Revenir à la rubrique : Société

Université : Le recteur refuse d’avaliser le budget

"Je ne suis pas en mesure de me prononcer définitivement sur le budget initial de l’exercice 2024, faute d’une trajectoire d’atterrissage claire pour l’exercice 2023". C'est en ces termes que le recteur conclut le mail qu'il a transmis ce matin à tous les administrateurs de l'université de La Réunion. Les termes sont certes un peu technocratiques mais en langage courant, le propos devient tout de suite beaucoup plus clair : "Vous me racontez n'importe quoi et vous ne me ferez pas gober ce budget manifestement insincère".

Ecrit par Pierrot Dupuy – le lundi 11 décembre 2023 à 22H56
Source : Pierre Marchal / Anakao Press

Des prévisions de trésorerie divisées par trois et qui fondent de presque 11 millions en moins de trois mois, des incohérences à faire bondir un étudiant de première année de comptabilité, des retards de paiement de factures et de rémunérations pour près de 2 millions… Le recteur, qui est également chancelier des universités, a clairement attribué un zéro pointé au président de l’université Dominique Morau (qui a remplacé Frédéric Miranville) et à ses équipes à l’occasion de la présentation du budget de l’établissement lors d’un pré-conseil d’administration.

On savait déjà que certains enseignants étaient parfois contraints d’attendre un an avant de pouvoir se faire payer, mais là on dépasse toutes les bornes de l’amateurisme. Inquiétant quand même pour un établissement qui gère plus de 160 millions d’euros de budget.

Vivement la mise sous tutelle !

Mais plutôt que de longs discours, je vous laisse découvrir par vous-même le mail du recteur. Il se passe de commentaires…

En ma qualité de recteur de la région académique, chancelier des universités, et considérant la demande de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche d’accompagner l’université formulée à la suite de la décision prise le 6 octobre, je tiens à porter à votre connaissance les observations et réserves faites lors du pré-CA budgétaire qui s’est tenu le 5 décembre 2023 et a réuni les représentants de l’université, les services du rectorat et le contrôleur budgétaire en région.

Le département de l’analyse financière des établissements du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a également été saisi pour analyse complémentaire à l’issue de ce pré-CA.

En premier lieu, le niveau de trésorerie, qui fait l’objet d’une attention particulière, est à cette date incertain.

Par courrier n°21-2023/2024 en date du 06 novembre 2023, le Vice-président du CA en charge des affaires générales, président par intérim, indiquait un « atterrissage » prévisionnel de la trésorerie à hauteur de 4,2 M€ en fin d’exercice 2023, au lieu des 15,3 M€ inscrits au budget rectificatif N°1 (voté au CA du 14 septembre 2023).

Par courriel en date du 29 novembre, le Directeur financier et comptable, notant une absence de réponse officielle des autorités de gestion relative au non reversement des opérations pluriannuelles indiquait que la trajectoire prévue au BR1 était désormais maintenue.

Lors du pré-CA, aucune projection soutenable et objectivée n’a été présentée.

Par ailleurs, la liasse du budget initial 2024 présente des discordances, notamment entre les charges de fonctionnement décaissables du tableau 6 (situation patrimoniale) et les dépenses de fonctionnement du tableau 2 des autorisations budgétaires.

Bien que le périmètre ne soit pas le même, il est effectivement incohérent que les charges de fonctionnement soient deux fois moins importantes que les dépenses de fonctionnement.

Cette sous-évaluation impacte donc le résultat, la capacité d’autofinancement et le fonds de roulement.

Cette observation a fait l’objet d’une analyse partagée avec le contrôleur budgétaire en région et confirmée par le département de l’analyse financière des établissements du ministère.

Enfin, des montants importants de report de factures et de paiement des heures complémentaires, ainsi que des retards de prise en charge de la rémunération de certains CEV, ont été évoqués et estimés à près de deux millions d’euros.

Sur la base des éléments ci-dessus présentés et d’une position commune du contrôleur budgétaire en région, des services académiques et du département ministériel de l’analyse financière, et dans l’attente des corrections et explications sollicitées à cette date, je ne suis pas en mesure de me prononcer définitivement sur le budget initial de l’exercice 2024, faute d’une trajectoire d’atterrissage claire pour l’exercice 2023.

(NDLR : Les surlignages sont de la rédaction)

Thèmes : Université
S’abonner
Notification pour
24 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
HULK
2 mois il y a

Le scandale de l’université de LA RÉUNION. Le feuilleton continue. À suivre…

Justin
2 mois il y a

Un tel dérapage ne peut pas dater de cette année.
MIRANVILLE est enfin démasqué pour sa cavalerie financière..
Enfin, le rectorat contrôle le budget avec précision. Enfin le ministère ouvre les yeux sur le budget « poudre de perlimpinpin » !
Cela fait des années que les vacataires et les fournisseurs se plaignent de ne pas être payés !
Et où se trouve Monsieur le directeur des finances – agent comptable de l’université – falsificateur devant l’éternel ?
Est-ce qu’on va enfin le démasquer lui aussi ?

Gasparin
2 mois il y a

Lé pas grave, le super contrat de la super maire de Saint-Louis, la été reconduit. Ti madame y sorte la misère mais grand diplômé la voulu éclabousse l’ENA de son talent, meilleure directrice de cabinet de tous les temps, y travay 32h/24 la mairie, l’université, centre de gestion, Vice-président la CIVIS (y dort pas y dit a ou, y cumule même, n’a point rien lé fictif) va trouve un solution po zot avec son ban dalon dans le kèr…ou pas !

Logan
2 mois il y a

Là, on sent bien où sont passés l’argent. 40 ans de l’UR avec repas somptueux et feux d’artifices digne d’un 14 juillet. Président qui aime se faire voir.. Et ben là, on aura tout vu. « Je veux ma prime.. » disait-il.
La caisse est vide..
C’est le Recteur qui le dit.. : « Bandes d’amateurs »
On essaye d’arranger les chiffres, mais ça ne marche pas avec moi.
Ah ah ah

Dernière modification le 2 mois il y a par Logan
Jean
Répondre à  Logan
2 mois il y a

On en parle de la soirée de fin d’année de l’université ?

valeo
2 mois il y a

Il n’ y qu’à La Réunion où des amateurs même pas intelligents peuvent « gérer » des millions grâce au piston d’élus pourris. Parce que quand on place des moukats à des postes comme cela, il faut être pourri, rien de plus.

dieu est grd !
Répondre à  valeo
2 mois il y a

bam

cmoin
2 mois il y a

Il faut foutre en taule tous es dirigeants bons à rien corrompu.
Une mise sous tutelle de l’université est de mise,ne laissons pas s’effondré ce pillier important pour nous tous!

Jean
Répondre à  cmoin
2 mois il y a

Une mise sous tutelle est nécessaire pour préserver cette belle université

mister magoo
2 mois il y a

on ne dispense pas des cours de gestion à l’université ???

Jolaine
2 mois il y a

Pourquoi Miranville voulait absolument rester au pouvoir c’est pour cacher le budget de l’université que chacun sait insincère. Le SNESUP et la CGRT ont communiqué la dessus et ils ne sont pas les seuls à avoir tiré la sonnette d’alarme.
Par contre un mail du SGEN au personnel de l’UR, (petit rappel syndicat présidentiel réactivé par FM et dirigé jusqu’à il y a quelques jours par sa compagne), dit que les CEV sont payés que si ils ne le sont pas c’est la faute aux UFR et que c’est minime…. 2 millions de dettes ce n’est rien pour le SGEN ??? quel manque de respect pour les non-payés…. cela me fait penser à l’argumentation  » il ne m’a pas violé donc ce n’est pas un violeur… » mais ce que l’on comprend à travers leur message c’est que les impayés ne concernent que certaines UFR pour plomber les bilans des directeurs et directrices. Donc c’est encore une fois un système mis en place par FM et son équipe. Peut être qu’ l’UFR SHE (Tampon) pas de retard de paiement des heures sup, des cev et prise en compte des promotions mais dans les autres UFR la direction de l’établissement est en faute… pendant longtemps on nous a fait gober que les services RH manquaient de bras… ils seraient 29 à présent mais la situation continue de se dégrader pour certains tandis que pour d’autres le cumul des primes continue pour les même fonctions, les décharges pleuvent….
Merci Monsieur le recteur de mettre fin à cette mascarade.
Cette université mérite mieux, les étudiants méritent mieux, les personnels méritent mieux (enfin si ils ne se laissent pas berner par des joueurs de flûtes)

Vizir
Répondre à  Jolaine
2 mois il y a

si, si, si à l’ UFR SHE aussi des retards de paiement, là comme ailleurs. Exemples,
1) j’ai posé le23 aout mon « service fait », il est parti à st denis le 14 septembre signé par le doyen, j’ai demandé il y a peu à la DRH-Enseignants quand est-ce que mes HC seraient payées, réponse : pas avant janvier. Evidemment les titualaires de mon département sont tous dans le même cas.
2) les contractuels sont encore bien plus à plaindre que nous
3) les fournisseurs sont encore plus à plaindre que les contractuels

Comme par hasard, plus ça va mal plus le SGEN nous dit que ça va bien (looool).
Heureusement que la démonstation de monsieur le Recteur est précise et imparable.

bob
2 mois il y a

Miranville et sa directrice de cabinet a domenjod et les langues vont se délier à luniversité de la Réunion !!!

Papayou
Répondre à  bob
2 mois il y a

Elles délient déjà mais derrière l’écran confortable de l’ordinateur !

Katana
2 mois il y a

Comme toujours le déni de réalité du SGEN est pathétique. Ses responsables ont écrit aux membres du conseil d’administration à l’approche du vote du Budget, insistant pour dire que l’université n’avait aucun soucis financier, que les contractuels étaient payés dans les temps, que les enseignants avaient leurs heures complémentaires dans les temps, que les fonds de réserves étaient magnifiques, que grâce à la gestion de l’équipe en place nous nous débrouillons mieux que d’autres universités françaises et évidemment que ceux qui disent le contraire sont des menteurs. Sans doute qu’ils considèrent aussi que quand le recteur dévoile le pot aux roses, lui aussi est un menteur ? 

fraude budgétaire
2 mois il y a

La « cavalerie » est un processus financier frauduleux où des lignes budgétaires servent à d’autres fins que celles prévues lors de leur obtention, leurs avoirs servent alors à couvrir des défficits en souffrances antérieurement. Des ressources obtenues sur un domaine « A » viennent rembourser les dettes creusées dans le domaine « B ». Le système s’écroule lorsque le gestionnaire n’obtient son énieme budget et ne peut plus rembourser ses dettes. Lorsque l’illégalité est révélée, elle peut être qualifiée d’escroquerie. Elle est sanctionnée comme une fraude ; une personne physique peut encourir 5 ans d’emprisonnement et 400.000 euros d’amende. La personne morale encourt jusqu’à 1.875.000 euros d’amende.

pers/ILE BOURBON
2 mois il y a

pour l’Université de la REUNION Y A LE RECTEUR et pour le CHU c’est qui ? ..à BELLEPIERRE ST DENIS y fait pitié oui…..

lolo
2 mois il y a

bravo monsieur le recteur

ils ont honte de rien
2 mois il y a

Version sgen : tous le monde est payé dans les temps !

Version contrôle financier du ministère « des montants importants de report de factures et de paiement des heures complémentaires, ainsi que des retards de prise en charge de la rémunération de certains CEV, ont été évoqués et estimés à près de deux millions d’euros. »

Toujours aussi baratineur le SGEN, plus c’est gros plus ça passe, Arrètes un coup siouplait !   

Malouin
2 mois il y a

Elle en dit quoi la personne chargee de la stratégie?? Ou de la gabegie??

Santa Blaguebara
2 mois il y a

La situation de « l’université d’excellence » est digne d’un film avec pour titre : Nuit au musée. Sortie prévue ce vendredi à 18h.

Dernière modification le 2 mois il y a par Santa Blaguebara
palto
2 mois il y a

en attendant qu on on donne des cours et qu on a des dépenses normales a faire face pour payer son loyer, son essence, son manger, on a des enfants, etc on n est pas payé, à qui doit on s adresser ?

PEC-PEC
2 mois il y a

Le principe Madoff ( qui lui est en prison pour plus de 90 ans) prendre l’argent qui rentre pour payer les retards ! Une honte dans un service public, sans réelles sanctions. Un privé fait cela il est dépouillé de tous ses bien et termine au cachot….

Papayou
Répondre à  PEC-PEC
2 mois il y a

Madoff n’est plus en prison

Dans la même rubrique

Le Département et ses partenaires font front commun contre les violences intrafamiliales envers les enfants

« Nous ne pouvons pas rester les bras croisés, constater cette augmentation et ne pas agir ». Le Département passe la seconde dans sa lutte contre les violences intrafamiliales (VIF). Ce mercredi, à l’occasion de la tenue de l’Observatoire départemental de la protection de l’enfance (ODPE), la collectivité départementale a signé en compagnie de ses partenaires son Plan départemental de prévention et de lutte contre ces violences, avec une attention toute particulière envers les enfants. (Photos : Alexandre Robert).

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial