n’est pas du tout cela », répond la défense. « Il boit depuis l’âge de 8 ans et il a subi des choses dramatiques durant son enfance qui ont détérioré son rapport à la vie et aux femmes », plaide la robe noire qui décrit une peine excessive. 

Le tribunal aura entendu la robe noire puisque son client est condamné à la peine de 10 mois de prison dont 6 mois de sursis. Le tribunal révoque le sursis précèdent à hauteur de 6 mois et prononce son maintien en détention. 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
11 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Mort de Dimitri Saugrin : Retournement de situation lors du procès en appel des accusés

Deux cousins sont rejugés pour la mort de Dimitri Saugrin survenue en mai 2019. L’homme avait été abattu devant chez ses parents dans la Cité Cotur au Port. Florent Pomeng avait été condamné à 30 ans de prison alors que John Fruteau de Laclos avait été acquitté des faits d’assassinat. Les accusés ont cette fois-ci été tous les deux reconnus coupables.

Fraude aux municipales à l’Etang-Salé : « Cette manipulation électorale a atteint son objectif »

Le volet pénal des élections municipales de 2020 à l’Etang-Salé s’est à nouveau joué devant la justice ce jeudi. Lors du premier procès à St-Pierre, les cinq personnes poursuivies avaient été relaxées. Le ministère public a requis des peines amende à l’encontre de trois d’entre eux, ceux qui avaient des responsabilités administratives et électorales le jour des faits. La décision de la cour d’appel est tombée ce jeudi 11 avril, les prévenus sont, comme en première instance, relaxés.

Bordeaux : Un mort et un blessé grave après une attaque au couteau

Ce mercredi soir, un assaillant a mortellement blessé un homme de 37 ans sur les quais de la Garonne. Après s’en être pris à un autre passant, l’homme a été neutralisé par des policiers. La piste terroriste semble pour l’instant écartée par les enquêteurs, qui s’orientent plutôt vers une rixe sur fond d’alcool.