Revenir à la rubrique : Société

Vidéo – La foule dans les boîtes de nuit

Les professionnels de la nuit ont sans aucun doute été les plus impactés par la crise économique provoquée par l'épidémie de coronavirus. Les discothèques ont été contraintes de fermer leurs portes pendant un an et demi. Les pistes de danse sont de nouveau accessibles et les jeunes sont nombreux à venir se déhancher.

Ecrit par zinfos974 – le dimanche 17 octobre 2021 à 10H58

Cela fait plus d’un an que l’on n’avait plus vu ça. Les files d’attente qui se forment sur le trottoir devant les boîtes de nuit. Les lumières aveuglantes, la fumée et les mini-feux d’artifice dans des seaux remplis d’alcool fort et de boissons énergisantes. Les talons hauts et les chaussures de ville, les robes moulantes et les chemises satinées sur des pectoraux saillants. Les platines, les cris de joie dès que DJ Sebb lance un de ses tubes ou que DJ Bob remixe de la shatta.

Les jeunes réunionnais ont répondu aux rendez-vous qui leur ont été donnés par les différentes de boîtes de nuit de La Réunion. [La foule encore peut-être un peu timide le week-end dernier]urlblank:https://www.zinfos974.com/Les-amateurs-de-boites-de-nuit-retrouvent-la-piste-de-danse-apres-18-mois-de-privation_a174209.html avait presque retrouvé son ampleur d’antan ces derniers soirs.

 

 

 

Une réouverture précipitée

Il faut dire que les gérants de boîtes de nuit ont été pris de court lorsque le préfet a informé les Réunionnais de la nouvelle étape du plan de désescalade il y a deux semaines. [La réouverture des discothèques a été annoncée le vendredi 1er octobre dans un communiqué de presse en même temps que la levée totale du couvre-feu]urlblank:https://www.zinfos974.com/Fin-du-couvre-feu-reouverture-des-boites-de-nuit-pique-nique-autorise-des-ce-lundi_a173883.html . Mais l’arrêté prenait effet que le lundi 4 octobre, ce qui a permis aux employés des établissements de nuit de se débarrasser des toiles d’araignées et préparer les pistes de danse pour le week-end suivant.

Le monde économique demandait à ce que la vie nocturne reprenne urgemment après plus d’un an et demi d’arrêt total. Parmi les mesures, la danse était interdite. Les boîtes de nuit n’avait donc plus de raison d’être. Et de nombreux employés ont dû s’adapter et trouver un autre emploi. Les DJs ont aussi dû changer leur façon de faire. Ils ont été très présents sur les réseaux sociaux mais avaient hâte de retrouver leur public adoré.

 

Des mesures toujours en vigueur

Même si les boîtes ont rouvert, les fauves ne sont pas pour autant totalement lâchés. Les jeunes doivent être munis d’un Pass sanitaire pour entrer, un deuxième contrôle après celui du physionomiste. Les fêtards doivent porter leur masque s’ils ne sont pas attablés, et donc sur la piste de danse.

La distanciation sociale doit aussi être respectée, même sur un kompa ou un zouk… Pour ce faire, les jauges d’accueil sont pour l’instant limitées à 50%. Elles passeront à 75% à partir de lundi. 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Les Chroniques de tonton Jules #171

Au fou ! C’est tout ce que j’ai trouvé à vous dire en guise d’introduction, ce jour. Les jours passent et les contes de la folie ordinaire enflent avec la constance d’un blob dévastateur. Il va devenir de plus en plus difficile de dormir sans cauchemarder.

Générosité : Merci pour Maël

Une nouvelle qui fait du bien. Maël, ce jeune Saint-Josephois porteur du syndrome Ravine, pourra de nouveau voyager en toute sérénité . Grâce à un grand élan de générosité, la famille de a pu faire l’acquisition d’un véhicule adapté.

Pour vous inciter à utiliser des barquettes en verre, Oyobo les lave à votre place

L’entreprise locale Oyobo développe un écosystème de contenants en verre qui sont mis à la disposition des entreprises, à destination de leurs salariés qui consomment des plats à emporter pour déjeuner. Le consommateur n’a plus à se soucier de transporter avec lui une consigne propre, c’est Oyobo qui se charge de la lui fournir, puis de la laver.