Revenir à la rubrique : Faits divers

Vidéo – Elagueurs fauchés: « Je ne suis pas un monstre », déclare le conducteur fautif

Condamné ce vendredi à 4 ans de prison dont 2 avec sursis pour avoir fauché mortellement trois élagueurs sur la quatre-voies de Sainte-Marie en 2012, Jean-Patrick Sermande adresse une nouvelle fois ses regrets aux familles des victimes. "Je suis désolé, je suis déboussolé. Je ne suis pas un monstre. Mon coeur i fait mal", déclare-t-il encore sonné par ce drame.

Ecrit par zinfos974 – le vendredi 04 septembre 2020 à 12H55

▶️ [Trois élagueurs mortellement fauchés : Le conducteur condamné à 4 ans de prison dont 2 avec sursis]urlblank:https://www.zinfos974.com/Trois-elagueurs-mortellement-fauches-Le-conducteur-condamne-a-4-ans-de-prison-dont-2-avec-sursis_a159597.html

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Mort de Dimitri Saugrin : Retournement de situation lors du procès en appel des accusés

Deux cousins sont rejugés pour la mort de Dimitri Saugrin survenue en mai 2019. L’homme avait été abattu devant chez ses parents dans la Cité Cotur au Port. Florent Pomeng avait été condamné à 30 ans de prison alors que John Fruteau de Laclos avait été acquitté des faits d’assassinat. Les accusés ont cette fois-ci été tous les deux reconnus coupables.

Fraude aux municipales à l’Etang-Salé : « Cette manipulation électorale a atteint son objectif »

Le volet pénal des élections municipales de 2020 à l’Etang-Salé s’est à nouveau joué devant la justice ce jeudi. Lors du premier procès à St-Pierre, les cinq personnes poursuivies avaient été relaxées. Le ministère public a requis des peines amende à l’encontre de trois d’entre eux, ceux qui avaient des responsabilités administratives et électorales le jour des faits. La décision de la cour d’appel est tombée ce jeudi 11 avril, les prévenus sont, comme en première instance, relaxés.