Revenir à la rubrique : Politique

Vidéo – Le Plan de relance ouvre une parenthèse apaisée entre Joé Bédier et Didier Robert

Les fonds du Plan de relance ne se refusent pas. Malgré une opposition toujours très animée au sein de l’hémicycle de la Pyramide inversée, Joé Bédier et Didier Robert ont signé ce vendredi la convention du Plan de relance en faveur des chantiers de la ville de l’Est.

Ecrit par Ludovic Grondin - Samuel Irlepenne – le vendredi 12 mars 2021 à 15H21

Onze communes ont déjà bénéficié d’un soutien régional à hauteur de 400 millions d’euros en tout. Aujourd’hui, au tour de Saint-André de présenter ses projets qui peuvent prétendre à un appui financier de la Région. Joé Bédier a accueilli une délégation d’élus régionaux pour une tournée des principaux chantiers de la ville.

« La crise sanitaire nous touche tous et cela pèse sur les finances communales. J’ai presque envie de dire : ça tombe à pic ! Il y a urgence à relancer l’économie, il n’ y a plus de temps à perdre », conçoit Joé Bédier au moment de lancer le cérémonie protocolaire dans la salle réservée d’habitude au conseil municipal.

Malgré son credo de « porte d’entrée de l’Est » employé par son maire, Saint-André souffre d’ « un taux de chômage qui dépasse dans quelques quartiers les 50%. Et 85% de la population n’est pas soumise aux impôts », dresse comme décor Joé Bédier. D’où « un rééquilibrage indispensable de notre territoire » et « une relance économique pas dans 10 ans mais maintenant », appuie l’édile saint-andréen. C’est ce que ce plan régional de Relance promet avec un rattrapage des retards structurels de l’Est.

Alors que chaque renouvellement de majorité est propice à faire table rase des projets préalablement votés, le maire a affiche, dans son allocution de bienvenue ce vendredi matin, qu’il n’a « pas l’intention de mettre à la poubelle tous les projets de ses prédécesseurs ». En bonne intelligence, il y apporterait « des modifications, si nécessaires ».

Didier Robert se prononce pour un démarrage des travaux du RRTG côté Est

Joé Bédier conçoit le Plan de relance comme un « accélérateur d’investissements dont nous avions besoin. Nous avons un travail marketing territorial à mener. Il y a une mission collaborative à poursuivre. Nous allons continuer à solliciter les services de la Région », s’engage-t-il devant le président Didier Robert et ses vice-présidents Olivier Rivière, Dominique Fournel et Fabienne Couapel Sauret.

« Ce n’est pas à la Région de fixer le cap, c’est aux communes de le faire et nous nous adaptons aux projets présentés », embraye Didier Robert, plaidant à son tour pour un « bon équilibrage du territoire ».

« À nous de faire un effort pour rattraper ce retard », approuve-t-il en pensant notamment au développement du RRTG (Réseau régional de transport guidé)  entre Saint-Benoît et Saint-Denis) que le président de Région annonce vouloir débuter les travaux sur sa partie Est. « Je veux faire de la liaison entre Saint-Benoit et Sainte-Marie la priorité numéro une de ce RRTG qui devrait permettre de régler en grande partie la question des embouteillages du côté de Saint-Denis notamment et de Saint-Benoit », glisse le président de Région, qui rappelle qu’une convention a déjà été signée en ce sens avec les élus de la Cirest. Il pousse désormais pour une accélération des études et du chantier afin dit-il de « pouvoir proposer une alternative ».

Après la signature de la convention du Plan de relance d’un montant de 44 millions d’euros pour des projets estimés à 60 millions d’euros par la commune, le maire a guidé ses hôtes vers la maison Loupy située en face du mythique cinéma Ritz.

A la manière des vieilles demeures historiques de la rue de Paris à Saint-Denis, la maison Loupy ouvrira ses portes aux artistes prochainement. La Région prévoit de flécher une partie de l’appui financier sur le projet LA G’Art imaginé comme une « plateforme pluridisciplinaire » et dont l’objectif sera d’accueillir « tous les arts du bassin Est ». Les arts plastiques, la littérature, le théâtre, la danse, la musique, les créations audiovisuelles et digitales y prendront leur quartier.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Une deuxième édition réussie pour le Festival de la Participation Citoyenne

Le Festival de la participation citoyenne, qui s’est tenu à Saint-Denis le 13 avril 2024, a réuni plus de 500 personnes autour de divers dispositifs de participation citoyenne, marquant également la clôture du Congrès Océan Indien de l’ANACEJ, avec des activités visant à renforcer la démocratie directe et l’engagement civique des Dionysiens.

Enfants de la Creuse : Bientôt une réparation pour les victimes ?

Alors que la mémoire autour de la déportation de près de 2000 enfants réunionnais vers l’Hexagone entre les années 1960 et 1980 reste douloureuse pour l’île, Karine Lebon a déposé une proposition de loi pour une indemnisation des victimes. La députée demande également l’instauration d’une commission “vérité et réconciliation” pour faire la lumière sur cette période sombre de La Réunion.

Polémique autour de la fresque du lycée de Vincendo : Les politiques se mobilisent

L’œuvre d’art réalisée par Méo sur une façade du lycée de Vincendo à Saint-Joseph a provoqué une polémique à cause d’un élément de la peinture. Le livre sur l’histoire de la France est rayé pour être remplacé par « Zistwar La Rényon ». La direction de l’établissement ne s’est pas directement opposée à la création artistique, mais une commission nationale va se pencher sur le sujet. De nombreux politiciens ont pris la parole en faveur de l’artiste.