Revenir à la rubrique : Faits divers

Un salarié électrocuté par un câble à haute tension, son patron devant la justice

Le gérant d'une société était jugé pour blessures involontaires ce vendredi après l'accident de travail d'un de ses salariés, gravement brûlé en mars 2019 à La Possession sur un chantier de pose de la fibre optique.

Ecrit par – le vendredi 09 juillet 2021 à 17H01

L’installation de la fibre optique est une activité commune depuis plusieurs années maintenant. S’il s’agit de chantiers dangereux, bon nombre d’ouvriers y sont habitués. Mais nul n’est à l’abri d’un accident et c’est malheureusement ce qui est arrivé à J.G, 47 ans en mars 2019 à La Possession.
 
Alors qu’il s’apprêtait à réaliser le raccordement de la fibre optique d’Orange pour le quartier, sa meuleuse électrique a touché des câbles tressés à haute tension d’EDF comptant 15.000 volts. 
 
L’ouvrier a miraculeusement survécu mais n’en est pas sorti indemne. Ses mains et ses bras, son ventre et son visage, soit 26% de son corps, sont brûlés aux 2eet 3degrés. Il ne reprendra le travail qu’un an après, au sein de la même société. 
 
Jugé devant le tribunal correctionnel de Saint-Denis ce vendredi pour blessures involontaires, le gérant de la boîte explique que cela fait 20 ans qu’ils travaillent ensemble et que la victime est son salarié depuis l’ouverture de la société en 2016. Il ne s’est d’ailleurs pas constitué partie civile et ne demande aucun dommage. Il ne lui reproche manifestement rien. 
 
La faute d’EDF ?
 
S’il est jugé pour avoir manqué à ses obligations, à savoir la mise en sécurité du chantier, la consultation avec EDF, la formation de ses salariés, les consignes de sécurité, le gérant explique : « Ce n’était pas la première fois qu’on intervient à proximité de câbles électriques. Ce sont des choses habituelles donc on ne redonne pas les consignes à chaque fois. » Il poursuit : « J’étais très choqué et traumatisé, c’est mon premier accident« . 

Il affirmé qu’un contact verbal avait été établi avec EDF car « il est très difficile de les faire intervenir sur une fouille« . Après avoir « essayé » de faire venir EDF, « il y a un choix à faire : ou on commence, ou on commence pas« . Et vu que d’habitude, « tout se passe bien« , il soupçonne un défaut au niveau du câble EDF. 
 
Pour la procureure, une peine d’emprisonnement, même avec sursis, n’est pas nécessaire. La relation entre les deux hommes, le parcours irréprochable du gérant et le délai de plus de deux ans entre les faits et le jugement ont justifié son choix d’une amende. 
 
Même avis pour le tribunal qui l’a condamné à une amende de 3.000 euros dont 1.500 avec sursis. « C’est un homme qui vient d’un milieu pauvre et qui a gravi les échelons. Il n’a jamais rechigné devant le travail« , affirme son avocat, Me Jean-Jacques Morel. 

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Maltraitance animale : Un individu interpellé et placé en garde à vue

Mercredi 28 février 2024, un individu défavorablement connu des services de police pour des faits de maltraitance envers les animaux a été interpellé. Il avait été filmé, en décembre dernier, alors qu’il frappait sa chienne avec un bâton sur son balcon. Placé en garde à vue, l’auteur devra répondre de ses actes devant le tribunal judiciaire, indique la Police Nationale de La Réunion sur sa page Facebook.

Ste-Suzanne : Les gendarmes mettent fin à une série de cambriolages

Le 26 février 2024, les enquêteurs de la Brigade Territoriale Autonome (BTA) de Sainte-Suzanne ont élucidé 4 cambriolages dont 3 concernant des écoles élémentaires. Les militaires de la compagnie de Saint-Benoit ont interpellé deux individus dont l’auteur principal a reconnu les faits.

Ste-Marie : Une femme gravement blessée par son compagnon

Un homme a tiré sur sa compagne à Sainte-Marie ce mercredi. L’individu s’est par la suite infligé une blessure. Les deux ont été transportés dans un état grave au Centre hospitalier universitaire de Félix Guyon à Bellepierre.

Violences : « Si c’était à refaire, je referais la même chose »

L’audience de comparution immédiate de ce lundi avait, bien malgré elle, pour thème les violences conjugales. Le tribunal avait à juger un trentenaire qui, sous l’effet de l’alcool, a frappé son ex-conjointe au prétexte qu’elle ne voulait pas le laisser entrer à son domicile.