Revenir à la rubrique : Santé

UFC-Que Choisir dévoile le meilleur et le pire des répulsifs anti-moustiques

Attention aux anti-moustiques que vous utilisez. 19 produits censés nous protéger des piqûres de moustique tigre ont été passés au banc d'essai par le magazine UFC-Que Choisir. Et les résultats sont parfois édifiants entre les produits assurant une protection de longue durée et ceux dont l'efficacité est à revoir.

Ecrit par NP – le samedi 25 juin 2022 à 15H40

Parmi les produits testés en laboratoire par UFC-Que Choisir, six d’entre n’assurent plus aucune protection une heure après leur utilisation, « malgré la forte dose appliquée » indique le magazine.

Les participants à cette expérience ont reçu entre 6 à 8 pulvérisations sur leur avant-bras, avant de le placer à proximité de moustiques-tigres dans une cage. Ainsi, seules six références assurent jusqu’à 9h de protection tandis que six autres n’assurent qu’à peine moins d’une heure.
 

La palme revient à une marque, Insect Écran, qui a réussi à placer son produit en tête de cette expérience (Insect Écran Zones Infestées 50% DEET) mais aussi en queue de peloton avec 30 minutes de protection pour son Insect Ecran Spécial tropique 25 % icaridine.

« Globalement les produits à base de DEET sont les plus efficaces », assure UFC-Que Choisir.

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Épidémie de Leptospirose : Circulation à un niveau élevé

Santé Publique France océan Indien fait le point sur les circulations virales en cours à La Réunion. L’épidémie de Leptospirose a atteint un niveau plus élevé que les années précédentes. Une personne diagnostiquée est décédée, mais les autorités ne peuvent pas confirmer un lien entre le décès et la maladie bactérienne.

Un quart des élèves réunionnais de 6e sont en surcharge pondérale

À l’occasion de la Journée mondiale de l’obésité le 4 mars prochain, L’ARS et l’académie de La Réunion ont mené une étude conjointe sur la corpulence des enfants en classe de 6ᵉ. Sur 1.700 élèves, presque un quart d’entre eux sont déjà concernés par le surpoids.